Rechercher

Baisse des ventes de logements neufs et des emprunts hypothécaires en Israël

Un nouveau rapport du Bureau central des statistiques indique que les biens situés en dehors des villes centrales très demandées se vendent le plus rapidement

Photo d'illustration : Des chantiers de construction à Holon. (Crédit :100/iStock/Getty Images)
Photo d'illustration : Des chantiers de construction à Holon. (Crédit :100/iStock/Getty Images)

Après des mois de hausse des prix des logements, la demande pour les nouveaux logements est en baisse, selon un rapport sur l’immobilier du Bureau central des statistiques (CBS) dimanche.

Le nombre de nouvelles unités vendues d’avril à juin était de 10 970, soit une baisse de 14,4 % par rapport au trimestre précédent, de janvier à mars 2022, selon le rapport.

Les nouveaux acheteurs pourraient avoir de plus en plus de mal à trouver la somme nécessaire à l’acompte en raison des prix élevés des logements (en hausse de 15,4 % cette année). La hausse des taxes foncières pour ceux qui achètent des biens immobiliers à titre d’investissement pourrait également commencer à faire sentir ses effets.

Selon le rapport de CBS, les propriétés situées en dehors des régions du centre d’Israël sont de plus en plus recherchées.

Les marchés immobiliers qui ont connu la croissance la plus rapide – d’avril à juin par rapport à janvier à mars – sont Or Yehuda, Lod, Rosh Ha’ayin, Dimona et Kiryat Bialik. Ces marchés ont connu une croissance de plus de 50 % d’un trimestre à l’autre, ce qui suggère que les candidats à l’achat ont commencé à chercher en dehors des grandes villes, afin de bénéficier d’un meilleur rapport qualité-prix.

Environ un quart de tous les appartements neufs vendus entre avril et juin 2022 se trouvaient dans le centre, concentrés à Netanya (624), Tel Aviv-Jaffa (561), Ashkelon (489), Ramat Gan (473) et Jérusalem (464). Les baisses les plus importantes du nombre de transactions d’un trimestre à l’autre ont été constatées à Ashkelon, Rishon Lezion et Beit Shemesh.

Néanmoins, depuis janvier, les villes qui ont enregistré le plus grand nombre d’appartements vendus sont Tel Aviv-Yafo (1 206 unités), Ashkelon (1 221) et Netanya (1 117).

Parallèlement, le rôle du gouvernement dans le secteur immobilier, par le biais de ses différents programmes de logements abordables, semble ne cesser de se renforcer. Entre avril et juin 2022, 25,5 % des appartements ont été vendus avec des subventions gouvernementales.

Selon la Banque d’Israël, d’autres signes indiquent que la demande est en baisse et que les gens se tournent vers des propriétés moins chères. En juillet, le montant des emprunts hypothécaires s’élevait à 10,1 milliards de shekels, en baisse par rapport aux 11,9 milliards de shekels observés précédemment.

Il est trop tôt pour déterminer que la diminution du volume des emprunts est due à la hausse des taux d’intérêt, mais il semble raisonnable de la lier à la baisse des transactions immobilières.

En outre, l’accent mis par le gouvernement sur la construction de plus d’appartements et plus rapidement commence à faire son chemin dans le labyrinthe du processus de développement. Selon le rapport, environ 5 000 appartements ont été mis en chantier entre avril et juin 2022, soit une augmentation de 5 % par rapport aux trois mois précédents.

Bien qu’il s’agisse d’une amélioration, ces volumes sont en deçà de ce que les politiciens se sont fixés comme objectif, et que les experts estiment nécessaires, pour faire baisser les prix de l’immobilier et la demande des acheteurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...