Annexion : Le Qatar menacerait Israël de mettre fin à l’aide à Gaza
Rechercher

Annexion : Le Qatar menacerait Israël de mettre fin à l’aide à Gaza

Les fonds de Doha pour la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, ainsi qu'une trêve non officielle entre Israël et les groupes terroristes, sont essentiels au calme dans la région

Des Palestiniens reçoivent une aide financière du Qatar dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 20 juin 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des Palestiniens reçoivent une aide financière du Qatar dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 20 juin 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Qatar menacerait de couper des millions de dollars d’aide à la bande de Gaza si Israël venait à poursuivre l’annexion.

Les fonds versés par le Qatar à la bande de Gaza pauvre et contrôlée par le groupe terroriste du Hamas ont été essentiels pour maintenir le calme dans cette région, ainsi qu’une trêve non officielle entre Israël et le groupe terroriste. Le Qatar refuse d’être considéré comme étant favorable à une quelconque annexion de la Cisjordanie, a rapporté la Treizième chaîne de télévision, mardi.

Citant plusieurs diplomates occidentaux, le reportage indique que le Qatar a fait passer son message par de multiples canaux au cours des deux dernières semaines, notamment lors d’une récente réunion des pays donateurs à l’Autorité palestinienne (AP). Des fonctionnaires israéliens étaient présents à cette réunion, qui s’est tenue via Zoom.

Selon l’accord de coalition entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz, le Premier ministre peut commencer le 1er juillet à annexer les quelque 30 % de la Cisjordanie prévus pour Israël dans le cadre de la proposition de paix du président américain Donald Trump. Cette proposition, que l’AP a rejetée d’emblée, envisage un État palestinien dans le reste du territoire.

Ce plan a fait l’objet de critiques sévères et généralisées de la part d’une très grande partie de la communauté internationale, dont plusieurs États du Golfe, selon qui, il pourrait compromettre leur coopération avec Israël. La Jordanie a, elle, averti à maintes reprises qu’il pourrait déclencher un conflit.

Le Qatar a joué un rôle clé dans la restauration du calme à Gaza grâce à son aide financière, qui est fournie avec le consentement d’Israël.

La semaine dernière, Israël aurait approuvé le transfert de 50 millions de dollars par le Qatar à Gaza dans le cadre d’un accord présumé visant à mettre fin à l’escalade des tensions avec les groupes terroristes dans la bande de Gaza. Un responsable qatari a déclaré mardi que la distribution des derniers paiements commencerait dimanche.

Les dirigeants de l’alliance Kakhol lavan, (de gauche à droite), Moshe Yaalon, Benny Gantz, Yair Lapid et Gabi Ashkenazi s’adressent à la presse lors d’une visite à la frontière entre Israël et Gaza près du kibboutz Kfar Aza, le 13 mars 2019. (Menahem Kahana/AFP)

L’accord en question est intervenu malgré les critiques acerbes de Gantz, actuel ministre de la Défense, au cours des trois dernières campagnes électorales nationales, lors desquelles l’opposant à Netanyahu a accusé le gouvernement « d’acheter la protection » des groupes terroristes en permettant le transfert de millions de dollars d’aide du Qatar.

La frontière de Gaza, généralement agitée, a été calme ces derniers mois, après une grosse flambée en février au cours de laquelle le groupe terroriste du Jihad islamique a tiré des dizaines de roquettes sur le sud d’Israël après que l’armée israélienne a tué un de ses membres alors qu’il posait une bombe le long de la frontière. Tsahal avait répondu par une série de frappes aériennes visant les bases du groupe dans la bande de Gaza.

Depuis un peu plus de trois mois, Israël négocie indirectement un accord de cessez-le-feu à long-terme avec le Hamas, qui a su maîtriser le Jihad islamique (considéré comme plus extrême) et d’autres groupes terroristes dans la bande de Gaza tout au long du processus ainsi que les manifestations souvent violentes le long de la frontière de Gaza.

Ces derniers jours, cependant, les groupes terroristes de Gaza ont indiqué qu’ils allaient relancer la violence le long de la frontière.

Au cours des douze dernières années, Israël a mené trois grandes opérations contre des groupes terroristes dans la bande de Gaza, ainsi que de nombreux échanges plus courts sur plusieurs jours.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...