Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Biden presse Netanyahu de « conclure sans délai un accord » pour « un cessez-le-feu immédiat » à Gaza

Les deux dirigeants ont échangé par téléphone, leur premier appel depuis la frappe israélienne qui a tué 7 travailleurs humanitaires à Gaza le 1er avril

À gauche : le président américain Joe Biden à l'aéroport international de Raleigh-Durham, à Morrisville, en Caroline du Nord, le 28 mars 2023. À droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu assistant à la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, le 19 mars 2023. (Crédit : Carolyn Kaster/AP Photo ; Abir Sultan/Pool/AP)
À gauche : le président américain Joe Biden à l'aéroport international de Raleigh-Durham, à Morrisville, en Caroline du Nord, le 28 mars 2023. À droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu assistant à la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, le 19 mars 2023. (Crédit : Carolyn Kaster/AP Photo ; Abir Sultan/Pool/AP)

Le président américain Joe Biden et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont tenu jeudi soir une conversation téléphonique qui promettait d’être houleuse, Biden étant furieux suite à l’attaque israélienne qui a tué sept travailleurs humanitaires de l’ONG américaine World Central Kitchen (WCK) le 1er avril à Gaza. Les deux dirigeants ont commencé à échanger vers 19 heures (heure israélienne) et ont parlé pendant environ 45 minutes.

Lors de l’appel, Joe Biden a pressé Benjamin Netanyahu de « conclure sans délai un accord » pour un « cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza. Selon un communiqué de la Maison Blanche, il a souligné que ce « cessez-le-feu immédiat est essentiel pour stabiliser et améliorer la situation humanitaire et protéger les civils innocents, et il a exhorté le Premier ministre à donner à ses négociateurs les moyens de conclure sans délai un accord pour ramener les otages chez eux ». La déclaration souligne ainsi également le mécontentement des États-Unis face à la manière dont Netanyahu a géré les pourparlers sur les otages, suggérant qu’il n’aurait pas donné à l’équipe de négociation israélienne les moyens de parvenir à un accord avec le Hamas.

Lors de l’appel, Biden a aussi indiqué au dirigeant israélien que la poursuite du soutien des États-Unis à son opération à Gaza dépendrait de décisions « concrètes » pour protéger les civils, selon la Maison Blanche. Biden a également prévenu Netanyahu lors de l’appel que la politique de Washington concernant la guerre à Gaza changerait fondamentalement si Israël ne mettait pas en œuvre une série de mesures concrètes pour faire face à la crise humanitaire et afin de protéger les travailleurs humanitaires.

Biden « a clairement rappelé la nécessité pour Israël d’annoncer et de mettre en œuvre une série de mesures spécifiques, concrètes et mesurables pour remédier aux dommages causés aux civils, aux souffrances humanitaires et à la sécurité des travailleurs humanitaires », ajoute le communiqué de la Maison Blanche.

Le texte ajoute que « les deux dirigeants ont également discuté des menaces publiques iraniennes contre Israël et le peuple israélien », que le président Biden a clairement indiqué que les États-Unis soutenaient fermement Israël face à ces menaces.

Cet appel entre les deux dirigeants était le premier depuis la frappe non intentionnelle de Tsahal contre un convoi de World Central Kitchen qui a tué sept travailleurs humanitaires lundi – une frappe qualifiée « d’inacceptable », comme la situation humanitaire globale dans la bande de Gaza.

La Maison Blanche a décrit Biden, qui a une relation personnelle étroite avec le fondateur de WCK, Jose Andres, comme effondré par cet incident du 1er avril. Israël a qualifié l’incident de « grave erreur » et a promis une enquête approfondie sur la manière dont il s’est produit. Mais Netanyahu a également déclaré que « ces choses se produisent en temps de guerre ».

« Biden est énervé », avait déclaré un responsable américain au site d’information Axios avant l’appel, en utilisant le surnom de Netanyahu. Un deuxième responsable a confirmé cette tension.

Un autre responsable a déclaré au site que l’appel de Biden à Andres après le tir avait été un « moment difficile » pour le président.

Des responsables américains et israéliens ont déclaré à Axios qu’ils craignaient que les progrès réalisés en faveur d’une augmentation de l’aide humanitaire à Gaza ne soient réduits à néant en raison de l’incident.

Cet incident semblerait pouvoir conduire à un mouvement de bascule dans la guerre – comme fin février, après un autre évènement qui a fait de nombreuses victimes impliquant un autre convoi humanitaire, que des Palestiniens désespérés ont pris d’assaut dans le nord de Gaza. Ces faits avaient suscité de vives réactions internationales et Biden avait annoncé qu’il en avait fini d’attendre qu’Israël facilite l’acheminement d’aide supplémentaire, insistant plutôt pour établir un nouveau corridor maritime afin de livrer de l’aide à Gaza.

La ligne américaine dans le conflit semble aujourd’hui évoluer : alors que Washington demandait jusqu’alors un cessez-le-feu immédiat en échange d’une libération des otages restants par le Hamas, la diplomatie américaine semble aujourd’hui ne plus forcément lier ces deux demandes.

L’incident de lundi – au cours duquel trois ressortissants britanniques, un Australien, un Polonais, un Américano-Canadien et un travailleur humanitaire palestinien ont été tués alors que leur convoi avait été étroitement coordonné avec l’armée – a déclenché des réactions encore plus féroces de la part des dirigeants internationaux, avec Biden affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un incident isolé et qu’Israël avait depuis longtemps échoué à protéger les travailleurs humanitaires et les civils palestiniens à Gaza.

Des membres du personnel des Nations unies inspectent les restes d’une voiture utilisée par l’organisation humanitaire américaine World Central Kitchen, touchée par une frappe israélienne la veille, à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 2 avril 2024. (Crédit : AFP)

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a lui aussi « exprimé son indignation » suite à l’attaque lors d’un appel téléphonique avec son homologue israélien Yoav Gallant, l’exhortant « à prendre immédiatement des mesures concrètes pour protéger les travailleurs humanitaires et les civils palestiniens à Gaza après des échecs répétés de coordination avec des groupes étrangers d’aide humanitaire ».

Jeudi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a lui prévenu qu’Israël risquait de ne plus se distinguer du Hamas si l’armée continuait à ne pas protéger les civils.

« Ce qui s’est passé après le 7 octobre aurait pu prendre fin immédiatement si le Hamas avait cessé de se cacher derrière les civils, libéré les otages et déposé les armes, mais Israël n’est pas le Hamas. Israël est une démocratie ; le Hamas, une organisation terroriste. Les démocraties accordent la plus haute valeur à la vie humaine, à chaque vie humaine. Comme on l’a dit, celui qui sauve une vie sauve le monde entier », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse à Bruxelles, citant un proverbe juif.

« C’est notre force. C’est ce qui nous distingue des terroristes comme le Hamas. Si nous perdons ce respect pour la vie humaine, nous risquons de ne plus nous démarquer de ceux auxquels nous sommes confrontés. À l’heure actuelle, il n’y a pas de priorité plus élevée à Gaza que de protéger les civils, d’augmenter l’aide humanitaire et d’assurer la sécurité de ceux qui la fournissent. Israël doit saisir ce moment », a déclaré Blinken.

Il a noté les « mesures importantes » prises par Israël pour autoriser l’aide à Gaza, mais a précisé que « les résultats sur le terrain étaient terriblement insuffisants et inacceptables », avec 100 % des habitants de Gaza faisant face à une sévère insécurité.

« L’horrible attaque de cette semaine contre World Central Kitchen n’était pas le premier incident de ce type. Ce doit être le dernier », a prévenu le plus haut diplomate américain.

Blinken a également évoqué l’appel entre Biden et Netanyahu et, lorsqu’il lui a été demandé s’il y avait un changement dans la politique américaine, s’éloignant de l’idée selon laquelle un cessez-le-feu ne pouvait passer que par un accord sur les otages, Blinken a répondu : « Notre conviction demeure selon laquelle nous avons besoin d’un cessez-le-feu immédiat pour permettre la libération des otages, mais aussi pour permettre une augmentation drastique de l’aide humanitaire. » Interrogé sur quand les États-Unis souhaiteraient voir des mesures mises en œuvre par Israël afin de répondre à la crise humanitaire à Gaza, Blinken a répondu que son pays souhaitait cela « dès que possible ».

Le porte-parole de la Sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, avait lui déclaré mercredi aux journalistes que l’administration Biden continuait à soutenir le droit d’Israël à se défendre contre le Hamas. Mais Kirby a déclaré qu’Israël devait faire davantage dans ses opérations à Gaza pour empêcher de faire des victimes et des blessés parmi les civils et les travailleurs humanitaires.

« En tant qu’armée moderne et en tant que démocratie, ils ont des obligations envers la population innocente de Gaza et ils n’ont pas toujours respecté ces obligations », a déclaré Kirby. « Nous sommes également préoccupés par ces méthodes. »

Ce jeudi, il a ajouté que l’administration Biden s’attendait à ce qu’Israël prenne des mesures immédiates pour protéger les travailleurs humanitaires de Gaza, avant même la fin de son enquête sur l’attaque contre le convoi de World Central Kitchen en début de semaine.

« Nous voulons voir que, alors même que les Israéliens mènent leur enquête, ils sont disposés et capables de prendre des mesures pratiques et immédiates pour protéger les travailleurs sur le terrain et pour démontrer qu’ils ont mis en place des mesures d’atténuation des dommages causés aux civils », a déclaré Kirby lors d’un point presse, ajoutant que « nous espérons voir des annonces de changements dans les heures et les jours à venir ».

Kirby a ajouté devant la presse que, si Israël ne parvient pas à accroître son aide et à réduire les violences contre les civils à Gaza, « il faudra des changements de notre côté ».

Il a reconnu qu’il y avait « une frustration croissante » de la part de Biden envers Netanyahu après que celui-ci n’a pas tenu compte des avertissements du président. Kirby a aussi indiqué que la vice-présidente américaine Kamala Harris avait également été impliquée dans l’appel Biden-Netanyahu.

L’enquête israélienne sur la frappe meurtrière de Tsahal contre le convoi de World Central Kitchen progresse, ont déclaré des responsables israéliens au Times of Israel mercredi soir. Le Commandement du Sud a terminé son enquête, qu’il a présentée au chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, qui l’étoffera avant de la transmettre aux dirigeants politiques.

Le cabinet de guerre s’est réuni en visio mercredi pour une mise à jour sur l’enquête de Tsahal, a déclaré l’un des responsables.

Halevi s’est excusé mardi pour l’incident : « C’était une erreur qui faisait suite à une erreur d’identification, de nuit, pendant une guerre, dans des conditions très complexes. Cela n’aurait pas dû arriver », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il n’y avait aucune « intention de nuire aux travailleurs humanitaires de WCK ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.