Rechercher

Baisse du nombre des actes antisémites en France, selon le gouvernement

Venu inaugurer une synagogue à Levallois-Perret, le ministre de l'Intérieur a rappelé qu'il n'y avait "pas de distinction entre les actes antisémites et la haine d'Israël"

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin arrive à l'Elysée avant la cérémonie en l'honneur des médaillés olympiques et paralympiques français lors de Tokyo 2021, à Paris, le 13 septembre 2021. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin arrive à l'Elysée avant la cérémonie en l'honneur des médaillés olympiques et paralympiques français lors de Tokyo 2021, à Paris, le 13 septembre 2021. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est félicité mercredi soir du recul de « 25 % » du nombre des actes antisémites recensés en France au premier semestre par rapport aux six premiers mois de l’année dernière.

Venu inaugurer le nouveau centre communautaire juif et sa synagogue à Levallois-Perret, dans la banlieue parisienne, il a affirmé qu’il y avait eu « 227 actes antisémites » commis de janvier à juin 2022, soit « pour la première fois, une baisse de 25 % » par rapport à la même période de l’année précédente (298 actes antisémites).

Il a précisé que, sur ce total, « 50 % (étaient) des actes physiques à caractère antisémite ».

Gérald Darmanin a rappelé qu’il n’y avait « pas de distinction entre les actes antisémites et la haine d’Israël ». « Il faut le dire et le redire », a insisté le ministre, qui a été vivement applaudi.

« Les mêmes qui dénoncent Israël et les mêmes qui dénoncent les ‘défauts’ – et je mets des guillemets – des Juifs sont les mêmes qui dénoncent les policiers. Parfois, les extrêmes se rejoignent », a également déclaré M. Darmanin.

Le ministre de l’Intérieur a en outre mis l’accent sur « la grande peur des Juifs en France, qui constatent physiquement, pas simplement culturellement, la peur de l’autre (…) car on a laissé trop faire ».

Chargé des cultes de par ses fonctions, Gérald Darmanin a également fait valoir que « la laïcité française n'(était) pas la négation des religions » et « ce n’est pas la neutralité dans l’espace public ». « On pourra toujours porter des kippas dans les rues de France », a-t-il ajouté, promettant qu’aucune « loi républicaine ne l’interdirait ».

« Il n’y a pas de laïcité sans liberté de culte et pas de liberté de culte sans lieu de culte », a poursuivi le ministre, mais « si la liberté de culte est quasi-absolue, elle n’est pas absolue au point d’anéantir le culte des autres ».

L’inauguration de ce centre et de cette synagogue à Levallois intervient au lendemain d’un appel du ministre aux préfets et responsables de la police et de la gendarmerie à « la vigilance renforcée » autour des lieux de cultes juifs alors que vont débuter prochainement les fêtes religieuses majeures du mois de Tichri.

Selon des chiffres du ministère de l’Intérieur cités en février dernier par la députée MoDem Isabelle Florennes, il y a eu « pour l’année 2021 au total de 1 659 actes anti-religieux recensés, dont 857 actes anti-chrétiens, 589 actes antisémites et 213 actes anti-musulmans ».

Le centre cultuel et culturel de Levallois-Perret, doté d’une synagogue pouvant accueillir 400 personnes, vient d’ouvrir ses portes rue Baudin. Le projet était attendu depuis une quinzaine d’années dans la ville, qui compte l’une des communautés juives les plus importante d’Île-de-France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...