Allemagne : drapeau israélien sur une cheminée d’usine et salut nazi
Rechercher

Allemagne : drapeau israélien sur une cheminée d’usine et salut nazi

Une Allemande de 23 ans a effectué le salut hitlérien, en marge d'une cérémonie à la mémoire des plus de 1,1 million de victimes assassinées à Auschwitz-Birkenau

Drapeau de l'Allemagne (Crédit : domaine public)
Drapeau de l'Allemagne (Crédit : domaine public)

La justice allemande envisage d’ouvrir une enquête pour « incitation à la haine raciale » après qu’un drapeau israélien a été hissé sur une cheminée d’une usine désaffectée à Leipzig lundi, jour anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz, rapporte le quotidien Bild.

Les corps des victimes de la Shoah exterminées dans les chambres à gaz des camps nazis ou morts d’épuisement ou de maladie étaient brûlés dans des fours crématoires dont les cheminées crachaient jour et nuit de la fumée.

La justice étudie la possibilité « d’ouvrir une enquête sur des soupçons d’incitation à la haine raciale », a indiqué un porte-parole du Parquet de Leipzig, Andreas Ricken, cité par Bild.

Le Parquet de Leipzig, dans l’ancienne Allemagne de l’Est, n’était pas immédiatement joignable pour commenter mais selon Bild, les services de police chargés des crimes à caractère politique ont été informés.

Les pompiers et la police criminelle sont parvenus dans la journée à retirer ce drapeau qui va faire l’objet d’analyses scientifiques, selon la même source.

A Pirna, près de Dresde, la police a annoncé avoir ouvert une enquête après qu’une Allemande de 23 ans a effectué le salut hitlérien, selon des témoins, en marge d’une cérémonie à la mémoire des plus de 1,1 million de personnes, essentiellement des Juifs, assassinés dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Ce camp nazi situé dans la Pologne actuelle avait été libéré le 27 janvier 1945 par l’Armée rouge.

La chancelière allemande Angela Merkel dépose une gerbe de fleurs devant le Mur des noms, à Auschwitz, le 6 décembre 2019. (Crédit : John MACDOUGALL / AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel avait assuré lundi à l’occasion des 75 ans de la libération d’Auschwitz qu’il était de la responsabilité de l’Allemagne que « tout le monde se sente en sécurité » sur son sol, appelant à combattre l’antisémitisme.

« Nous portons la responsabilité que tout le monde se sente en sécurité chez nous en Allemagne et en Europe », a lancé la dirigeante allemande avant un concert à Berlin donné à la mémoire des six millions de Juifs assassinés par les nazis.

« Nous devons farouchement combattre l’intolérance et la haine, le racisme et l’antisémitisme », a-t-elle ajouté à un moment où l’Allemagne comme d’autres pays européens est confrontée à une recrudescence de l’antisémitisme notamment de l’extrême droite.

« Nous devons tout particulièrement sensibiliser les jeunes générations », a-t-elle aussi martelé avant ce concert donné au Staatsoper et auquel elle assiste avec le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

Plus de 200 survivants de l’Holocauste se sont réunis lundi sur le site de l’ancien camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau dans l’actuelle Pologne. La chancelière s’était rendue pour la première fois en décembre à Auschwitz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...