Assaut du Capitole : l’homme au sweat « Camp Auschwitz » identifié
Rechercher

Assaut du Capitole : l’homme au sweat « Camp Auschwitz » identifié

La CNN a identifié Robert Keith Packer, 56 ans, comme l'un des émeutiers ayant arboré des symboles antisémites et suprématistes blancs

Le pull de Robert Keith Packer, à droite, était l'un des nombreux symboles de haine présents lors de l'assaut du Capitole. D'autres émeutiers ont construit un nœud coulant. (Crédit : Andrew Caballero-Reynolds / AFP Images et capture d'écran de Reddit via JTA)
Le pull de Robert Keith Packer, à droite, était l'un des nombreux symboles de haine présents lors de l'assaut du Capitole. D'autres émeutiers ont construit un nœud coulant. (Crédit : Andrew Caballero-Reynolds / AFP Images et capture d'écran de Reddit via JTA)

L’homme qui a participé à l’assaut du Capitole à Washington, vêtu d’un sweat-shirt sur lequel on pouvait lire « Camp Auschwitz », a été identifié. Il s’agit de Keith Packer, 56 ans et originaire de Virginie, selon un reportage diffusé dimanche par la CNN.

CNN a déclaré que trois sources ont identifié Packer, dont le vêtement portait également la mention « Le travail amène la liberté », une traduction approximative de la mention « Arbeit Macht Frei », qui surplombe l’entrée du camp de concentration nazi, où plus de 1,1 million de Juifs ont été assassinés. A l’arrière du tee-shirt, on pouvait lire « Staff » (personnel). La photo de Packer a largement circulé après l’assaut du Capitole qui a coûté la vie à cinq personnes, dont un officier de police.

Il est peut-être apparu de façon plus visible dans un reportage de la chaîne de télévision britannique iTV, dans lequel son tee-shirt – l’un des nombreux symboles extrémistes présents – est clairement visible pendant qu’il se tient derrière des personnes brandissant un morceau déchiré de la plaque du bureau de la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi.

Certaines personnes qui ont pris d’assaut le Capitole, dont un législateur de Virginie occidentale, ont été arrêtées, tandis que l’assaut a bouleversé l’administration sortante du président américain Donald Trump, qui a encouragé la mobilisation.

« Il a toujours été extrême et a fait connaître ses convictions », a déclaré un habitant de Virginie à CNN.

Un autre l’a décrit comme un personnage « décalé » qui a exprimé ses frustrations à l’égard du gouvernement.

Les registres de la Virginie montrent qu’il a été condamné à trois reprises pour conduite en état d’ivresse et pour falsification de documents publics. Une personne a déclaré à CNN qu’il travaillait comme soudeur et tuyauteur.

Packer faisait partie des nombreux partisans avoués de la suprématie blanche et des négationnistes de la Shoah, partisans de Trump, qui ont violemment pris d’assaut le Capitole américain mercredi.

Des membres de groupes d’extrême droite, dont les violents Proud Boys, se sont joints aux foules qui se sont formées à Washington pour soutenir Trump alors qu’il les exhortait à protester contre le décompte par le Congrès des votes du Collège électoral confirmant la victoire du président élu Joe Biden. Puis ils se sont dirigés vers le Capitole.

A LIRE – Émeutes au Capitole américain : Le guide des symboles de la haine

Des membres de groupes d’extrême droite, dont les violents Proud Boys, se sont joints aux foules qui se sont formées à Washington pour soutenir Trump alors qu’il les exhortait à protester contre le décompte par le Congrès des votes du Collège électoral confirmant la victoire du président élu Joe Biden. Puis ils se sont dirigés vers le Capitole.

Des membres de petits groupes suprémacistes blancs et néo-nazis ont également été aperçus dans la foule. La police a été photographiée en train d’empêcher un homme identifié comme l’un des principaux promoteurs de la théorie de la conspiration des Qanon de prendre d’assaut le Sénat.

Des partisans du président américain Donald Trump lors d’une manifestation dans la rotonde du Capitole, le 6 janvier 2021. (Crédit : Saul Loeb/AFP via Getty Images via JTA)

Tim « Baked Alaska » Gionet, un néo-nazi connu pour sa promotion des théories conspirationnistes antisémites, a publié une vidéo montrant les partisans de « Make America Great Again » et de « God Bless Trump », se prenant en photo avec des officiers qui leur demandaient calmement de quitter les lieux. Les partisans de Trump parlaient entre eux, riaient, et le disaient aux officiers et entre eux : « Ce n’est que le début. »

La foule des supporters de Trump au Capitole comprenait également des adhérents de la « Groyper Army », un réseau informel de suprémacistes blancs dont fait partie le podcasteur de « America First » Nick Fuentes.

Fuentes est un idéologue de la suprématie blanche qui a remis en question le nombre de Juifs assassinés pendant la Shoah et qui croit qu’Israël a une influence malveillante sur la politique américaine. Fuentes, qui veut pousser le conservatisme dominant vers le nationalisme blanc, a été banni de YouTube l’année dernière pour discours de haine.

Oren Segal, vice-président du Centre sur l’extrémisme de l’ADL, a déclaré qu’il avait repéré des membres d’autres groupes néo-nazis et suprémacistes blancs – l’Association du patrimoine européen du New Jersey et le Club social nationaliste – parmi les foules pro-Trump à Washington mardi et mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...