Rechercher

Aryeh Deri, condamné pour délits fiscaux, pourrait devenir ministre des Finances

Le leader du Shas a admis avoir commis des infractions fiscales au début de l'année et avait passé 22 mois en prison de 2000 à 2002 après avoir été reconnu coupable de corruption

Des partisans du parti Shas avec Aryeh Deri réagissent à l'annonce des résultats des élections israéliennes, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des partisans du parti Shas avec Aryeh Deri réagissent à l'annonce des résultats des élections israéliennes, à Tel Aviv, le 1er novembre 2022. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le leader du Shas, Aryeh Deri, dont le parti est un membre clé du bloc de droite de Benjamin Netanyahu, pourrait être « récompensé » pour sa loyauté par le poste de ministre des Finances s’il en fait la demande, selon le site d’information Ynet.

Shas a fait de la hausse du coût de la vie un élément clé de son programme.

Le reportage a indiqué que les négociations de coalition, dirigées par le député du Likud Yariv Levin, viseront à assurer la stabilité du gouvernement en satisfaisant les partenaires politiques de Netanyahu.

Alors que le parti HaTzionout HaDatit devrait obtenir le troisième plus grand nombre de sièges aux élections, l’alliance entre les députés Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir était une union technique, ce qui signifie que même si les deux législateurs d’extrême droite maintiennent leur coopération sur leurs positions, leurs discussions avec le Likud se dérouleront séparément.

Par conséquent, Deri négociera en tant que chef du deuxième plus grand parti du bloc.

Deri a admis avoir commis des infractions fiscales au début de l’année – sa deuxième condamnation pénale – et a démissionné de la Knesset dans le cadre d’un accord de plaidoyer. Il devrait toutefois revenir au Parlement israélien, son parti devant détenir 11 sièges, selon le dernier décompte.

Il s’agissait de la deuxième condamnation de Deri au cours de sa carrière politique.

Il avait déjà passé 22 mois en prison de 2000 à 2002 après avoir été reconnu coupable d’avoir accepté des pots-de-vin alors qu’il était ministre de l’Intérieur. Ce verdict était assorti d’une turpitude morale. En 2013, il est revenu à la politique, récupérant la direction du Shas et revenant finalement au poste de ministre de l’Intérieur de 2016 jusqu’à l’année dernière, lorsque son parti est entré dans l’opposition. Un tribunal avait jugé que sa condamnation antérieure ne le disqualifiait pas pour ce poste.

En janvier 2021, le procureur général Avichai Mandelblit a annoncé son intention de déposer des accusations criminelles contre Deri, en attendant une audience.

Deri avait initialement été soupçonné de corruption au début de l’enquête il y a cinq ans, mais Mandelblit a fini par l’accuser de délits moins graves, à savoir d’avoir omis de déclarer des revenus aux autorités fiscales à deux reprises et de délits fiscaux supplémentaires commis lors de la vente d’appartements à Jérusalem à son frère Shlomo Deri.

Aryeh Deri, alors député, lors d’une séance plénière dans la salle de réunion de la Knesset, à Jérusalem, le 19 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Deri a également été inculpé pour ses liens avec le fonds d’investissement Green Ocean, qui lui versait des commissions pour attirer de nouveaux investisseurs. Lorsque Deri est revenu à la Knesset en 2013, il a ordonné que les commissions soient transférées à son frère et, en ne déclarant pas correctement la trace écrite, a reçu 534 000 shekels en 2014-2015 sans payer d’impôt.

En 2018, la police a recommandé de déposer des accusations contre Deri, soupçonné d’avoir commis une fraude, un abus de confiance, une obstruction à une procédure judiciaire, un blanchiment d’argent et des infractions fiscales impliquant des millions de shekels.

En 2019, le procureur de l’État de l’époque, Shai Nitzan, a recommandé d’inculper le président du Shas, mais bon nombre de ces accusations ont finalement été abandonnées plus tôt cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...