Bahreïn remplace son ministre des Affaires étrangères
Rechercher

Bahreïn remplace son ministre des Affaires étrangères

Cheikh Khaled était connu pour ses déclarations hostiles à l'Iran et favorables à Israël dont il a défendu en 2018 le droit à se défendre face aux attaques en provenance de Syrie

Cette photo prise le 29 octobre 2019 montre Abdel Latif al-Zayani, Secrétaire général du regroupement régional, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) lors d'une Conférence sur la Technologie militaire au Moyen Orient (MEMTEC), dans la capitale du Bahreïn, Manama. (Photo par Mazen Mahdi / AFP)
Cette photo prise le 29 octobre 2019 montre Abdel Latif al-Zayani, Secrétaire général du regroupement régional, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) lors d'une Conférence sur la Technologie militaire au Moyen Orient (MEMTEC), dans la capitale du Bahreïn, Manama. (Photo par Mazen Mahdi / AFP)

Bahreïn a nommé un diplomate de carrière, Abdel Latif al-Zayani, au poste de ministre des Affaires étrangères, a annoncé jeudi l’agence de presse officielle BNA.

Secrétaire général du regroupement régional, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) depuis 2011, M. Zayani remplace au ministère des Affaires étrangères un membre de la famille royale de Bahreïn, cheikh Khaled ben Ahmed Al-Khalifa, en poste depuis 2005.

L’annonce a été faite à l’issue d’une rencontre entre le prince héritier de Bahreïn, Salmane ben Hamad Al-Khalifa avec M. Zayani, a indiqué la BNA.

L’ancien ministre des Affaires étrangères a été nommé conseiller du roi Hamad Al-Khalifa, selon le prince héritier, cité par l’agence de presse officielle.

Cheikh Khaled était connu pour ses déclarations hostiles à l’Iran et favorables à Israël dont il a défendu en 2018 le droit à se défendre face aux attaques en provenance de Syrie.

Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Cheikh Khalid Bin Ahmed Al-Khalifa, lors d’une réunion au siège de la Ligue arabe au Caire, la capitale égyptienne, le 19 novembre 2017. (Crédit : AFP / KHALED DESOUKI)

Le CCG traverse une crise en raison du différend entre ses membres. L’Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis boycottent le Qatar en l’accusant de soutenir des groupes extrémistes, ce qu’il dément.

Les deux autres membres du conseil que sont le Koweït et Oman gardent une position de neutralité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...