Assaut au Bataclan terminé ; des terroristes tués qui ont agi au cri d’Allah Akbar
Rechercher

Assaut au Bataclan terminé ; des terroristes tués qui ont agi au cri d’Allah Akbar

Le périmètre est bouclé ; "Ils ont tiré en plein dans la foule en criant Allah Akbar," selon un témoin ; François Hollande annule son déplacement au G20 en Turquie ; conseil de défense samedi

Le président français François Hollande arrive sur les lieux d'un attentat à Paris le 13 novembre 2015, après une série d'attaques à travers Paris (Crédit : AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA)
Le président français François Hollande arrive sur les lieux d'un attentat à Paris le 13 novembre 2015, après une série d'attaques à travers Paris (Crédit : AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA)

Les hommes de la BRI (Brigades de recherche et d’intervention) ont donné l’assaut dans la salle de concert où un carnage s’est produit à l’aide de grenades. Mais on ne sait pas si d’autres terroristes sont toujours actifs.

Au moins deux terroristes ont mené une prise d’otages dans la salle de concert parisienne qui peut contenir jusqu’à 1 500 personnes.

Les terroristes de la salle de spectacle du Bataclan à Paris vendredi soir « ont tiré en plein dans la foule en criant Allah Akbar » (Dieu est le plus grand), a indiqué un témoin cité par France Info.

« Avec ma mère on a réussi à s’enfuir du Bataclan (…), on a évité les coups de feu, il y avait plein de gens partout par terre », a raconté le témoin qui s’appelle Louis selon la radio.

« Des mecs sont arrivés, ils ont commencé à tirer au niveau de l’entrée », a-t-il continué. « Ils ont tiré en plein dans la foule en criant Allah Akbar, avec des fusils à pompe je crois. Je les entendais charger, le concert s’est arrêté, tout le monde s’est couché à terre, ils continuaient à tirer sur les gens, putain c’est un enfer », a-t-il poursuivi.

Certains spectateurs ont réussi à sortir par les sorties de secours.

Au moins 39 morts dans le centre de Paris et près du Stade de France, une prise d’otages sanglante dans une salle de spectacle : le président François Hollande a décrété vendredi soir l’état d’urgence en France après une série d’attaques terroristes commises au cri d' »Allah Akbar ».

« Des attaques terroristes d’une ampleur sans précédent sont en cours dans l’agglomération parisienne. Il y a plusieurs dizaines de tués, des dizaines de blessés, c’est une horreur », a déclaré le président dans une déclaration solennelle.

Le chef de l’Etat a annoncé que l’état d’urgence était décrété sur tout le territoire, les frontières fermées et des renforts militaires envoyés sur Paris afin de « neutraliser les terroristes » et d’empêcher de nouvelles attaques.

Les attaques, concomittantes sur sept points différents, dans la capitale et dans le secteur du Stade de France au nord de Paris ont fait au moins 39 morts, selon des sources proches de l’enquête.

La police a donné l’assaut peu après minuit (GMT) dans la salle de spectacle du Bataclan, au centre de la capitale, où des spectacteurs avaient été pris en otages.

Les assaillants « ont tiré en plein dans la foule en criant « Allah Akbar » (« Dieu est le plus grand »), a rapporté un témoin de la scène interrogé sur France Info.

« Avec ma mère on a réussi à s’enfuir du Bataclan (…), on a évité les coups de feu, il y avait plein de gens partout par terre », a raconté un jeune homme, prénommé Louis selon la radio. « Des mecs sont arrivés, ils ont commencé à tirer au niveau de l’entrée », a-t-il poursuivi. « Ils ont tiré en plein dans la foule en criant +Allah Akbar+, avec des fusils à pompe je crois ».

« Ma femme était au Bataclan. C’est une catastrophe », a déclaré un autre témoin à l’AFP. « Ma soeur est dans le Bataclan », a raconté aussi Camille, 25 ans. « Je lui ai téléphoné. Elle disait qu’ils avaient tiré. Et puis elle a raccroché ».

Devant l’ampleur des événéments, la préfecture de police a recommandé aux personnes qui se trouvent en région parisienne « d’éviter de sortir sauf nécessité absolue ».

Au stade de France, où avait lieu un match amical France-Allemagne, auquel assitait le président François Hollande, trois personnes ont été tuées dans des explosions. Au moins l’une des explosions a été causée par un kamikaze qui est lui-même mort.

Un conseil des ministres exceptionnel a été convoqué vers minuit, a annoncé la présidence française.

Selon une source judiciaire, le parquet antiterroriste français s’est saisi de l’enquête.

Le bilan reste provisoire, ont indiqué plusieurs sources proches du dossier. De nombreuses équipes de secours ont été déployées et des périmètres de sécurité ont été mis en place.

Ces attaques surviennent dix mois après les attentats djihadistes de janvier contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris, qui avaient fait 17 morts, et ont été suivis de plusieurs autres attaques ou tentatives.

La dernière en date s’était produite le 21 août à bord d’un train à grande vitesse Thalys entre Bruxelles et Paris.

Depuis les attentats de janvier (17 morts), le plan de vigilance français Vigipirate est à son niveau maximum dans la région parisienne. Une mission de sécurité intérieure associée à ce plan est assurée sur tout le territoire par l’armée.

La France participe depuis plus de deux ans à la coalition anti-Etat islamique en Irak mais a commencé à mener des frappes contre le groupe Etat islamique en Syrie en octobre.

Elle a annoncé le 5 novembre qu’elle allait à nouveau déployer courant décembre dans le Golfe son porte-avions Charles de Gaulle, une décision qui a suivi l’annonce américaine d’une prochaine intensification des bombardements alliés en Syrie.

Le bilan de 40 personnes va considérablement s’alourdir après la fin de l’assaut.

Au moins 7 fusillades dans la capitale et des explosions menées à l’extérieur du stade de France.

Voici le bilan pompiers à minuit, publié par Le Parisien :

Stade de France : 4 morts, 11 blessés en urgence absolue, 39 blessés en urgence relative

Bichat : 14 morts, 10 blessés en urgence absolue, 10 blessés en urgence relative

Avenue de la République : 4 morts, 11 blessés en urgence absolue, 10 blessés en urgence relative

Charonne : 19 morts, 13 blessés en urgence absolue, 10 blessés en urgence relative

Beaumarchais : 3 blessés en urgence absolue, 4 blessés en urgence relative

Bataclan : 2 morts, 7 blessés en urgence absolue, 4 blessés en urgence relative

Le président français François Hollande a annulé son déplacement dimanche en Turquie pour un sommet du G20 où il sera représenté par ses ministres des Affaires étrangères et des Finances, a-t-on appris auprès de l’Elysée.

Le chef de l’Etat a par ailleurs prévu de réunir samedi matin à 08H00 GMT un conseil de défense après les attaques terroristes sans précédent à Paris vendredi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...