Israël en guerre - Jour 284

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Boaz Abraham, 61 ans : « Père » des ouvriers thaïlandais et la « fierté » de ses enfants

Membre de l'équipe de sécurité tué en défendant son kibboutz Nir Yitzhak le 7 octobre 2023

Boaz Abraham. (Porte-parole de l’armée israélienne)
Boaz Abraham. (Porte-parole de l’armée israélienne)

Boaz Abraham, 61 ans, a été tué le 7 octobre alors qu’il combattait des terroristes palestiniens du Hamas qui tentaient d’envahir sa communauté natale, le kibboutz Nir Yitzhak. Il laisse derrière lui son épouse, Daniela, et leurs trois enfants : Roni, Inbal et Michal.

Boaz était membre de l’équipe civile armée d’intervention rapide de Nir Yizhak, qui a perdu au moins quatre de ses membres dans des combats contre des dizaines de terroristes qui ont saccagé le kibboutz pendant environ 14 heures, kidnappant plusieurs personnes, avant que l’armée israélienne ne parvienne à en reprendre le contrôle.

On a d’abord craint qu’il ait été enlevé, mais ses restes ont été identifiés plusieurs jours après le massacre et il a été enterré le 17 octobre.

Promu à titre posthume sergent-major (res.) par Tsahal en raison de son engagement bénévole dans la sécurité, Boaz était un vétéran de l’opération militaire de 1982 visant à prendre Beyrouth avec la Brigade Nahal.

Il avait rejoint le kibboutz au début des années 1980 avec un groupe de vétérans de Nahal, où il avait rencontré Daniela. Selon un ami, ils se sont mariés sur la pelouse du kibboutz lors d’une cérémonie commune avec deux autres couples de la Brigade Nahal.

« Nous nous sommes compris dès le début, même alors que nous ne parlions pas la même langue », a-t-elle écrit dans un message commémoratif. « Je voulais continuer avec toi, marier nos enfants et profiter de nos petits-enfants ensemble, ou simplement m’asseoir et vieillir ensemble. Voyager ensemble, rendre visite à la famille. Comment puis-je faire tout ça seule ? »

Malgré son rôle dans l’équipe de sécurité, le kibboutz a écrit in memoriam que « Boaz était un homme simple, un civil […] qui voulait juste défendre sa famille et ses amis du kibboutz ».

Vue aérienne de randonneurs israéliens marchant parmi les parterres de fleurs à Nir Yitzhak, dans le sud d’Israël, le 18 avril 2015. (Crédit : Edi Israel/Flash90)

On se souvient de lui pour son sourire chaleureux, son comportement amical et le fait qu’il apportait du bonheur partout où il allait. Il distribuait des surnoms comme des bonbons et en utilisait lui-même quelques-uns, dont « Kol Tov », qui se traduit à peu près par « tout bien », et « Bougie Ashkenabougie ».

Les voisins se souviennent également que Boaz et Daniela promenaient constamment leur chien dans le kibboutz.

Agriculteur de métier, Boaz travaillait sur les terres du kibboutz et supervisait les ouvriers agricoles thaïlandais essayant même d’apprendre le thaï pour mieux communiquer avec eux.

« Tu n’étais pas seulement leur agent de liaison au travail, mais une sorte de père », a écrit l’un de ses voisins. « S’ils avaient besoin de quoi que ce soit, ils s’adressaient à toi. Riz, problèmes personnels ou autre. »

Pour ses propres enfants, c’était un peu la « célébrité du kibboutz ».

« Tu faisais la joie de tous ceux qui t’entouraient, toujours avec un grand cœur et un sourire pour chacun, que ce soit en tant qu’arbitre de football des jeunes, ou quand tu emmenais tout le monde dans ton tracteur autour des champs que tu aimais tant », ont-ils écrit.

« Nous nous souvenons que tu chantais à tue-tête des chansons que tu aimais, même quand tu n’en connaissais pas les paroles (…). Nous sommes sûrs que nous surmonterons notre chagrin de la manière que tu nous as léguée, à savoir par l’humour et le rire qui nous accompagneront toute notre vie. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’est ensuivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.