Rechercher

Au tour du Pittsburgh Jewish Chronicle d’être visé par des messages antisémites

Le journal juif fait l'objet de remarques haineuses après qu'Andrew Torba a critiqué l'un de ses articles sur la tristement célèbre plate-forme d'extrême droite Gab

Une réponse laissée sur la page du fondateur de Gab, Andrew Torba, après qu'il a posté un lien vers un article du Pittsburgh Jewish Chronicle. (Crédit : Capture d'écran de David Rullo via JTA)
Une réponse laissée sur la page du fondateur de Gab, Andrew Torba, après qu'il a posté un lien vers un article du Pittsburgh Jewish Chronicle. (Crédit : Capture d'écran de David Rullo via JTA)

Pittsburgh Jewish Chronicle via JTA – Andrew Torba, fondateur de Gab, le tristement célèbre réseau d’extrême droite notoirement connu comme étant un foyer en ligne pour les commentaires extrémistes, antisémites et les théories du complot, a reposté un article du Pittsburgh Jewish Chronicle portant sur un représentant juif de l’État de Pennsylvanie qui a ensuite été visé par des messages antisémites sur la plate-forme.

En réponse, plusieurs des sympathisants de Torba ont pris le Chronicle pour cible.

Après que Dan Miller, représentant de l’État de Pennsylvanie, a retweeté l’article du Chronicle de vendredi, « State Rep. Dan Frankel targeted by antisemitic posts on Gab », Torba a reposté l’article sur Gab.

« Les gens se fichent de votre éternel complexe de victimisation », a écrit Torba. « La liberté d’expression inclut le droit d’offenser… Arrêtez de confondre les mèmes offensants et les ‘menaces’… Gab représente la liberté d’expression, le bon, le mauvais et le laid en font partie. »

Dans les 21 heures suivant sa publication, le post de Torba a été commenté plus de 560 fois et a été reposté par 821 membres de Gab. Beaucoup de réponses exprimaient leur accord avec Torba, et un grand nombre comprenait des commentaires, des tropes et des mèmes antisémites.

Voici deux exemples de commentaires : « Exilez les juifs hors des États-Unis, ainsi ils emporteront leur haine de Dieu avec eux » et « C’est une autre SHOAH ».

Torba est un partisan du candidat républicain au poste de gouverneur, Doug Mastriano qui avait payé à Gab des « honoraires de consultation » s’élevant à 5 000 dollars, ce qui avait apparemment conduit tous les nouveaux comptes de la plate-forme à le suivre automatiquement, avant qu’il ne ferme son compte à la suite de critiques généralisées de la part des Républicains et des Démocrates.

Frankel, qui est en poste depuis 1998, avait critiqué Mastriano pour ses liens avec Gab.

Le représentant de l’État Dan Frankel s’exprimant devant une session conjointe des législateurs de Pennsylvanie qui se sont réunis pour commémorer les victimes de l’attaque de la synagogue de Pittsburgh qui a fait 11 mort, au Capitole de l’État à Harrisburg, en Pennsylvanie, le 10 avril 2019. (Crédit : AP/Matt Rourke)

Torba a embrassé des idéologies nationalistes chrétiennes et antisémites. En juillet, il a déclaré sur Gab TV : « C’est une nation chrétienne. Les chrétiens sont plus nombreux que vous, et de très loin. Nous n’allons pas écouter les 2 %. Vous ne représentez que 2 % du pays, ok ? Nous ne plierons plus le genou devant ces 2 % ».

L’Anti-Defamation League (ADL) a fait savoir que Torba avait déjà reposté un commentaire de l’un des utilisateurs de Gab : « Devrions-nous soumettre nos enfants à la propagande juive à la télévision, dans la musique ou dans les films ? Euh, non. Devrions-nous agir comme si la nation d’Israël n’était pas en rébellion contre Dieu ? Euh, non. Devrions-nous ignorer que les sionistes talmudiques veulent écraser les Gentils ? Euh, non ».

Depuis mercredi, la publication de l’article du Chronicle de Torba et les réponses à cet article sont indisponibles et ne sont plus visibles sur sa page.

Gab a attiré l’attention nationale en 2018 lorsqu’il a été découvert que l’homme accusé d’avoir assassiné 11 Juifs dans la synagogue Tree of Life, dans le quartier de Squirrel Hill à Pittsburgh, était un utilisateur régulier du réseau ; il y avait posté de la propagande néo-nazie contre HIAS, le groupe juif d’aide aux réfugiés. Il avait pour habitude d’appeler à la violence à l’encontre des Juifs et les décrivait comme étant les « enfants de satan ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...