Bennett rencontre des conseillers de Trump pour trouver une alternative à la solution à 2 États
Rechercher

Bennett rencontre des conseillers de Trump pour trouver une alternative à la solution à 2 États

Ces rencontres semblent avoir déclenché l’instruction de Netanyahu de ne pas s’entretenir avec l’entourage de Trump

Naftali Bennett, ministre de l'Éducation et président du parti HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 1er août 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Naftali Bennett, ministre de l'Éducation et président du parti HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 1er août 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett a rencontré des membres de l’entourage du président élu américain Donald Trump. Cette rencontre semble avoir contraint le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’interdire à ses ministres de ne pas entrer en contact avec l’administration du président entrant, selon des sources mardi.

Bennett aurait demandé à la future administration de chercher des solutions alternatives à la solution à 2 États pour résoudre le conflit israélo-palestinien, notamment son propre projet d’annexion des régions de Cisjordanie en échange d’une plus grande autonomie palestinienne dans d’autres territoires.

Le chef du parti HaBayit Hayehudi a confirmé mardi avoir participé à deux rencontres avec « des responsables proches de Trump, à des niveaux différents ».

Un source au sein du parti a ajouté qu’il était très probable que Netanyahu ait eu vent de ces rencontres. C’est ce qui l’aurait poussé à interdire à ses ministres de s’entretenir avec l’entourage de Trump.

Bennett, qui était aux États-Unis en tant que ministre de la Diaspora, était en route vers Israël et est supposé évoquer ces rencontres lors d’une conférence de presse mercredi.

C’est le journal Haaretz qui a relayé en premier les rencontres de Bennett.

Lundi, le secrétaire du cabinet de Netanyahu a diffusé une directive interdisant aux ministres d’entrer en contact direct avec des membres de la future administration de Trump. Tout contact devra se faire via le Bureau du Premier ministre ou l’Ambassade israélienne à Washington.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet, dans ses bureaux, à Jérusalem, le 20 novembre 2016. (Crédit : Emil Salman/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet, dans ses bureaux, à Jérusalem, le 20 novembre 2016. (Crédit : Emil Salman/Pool)

Ces mesures restrictives sont la conséquence des rencontres tenues par Bennett, à la veille et au lendemain de la publication de la lettre écrite par le ministre de l’Agriculture Uri Ariel (HaBayit HaYehudi) adressée à Stephen Bannon sur le site BreitBart. Ariel a remercié Bannon pour son soutien et pour l’amitié qu’il témoigne à Israël.

Aucune information n’a été diffusée au sujet d’autres contacts établis entre des membres du gouvernement israélien et Trump. Une source au sein du parti Yesh Atid a indiqué que Yair Lapid, qui s’est auto-proclamé ministre des Affaires étrangères dans l’ombre, et qui a rencontré plusieurs dignitaires étrangers, ne contactera pas l’équipe de Trump « avant que cela ne soit approprié. »

Cependant, mardi, Lapid a appelé Trump et le président Barack Obama a condamné « toute expression de sympathie nazie et de fascisme ainsi que la montée de l’antisémitisme », suite à la diffusion d’une vidéo mettant en scène des nationalistes blancs saluant Trump avec le salut nazi.

Bannon, nommé chef de la stratégie, a été largement condamné par de nombreux groupes juifs et israéliens pour son soutien au mouvement nationaliste blanc de la droite alternative.

Bennett s’est rendu dimanche à un gala organisé par l’Organisation sioniste d’Amérique (ZOA). Bannon, qui devait faire une apparition, n’est finalement pas venu.

La source au sein du parti Habayit Hayehudi n’a pas précisé l’identité des personnes que Bennett a rencontré.

Des sources, au courant de la nature des rencontres, ont indiqué que Bennett a demandé à ce que la future administration de Trump examine son idée d’une « autonomie palestinienne sur stéroïdes », mais pas de création d’état, dans certaines régions de Cisjordanie, territoire convoité par les palestiniens pour leur futur État. Bennett a proposé qu’Israël annexe certaines régions, notamment la ville de Maale Adumim, dans la pérphérie est de Jérusalem.

Ces suggestions semblent venir répondre aux propos d’Avigdor Liberman. La semaine dernière, le ministre de la Défense a suggéré l’adoption d’une nouvelle approche des implantations en Cisjordanie, en coopérant avec les États-Unis pour agrandir les communautés juives dans les blocs d’implantation, et en parralèle, de geler les constructions dans les petites communautés périphériques.

Les propos de Liberman lui ont valu une critique acerbe de la part du parti nationaliste religieux de Bennett, qui s’est toujours montré en faveur de l’expansion des implantations israéliennes en Cisjordanie.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman à Ashdod, le 17 novembre 2016. (Crédit : Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman à Ashdod, le 17 novembre 2016. (Crédit : Flash90)

Selon Haaretz, après que Liberman a diffusé cette déclaration mercredi dernier, Bennett a rencontré Netanyahu et lui a demandé de freiner le ministère de la Défense, soutenant que l’administration de Trump n’encouragera pas les implantations au-delà de l’exemple que montrera le gouvernement israélien lui-même.

Suite aux élections américaines du 8 novembre 2016, Netanyahu a demandé à son gouvernement de ne pas évoquer publiquement le président-élu.

Cependant cette injonction n’a été donnée qu’après que plusieurs ministres de droite ont salué Trump dans les médias pour son présumé soutien à l’activité israélienne à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, ainsi que pour sa promesse de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem.

Bennett a été parmi les premiers à féliciter Trump. Il avait alors déclaré que « l’ère d’un État palestinien est terminée ».

Netanyahu avait félicité Trump peu après l’annonce des résultats.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...