Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Ben Gvir au mont du Temple : Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit jeudi

La Turquie est le dernier pays à condamner la visite jugée "provocatrice" d'Itamar Ben Gvir

Le conseil de sécurité de l'ONU à New York. (Crédit : Mission de la Norvège à l'ONU/ Twitter)
Le conseil de sécurité de l'ONU à New York. (Crédit : Mission de la Norvège à l'ONU/ Twitter)

Le Conseil de sécurité de l’ONU débattra jeudi de la « question palestinienne », ont annoncé mercredi les Nations unies, au lendemain d’un tollé international provoqué par la visite d’un ministre israélien sur le mont du Temple.

Confirmant ce que des diplomates évoquaient depuis plusieurs heures, l’ONU a officialisé dans un bref communiqué que les 15 Etats membres du Conseil de sécurité se réuniraient jeudi à 15H00 (20H00 GMT) pour débattre de la « situation au Moyen-Orient, notamment la question palestinienne ».

Lors de son point de presse quotidien, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, Stéphane Dujarric, a répété ce que son adjoint avait affirmé mardi : Antonio Guterres « appelle toutes les parties à s’abstenir de prendre des mesures qui puissent faire monter les tensions à et autour de Jérusalem ».

Les Nations unies ont réaffirmé mardi « l’importance de maintenir le statu quo dans les lieux saints ».

A LIRE : En 2022, Israël condamné à l’ONU plus que tous les autres pays réunis – UN Watch

Site le plus sacré du judaïsme, le Mont du Temple est située dans la Vieille ville de Jérusalem.

En vertu d’un status quo historique, les non-musulmans peuvent se rendre sur le site à des heures précises mais ne peuvent pas y prier. Or, ces dernières années, un nombre croissant de juifs, souvent nationalistes, y prient subrepticement, un geste dénoncé comme une « provocation » par les Palestiniens et plusieurs pays du Moyen-Orient.

Figure de l’extrême droite israélienne et nouveau ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir a effectué mardi un déplacement de 13 minutes sur ce site ultra-sensible, soulevant une vague de condamnations internationales, y compris des Etats-Unis, l’allié historique d’Israël et de la France.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a été le dernier à condamner la visite « provocatrice » du nouveau ministre israélien lors d’un entretien téléphonique avec son homologue israélien, a indiqué mercredi le ministère turc.

« M. Cavusoglu a rappelé à Eli Cohen les attentes et les sensibilités de notre pays à propos de la question palestinienne et a affirmé que nous trouvons inacceptable l’action provocatrice d’hier du ministre israélien de la Sécurité nationale envers l’esplanade des Mosquées », a écrit le ministère dans un communiqué.

M. Cavusoglu a aussi affirmé que la Turquie attendait que « toutes sortes d’actions provocatrices » soient évitées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.