Anita Novinsky, spécialiste de l’histoire des Juifs au Brésil, décède à 98 ans
Rechercher

Anita Novinsky, spécialiste de l’histoire des Juifs au Brésil, décède à 98 ans

L'universitaire a fondé le Musée de la Tolérance à l'Université de Sao Paulo, et a étudié les Juifs portugais et espagnols qui se sont convertis de gré ou de force au christianisme

Anita Novinsky (avec l'aimable autorisation de la Fédération juive de Sao Paulo)
Anita Novinsky (avec l'aimable autorisation de la Fédération juive de Sao Paulo)

RIO DE JANEIRO (JTA) – Anita Novinsky, une éminente spécialiste brésilienne de l’Inquisition portugaise et de l’histoire de la présence juive au Brésil, est décédée mardi à Sao Paulo. Elle avait 98 ans.

Auteure de plusieurs livres, elle a fondé et présidé le musée de la tolérance de l’université de Sao Paulo, où elle a obtenu un doctorat en histoire sociale.

« La professeure Novinsky a fait la lumière sur un savoir dormant et a retrouvé des racines importantes dans l’histoire du Brésil, dévoilant la contribution juive depuis l’arrivée des caravelles portugaises », ou navires du 15e siècle, a déclaré Claudio Lottenberg, président de la Confédération israélite brésilienne, l’organisation juive faîtière du Brésil. « Sans elle, une grande partie de cet univers serait encore endormie. Non seulement elle a fait des recherches, mais elle a aussi guidé des travaux fondamentaux qui font briller l’histoire juive brésilienne. »

Née en Pologne, Anita Waingort Novinsky a immigré au Brésil avec sa famille lorsqu’elle avait un an et est devenue plus tard citoyenne brésilienne. Elle s’est spécialisée dans l’étude des nouveaux chrétiens, également connus sous le nom de conversos ou marranos – des juifs portugais et espagnols qui se sont convertis ou ont été forcés à se convertir au christianisme au cours du Moyen Âge, tout en continuant à pratiquer le judaïsme en secret et en prétendant être de fervents catholiques lorsqu’ils étaient en public. Leurs descendants sont également connus sous le nom de bnei anusim.

Novinsky a détaillé « les coutumes des crypto-juifs et la renaissance de la conscience juive 200 ans après la fin de l’Inquisition ici », a écrit la fédération juive de Sao Paulo dans une note d’hommage.

« Être juif, c’est se sentir juif. Si les Marranos veulent revenir au judaïsme, c’est à eux de décider », a déclaré Novinsky dans un documentaire de 2005 intitulé « A Estrela Oculta do Sertão », ou « L’étoile cachée du Sertão », largement basé sur ses recherches. Il concerne les crypto-juifs de la région semi-aride du Sertão, dans le nord du Brésil.

Le bureau brésilien du B’nai B’rith a publié un long hommage au travail de l’historienne.

« Anita Novinsky a changé l’historiographie brésilienne », a écrit l’organisation. « Elle a formé des disciples et laisse un large héritage qui va au-delà de sa production académique. Elle aimait Israël et était fière d’être juive sous toutes les latitudes de sa pensée. Chaque fois qu’elle en a eu l’occasion, Anita a publiquement défié le danger de l’antisémitisme. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...