Rechercher

Beit Shemesh : Un homme aurait tué sa fille de 21 ans avant de se suicider

La justice avait interdit au père de rencontrer Liana Savenok et son frère ; la mère avait envoyé son fils voir comment allait sa fille qui ne répondait pas au téléphone

Liana Savenok. (Crédit : Facebook)
Liana Savenok. (Crédit : Facebook)

Un homme de 43 ans aurait poignardé sa fille de 21 ans, la tuant, avant de se donner la mort dans un appartement de Beit Shemesh, samedi.

Le nom de la jeune femme a été révélé ultérieurement. Elle s’appelait Liana Savenok et son père s’appelait Alexander Savenok.

Les services d’urgence du Magen David Adom ont fait savoir que le père et sa fille avaient été retrouvés avec de graves blessures au couteau.

Les médecins n’ont pas été en mesure de les ranimer et la police a ouvert une enquête.

La police entre dans l’immeuble de Beit Shemesh où un père a assassiné sa fille avant de se suicider, le 23 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon les médias israéliens, Alexander aurait mortellement blessé Liana avant de se suicider.

Selon le site Ynet, un tribunal avait interdit à ce père de s’approcher de ses enfants – sa fille de 21 ans et son fils de 17 ans. La Douzième chaîne a fait savoir qu’il avait des antécédents psychiatriques.

Liana Savenok a été tuée au domicile de sa mère – cette dernière, partie en vacances dans le nord du pays, avait demandé à son fils d’aller voir ce que faisait sa fille qui ne répondait pas au téléphone alors que le père avait indiqué qu’il se rendait de son côté à l’appartement.

Le fils est allé au domicile de sa mère où il a retrouvé les corps de sa sœur et de son père.

Alexander Savenok, soupçonné du meurtre de sa fille, qui s’est suicidé, sur une photo non-datée. (Autorisation)

Cela fait longtemps que les activistes déplorent des actions insuffisantes contre les violences faites aux femmes en Israël, et particulièrement dans des dossiers par ailleurs connus par les autorités.

Selon les chercheurs de l’observatoire des féminicides de l’université Hébraïque israélienne, le mois de juin a été le mois le plus meurtrier jusqu’à présent pour les femmes en 2022.

Une étude réalisée par le centre qui a examiné les six premiers mois de l’année 2022 a fait savoir que les féminicides avaient augmenté de 71 % par rapport à la même période, l’année dernière.

Le centre avait fait savoir dans un rapport publié au mois de janvier que 16 femmes avaient été assassinées par un proche ou par un conjoint en Israël pendant toute l’année 2021. Elle avaient été 21 en 2020.

La police et les personnels médicaux devant l’habitation d’une mère dont la fille a été tuée par son père et qui s’est ensuite donné la mort à Beit Shemesh, le 23 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...