Rechercher

Bazan à nouveau condamné pour avoir enfreint le permis de polluer à Haïfa

Le ministère de la Protection de l'environnement a infligé une amende de 895000 NIS au groupe, déclarant que l'usine Carmel Olefins a fait preuve de négligence, causant un incendie

Vue des cheminées d'une raffinerie dans la baie de Haïfa. (Shay Levy/Flash90)
Vue des cheminées d'une raffinerie dans la baie de Haïfa. (Shay Levy/Flash90)

Le conglomérat de raffinage de pétrole et de pétrochimie Bazan Group a de nouveau été condamné à une amende – cette fois d’un montant de 895 000 shekels – pour avoir enfreint son permis à polluer.

Selon le ministère de la Protection de l’environnement, les travailleurs de la société Carmel Olefins, dont le siège est à Haïfa et qui fabrique du polypropylène et du polyéthylène pour l’industrie plastique, n’ont pas respecté les règles lorsqu’ils ont répondu à une fuite de naphte hautement toxique et cancérigène, un mélange d’hydrocarbures liquides inflammables utilisé pour diluer le pétrole brut lourd.

Selon le ministère, leurs actions ont provoqué l’explosion du produit et un incendie dans l’usine. Aucun blessé n’a été signalé. L’incident dans l’usine, située dans la zone industrielle de Haifa, dans le nord d’Israël, a eu lieu en mai 2018.

Un communiqué du ministère de l’Environnement publié dimanche indique que la fuite « a commencé à la suite d’une panne de pompe et du déversement [du naphte] dans une fosse dans la zone de l’usine ». À la suite de cet incident, un nuage d’aérosol s’est formé dans la zone de la pompe, qui, plus tard, et suite à la façon dont les [travailleurs] de l’usine ont agi, a explosé et a provoqué un incendie ».

Le personnel de l’usine n’a pas respecté les instructions qui stipulent que, dans le cas d’une telle fuite, tout ce qui pourrait provoquer un incendie doit être tenu à l’écart, et que la matière doit être absorbée par un matériau tel que le sable.

Invités à une audience du ministère sur l’incident, les travailleurs ont fourni différentes versions de ce qui s’était passé, selon le communiqué.

L’année dernière, le tribunal de première instance de Haïfa a infligé une amende de 1,2 million de shekels au Bazan Group pour négligence, pollution et violation de permis en rapport avec un incendie massif qui a provoqué des nuages noirs toxiques au-dessus de la baie de Haïfa pendant plusieurs heures fin décembre 2016.

Vue d’un incendie qui s’est déclaré dans un complexe de raffinerie de pétrole à Haïfa, dans le nord d’Israël, le 25 décembre 2016. (Crédit : Meir Vaaknin/Flash90)

Cet incendie, également survenu à la société Carmel Olefins, a incité Yael Cohen-Paran, présidente du Mouvement vert et ancienne législatrice de l’Union sioniste à la Knesset, à demander aux tribunaux de forcer le ministère de l’Environnement à publier tous les détails de la communication entre lui et Carmel Olefins concernant la formulation des conditions de son permis de pollution.

À ce jour, le ministère n’a publié que les projets finaux de ces permis pour consultation publique.

À la suite de la campagne de Paran et d’une décision de la Haute Cour au début du mois, le ministère semble devoir publier toute la correspondance relative à tous les permis de pollution, depuis le moment où une usine en fait la demande jusqu’à ce que les conditions soient finalement convenues.

Le ministère a fait appel auprès de la Haute Cour pour ne pas avoir à divulguer tous ces détails après qu’un tribunal de district a donné raison à Paran, mais il a retiré son appel sur les conseils de la Haute Cour. La Haute Cour a déclaré que la loi sur l’air pur de 2008 obligeait clairement le ministère à partager tous ces détails avec le public.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...