Avec 13 nouveaux cas, l’AP craint que l’épidémie atteigne un niveau « dangereux »
Rechercher

Avec 13 nouveaux cas, l’AP craint que l’épidémie atteigne un niveau « dangereux »

Les nouveaux cas ont été découverts dans un village de Cisjordanie où une femme a succombé au Covid-19 ; Moshe Bar Siman Tov s'inquiète de la propagation parmi les Palestiniens

Des agents de santé palestiniens désinfectent des travailleurs palestiniens à  leur retour d'Israël à un point de contrôle à Tarqumiya le 25 mars 2020 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Des agents de santé palestiniens désinfectent des travailleurs palestiniens à leur retour d'Israël à un point de contrôle à Tarqumiya le 25 mars 2020 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Le porte-parole du gouvernement de l’Autorité palestinienne (AP), Ibrahim Milhem, a annoncé jeudi 13 nouveaux cas de coronavirus dans le village de Biddou, au centre de la Cisjordanie.

Il s’est exprimé lors d’une conférence de presse à Ramallah, au lendemain du décès d’une femme habitant le village de Biddiu, après qu’elle a été testée positive au virus.

Jusqu’à présent, les autorités palestiniennes ont fait état de 84 cas de contamination en Cisjordanie et à Gaza, dont 16 guérisons et la femme décédée. Neuf de ces cas ont été recensés dans l’enclave gazaouïe.

Selon Ibrahim Milhem, le virus s’est propagé à Biddou parce que les enfants de la femme décédée, qui travaillent en Israël, ont été infectés par le virus et l’ont transmis à d’autres personnes.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammed Shtayyeh, a annoncé une série de mesures qui, selon lui, visent à prévenir la propagation du nouveau coronavirus, à Ramallah, le 22 mars 2020. (Crédit : Wafa)

Lui et le Premier ministre de l’AP, Mohammed Shtayyeh, ont appelé les Palestiniens travaillant en Israël à rentrer chez eux et à se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Les autorités israéliennes ont accepté la semaine dernière d’autoriser les Palestiniens travaillant dans des « secteurs essentiels » en Israël à passer un à deux mois dans le pays, leurs employeurs devant leur trouver un endroit où rester.

Selon le ministre du Travail de l’AP, Nasr Abu Jish, quelque 40 000 travailleurs palestiniens prévoyaient de passer cette période en Israël.

Mercredi en fin de journée, le gouverneur de l’AP à Jérusalem, Adnan Ghaith, a demandé aux habitants de Biddou de ne pas quitter leur domicile, sauf en cas d’urgence.

Des agents de santé palestiniens manipulent un échantillon de test de coronavirus de travailleurs palestiniens à leur retour d’Israël à un point de contrôle près d’Hébron, le 25 mars 2020. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

La grande majorité du village se trouve dans la zone C, dont les accords entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) stipulent qu’elle est sous contrôle sécuritaire israélien.

Ibrahim Milhem a également averti que les Palestiniens « traversaient une phase décisive », affirmant que la propagation du virus avait commencé à approcher « un niveau dangereux ».

« Nous devons agir avec un maximum de prudence », a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée de jeudi, Moshe Bar Siman-Tov, le directeur général du ministère israélien de la Santé, a déclaré qu’il était préoccupé par la propagation du virus parmi les Palestiniens.

« Sur le plan épidémiologique, nous sommes des organes intégrés. Ce qui se passe ici se passera là-bas », a averti Moshe Bar Siman-Tov devant la commission parlementaire chargée de la gestion du coronavirus.

Peu après que les responsables palestiniens de la santé ont confirmé les premiers cas en Cisjordanie début mars, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, avait déclaré un état d’urgence de 30 jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...