Rechercher

Biden ne saluera pas de dignitaires israéliens depuis le tarmac comme à l’accoutumée

Officiellement, le changement de protocole fait suite aux problèmes de calendrier, de hautes températures et de restrictions COVID

Un employé à la résidence présidentielle se préparant pour la prochaine visite du président américain, Joe Biden, le 11 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un employé à la résidence présidentielle se préparant pour la prochaine visite du président américain, Joe Biden, le 11 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

On déroule le tapis rouge mais le président américain, Joe Biden ne sera pas accueilli par une longue file de hauts dignitaires lors de son arrivée en Israël mercredi après-midi, ont appris les ministres du gouvernement lundi, rompant ainsi avec l’accueil traditionnel réservé aux dirigeants.

Les ministres ont été informés par écrit lundi qu’en « raison des contraintes de calendrier, du COVID et de la chaleur, le président américain ne serrera pas la main des invités [lors de la cérémonie d’arrivée à l’aéroport] et qu’il ne sera pas possible de faire des photos ».

Les législateurs ont tout de même été invités à assister à la cérémonie d’accueil, qui aura lieu après l’atterrissage de Biden à l’aéroport Ben Gurion à 15 heures 25.

Il sera salué par le Premier ministre, Yair Lapid et le président, Isaac Herzog ; le Premier ministre par alternance Naftali Bennett pourrait également prendre la parole, selon les médias israéliens.

Biden a fait savoir qu’il souhaitait une cérémonie simple à l’aéroport pour la première fois le mois dernier ; les médias pensent qu’il pourrait s’agir d’une tentative d’éviter la répétition d’un incident qui a eu lieu en mai 2017, lorsque le député Oren Hazan s’est frayé un chemin à travers la file des dignitaires à l’aéroport pour prendre un selfie avec le président américain d’alors, Donald Trump.

Hazan, qui était un membre controversé du parti Likud du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, n’était pas censé faire partie des personnes désignées pour serrer la main de Trump, mais il avait réussi à se frayer un chemin dans la file.

Il avait ensuite publié la photo sur sa page Facebook avec la légende suivante : « Merci, Monsieur le Président – tout le plaisir était pour moi ! ».

L’incident avait été condamné par d’autres responsables israéliens, estimant que le coup de théâtre était « un véritable embarras. »

Le président américain de l’époque, Donald Trump, pose pour un selfie avec le député de l’époque, Oren Hazan, à l’aéroport Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : Oren Hazan)

La chaleur estivale – les températures près de l’aéroport devraient atteindre près de 32º C lorsque Biden arrivera – et l’âge du dirigeant (79 ans) ont également pesés dans la décision.

Le programme du voyage de deux jours de Biden en Israël et en Cisjordanie a été pratiquement finalisé et, bien qu’il s’agisse du dixième voyage du législateur dans l’État juif, l’itinéraire comprendra un certain nombre de « premières fois » pour le dirigeant américain.

Après son atterrissage mercredi, Biden visitera plusieurs systèmes de sécurité israéliens avec le ministre de la Défense, Benny Gantz ; cet événement devait initialement se tenir sur la base aérienne de Palmachim, dans le centre d’Israël, mais il aura finalement lieu à l’aéroport Ben Gurion.

La visite comprendra une démonstration qui devrait faire la part belle à la batterie de défense antimissile du Dôme de fer, clin d’œil à l’aide américaine de 500 millions de dollars en batteries de remplacement pour le système suite à la guerre de Gaza de l’an dernier.

Le président américain Joe Biden, accompagné de la première dame Jill Biden, saluant le commandant de la Joint Base Myer-Henderson Hall, le colonel David Bowling, alors qu’ils arrivent à Fort Lesley J. McNair à Washington après un week-end à Rehoboth Beach, Delaware, le 10 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

La visite de Biden comprendra également une présentation du système de défense de fusée laser Rayon de fer, conçu pour fonctionner en tandem avec des systèmes comme le Dôme de fer, pour abattre des projectiles de plus petite taille.

Le président annoncera également qu’il autorise le complexe militaro-industriel américain à entamer des négociations avec ses homologues israéliens en vue de l’achat du Rayon de fer, a déclaré un haut responsable américain au Times of Israel.

Il se rendra ensuite à Jérusalem, où il visitera le Mémorial de Yad Vashem. Citant des sources anonymes, la Douzième chaîne a rapporté lundi que cette étape n’avait pas encore été confirmée.

Jeudi matin, Biden tiendra une réunion avec Lapid, après quoi les deux hommes feront des déclarations à la presse. Le prédécesseur de Lapid, Bennett, qui a rencontré Biden à deux reprises au cours de son année de présidence, sera également présent pour une partie de cette rencontre.

Aucune annonce majeure n’est attendue de part et d’autre. Biden devrait réserver la plupart de ses remarques concernant le conflit israélo-palestinien pour sa rencontre de vendredi avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Biden rencontrera ensuite Herzog, avant de s’entretenir brièvement avec le chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu. Cette rencontre a été ajoutée au programme le mois dernier afin d’éviter de donner l’impression que les États-Unis choisissent leur camp avant les élections israéliennes du 1er novembre.

Le président devrait terminer la journée en prenant la parole lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques juifs Maccabiah, aux côtés de Lapid et Herzog, bien que cette étape soit également susceptible d’être modifiée, selon la Douzième chaîne.

Vendredi, Biden visitera l’hôpital Augusta Victoria, situé sur le Mont des Oliviers à Jérusalem-Est. Ce serait là la première visite d’un président américain en exercice dans cette partie majoritairement palestinienne de la capitale, hors de la Vieille Ville.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...