Allemagne : un groupe juif de soutien au parti d’extrême droite de l’AfD ?
Rechercher

Allemagne : un groupe juif de soutien au parti d’extrême droite de l’AfD ?

Un groupe juif soutenant la formation anti-migrant, aujourd'hui la deuxième force politique du pays, suscite l'inquiétude de l'organisation-cadre de la communauté

Les partisans de l'AfD allemande brandissent des drapeaux devant la porte de Brandenburg à Berlin, en Allemagne, le 27 mai 2018 (Crédit : AP Photo/Michael Sohn)
Les partisans de l'AfD allemande brandissent des drapeaux devant la porte de Brandenburg à Berlin, en Allemagne, le 27 mai 2018 (Crédit : AP Photo/Michael Sohn)

JTA — Le parti le plus influent de l’extrême-droite allemande gagne rapidement en popularité, et un groupe de Juifs veut dorénavant rejoindre la vague de soutiens qui s’expriment en sa faveur.

Selon le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), une association de partisans juifs de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) va annoncer son intégration au mouvement par le biais d’un événement, le 7 octobre.

Cette nouvelle – qui fait suite à des sondages montrant que l’AfD est devenu le deuxième parti le plus populaire du pays – est parvenue via un courrier au FAZ, a fait savoir le journal. Les auteurs de la missive n’ont pas été identifiés.

Les principales organisations juives et les leaders communautaires ont largement condamné l’AfD pour ses points de vue xénophobes. De plus, certains politiciens ont relativisé la Shoah et ont flirté avec des groupes néo-nazis, en clamant être pro-israéliens.

Apparemment, parmi certains Juifs, les craintes nourries face au nazisme à l’AfD ont été éclipsées par la peur de l’antisémitisme au sein de plus d’un million de réfugiés musulmans arrivés depuis 2015 en Allemagne.

La nouvelle d’un groupe juif au sein de l’AfD a été promptement condamnée par le mouvement juif allemand non-partisan « Values Initiative » qui, dans un communiqué, a exprimé sa « surprise et son inquiétude ».

« Nous croyons que toute implication au sein de ce parti est une erreur parce qu’il utilise son amitié présumée envers les Juifs et les Israéliens en particulier pour légitimer ses agitations contre les musulmans », a noté le communiqué. Il a indiqué que l’incapacité du parti à critiquer ses membres les plus à droite s’apparentait à du néo-nazisme.

Le nouveau groupe juif sera simplement utilisé comme « façade du racisme crasse de l’AfD », a expliqué le communiqué.

Des drapeaux allemands à Erfurt, dans le centre de l’Allemagne, durant une manifestation initiée par le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), le 24 février 2016 (Crédit : AP Photo/Jens Meyer, file)

La majorité des Juifs évitent l’association avec l’AfD, a déclaré Sergey Lagodinsky, membre du parti des Verts et du conseil communautaire juif de Berlin à JTA.

« Même s’il y a un niveau d’anxiété élevé parmi les communautés juives, il y a encore un seuil moral qui empêche des formes officielles d’engagement » auprès d’un parti d’extrême-droite, a commenté dans un courriel Lagodinsky, actuellement candidat au Parlement européen.

Que la formation soit parvenue à leurrer certains Juifs « ne signifie pas qu’elle a réussi à tromper tous les Juifs en Allemagne », a ajouté Lagodinsky.

En fait, la majorité des Juifs éprouvent de l’empathie pour les réfugiés qui ont fui les guerres, les persécutions et les difficultés économiques, comme le note fréquemment Josef Schuster, chef de l’organisation-cadre des Juifs allemands.

Mais Schuster et d’autres insistent sur la nécessité que les nouveaux arrivants épousent les valeurs démocratiques et renoncent à la misogynie, à l’homophobie, à l’antisémitisme et autres points de vue contradictoires avec la modernité s’ils veulent rester en Allemagne.

Pendant ce temps, la colère populaire contre la chancelière Angela Merkel entraînée par sa politique libérale envers les réfugiés semble porter ses fruits pour l’AfD.

Un nouveau sondage réalisé par Deutschlandtrend suggère que l’AfD est en train de détourner les électeurs de l’Union chrétienne démocrate de Merkel, devenant la deuxième force politique du pays. L’enquête a été menée avec la chaîne publique ARD.

Un porte-parole de l’AfD a déclaré au journal FAZ que les nouveaux membres de la formation seraient exclus s’ils tenaient des propos antisémites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...