Après des échecs en 2014, le Dôme de Fer prouve à nouveau son efficacité
Rechercher
25 PROJECTILES INTERCEPTES, MAIS RIEN N’EST "HERMETIQUE"

Après des échecs en 2014, le Dôme de Fer prouve à nouveau son efficacité

Ce n’était pas la première fois que le système de défense de missile a intercepté des mortiers, mais c’était le premier test opérationnel majeur, et il est réussi

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un ouvrier passe devant une batterie de défense antimissile Dôme de fer près de la ville de Sderot dans le sud d'Israël le 29 mai 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un ouvrier passe devant une batterie de défense antimissile Dôme de fer près de la ville de Sderot dans le sud d'Israël le 29 mai 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le système de défense de missile du Dôme de Fer a réussi mardi là où il avait été totalement inefficace pendant la guerre de Gaza en 2014 : abattre des obus de mortier qui restent en l’air pendant seulement 15 secondes.

« Le Dôme de Fer a été assez efficace », a déclaré le lieutenant Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne, aux journalistes. « C’est probablement quelque chose [que les groupes terroristes à Gaza] n’avaient pas pris en compte. »

Il ne s’agissait pas de la première fois que le Dôme de fer a intercepté des tirs de mortiers, mais mardi, c’était le premier test significatif pour le système, que l’armée considère comme réussi.

Dans la journée de mardi, des dizaines d’obus de mortiers, et certaines roquettes ont été tirées au sud d’Israël par les groupes terroristes du Hamas et du Jihad Islamique palestinien dans la bande de Gaza.

Les restes d’un obus de mortier qui a frappé la cour d’un jardin d’enfants dans la région d’Eshkol, près de la frontière de Gaza, le 29 mai 2018. (Shay Machluf)

Conricus a dit que les obus, tirés par le Jihad Islamique soutenu par l’Iran, étaient de fabrication iranienne et avaient été importées illégalement dans l’enclave côtière.

Selon l’armée israélienne, les batteries du Dôme de fer ont réussi a abattre au moins 25 projectiles dans la journée, pour la plupart des obus de mortiers, même si l’armée a déclaré qu’elle devait encore calculer le nombre exact.

Daniel Tragerman (Autorisation)

Des tirs de mortiers lancés par des groupes terroristes dans la bande de Gaza ont tué plusieurs Israéliens pendant la guerre de 2014 à Gaza, y compris un enfant de 4 ans, Daniel Tragerman, originaire du kibboutz Nahal Oz.

Pendant les quatre dernières années, Israël a continuellement travaillé à améliorer le système pour contrer cette menace. Cela s’est notamment traduit par des améliorations technologiques afin de faciliter le travail des soldats qui manipulent le système.

Le site d’information Walla a annoncé que l’armée avait aussi modifié la manière dont les batteries étaient déployées le long de la frontière de Gaza mercredi afin de leur donner une meilleure chance d’intercepter les dizaines d’obus de mortier tirés sur le sud d’Israël.

A l’origine, le système du Dôme de Fer était conçu pour abattre des roquettes et des missiles, ce qu’il a effectivement fait pendant le conflit de 2014, aussi connu en Israël sous le nom de l’Opération Bordure Protectrice.

Au fils des années, le système a été mis à jour pour être capable d’intercepter des drones et de tirs de mortiers.

La première interception de mortier signalée du Dôme de Fer s’est produite en septembre 2016, quand une batterie dans le nord d’Israël a abattu deux tirs de mortiers en provenance de Syrie qui se dirigeaient vers le Plateau du Golan. Il s’agissait alors probablement d’un tir perdu de la guerre civile.

Les tirs de mortiers représentent un défi beaucoup plus important pour le Dôme de Fer que les roquettes, du fait de la faible portée des mortiers – normalement pas plus de quatre kilomètres.

Pour que le Dôme de Fer intercepte un projectile entrant, le système doit d’abord le repérer, déterminer, en fonction de sa trajectoire, s’il se dirige vers une zone peuplée, et si c’est le cas, lancer un missile intercepteur pour l’abattre.

L’armée israélienne lance un missile du système du Dôme de fer pour intercepter une roquette de Gaza depuis une position dans la ville du sud israélien d’Ashkelon, le 29 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA)

Les roquettes et les missiles restent en l’air beaucoup plus de temps puisqu’elles se dirigent vers leur cible, ce qui laisse plus de temps aux systèmes du Dôme de Fer et aux soldats qui le manœuvrent pour procéder à ces opérations.

D’un autre côté, les tirs de mortiers restent en l’air pendant un très court laps de temps. Les résidents des communautés israéliennes les plus proches de la frontière avec Gaza ont 15 secondes pour atteindre un abri une fois qu’un mortier est tiré.

Mardi, on a constaté que le Dôme de Fer était capable d’abattre des tirs de mortier dans ce laps de temps, même si des responsables militaires ont souligné, à de nombreuses reprises, que le système n’était pas parfait.

« Rien n’est hermétique, rien n’est sûr à 100 % », a déclaré Ronen Manelis, porte-parole de l’armée israélienne, à la radio israélienne mardi après-midi.

Par exemple, un tir de mortier de la première salve du jour a explosé dans la cour d’une crèche de la région d’Eshkol du sud d’Israël, peu avant l’arrivée prévue des enfants.

Le lieu où un obus de mortier en provenance de Gaza a touché un jardin d’enfants dans le sud d’Israël, près de la frontière avec Gaza, le 29 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un gardien de l’école a été légèrement blessé par des éclats de l’obus.

Un autre obus de mortier a touché une position militaire à l’est du sud de la bande de Gaza mardi, blessant trois soldats.

Deux soldats ont été légèrement blessés et sont sortis de l’hôpital quelques heures après. Le troisième a été modérément blessé et a dû être opéré, a déclaré un porte-parole du Centre Médical Soroka de Beersheva.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...