Budget/Nouvelles élections : Gantz campe sur ses positions
Rechercher

Budget/Nouvelles élections : Gantz campe sur ses positions

Le ministre de la Défense a déclaré qu'il n'y avait pas de date pour l'annexion et qu'Israël n'était pas responsable de chaque explosion en Iran

Le ministre de la Défense Benny Gantz lors d'une réunion du cabinet, au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 21 juin 2020 (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)
Le ministre de la Défense Benny Gantz lors d'une réunion du cabinet, au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 21 juin 2020 (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Dimanche, le ministre de la Défense Benny Gantz a campé sur ses positions quant à la nécessité d’adopter un budget sur deux ans. De son côté, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait formulé des menaces selon lesquelles Israël irait vers de nouvelles élections si le gouvernement échouait à faire adopter le budget sur un an, comme il le souhaite.

« C’est irresponsable d’agir en se basant sur un programme qui ne perçoit pas la période entière dans sa totalité. Ce n’est pas correct professionnellement », a-t-il déclaré à la chaîne publique Kan. « De quoi Israël a-t-il besoin en cette période d’instabilité ? Nous devons regarder ensemble l’année et demie [prochaine] ».

Il a repris le même message dans un entretien avec la Radio de l’armée.

« Nous ne savons pas quelle réalité va apparaître dans les prochains mois, mais nous avons besoin d’un plan économique stable, a déclaré Gantz. Aller vers des élections en ce moment serait irresponsable. Je suis convaincu que le Premier ministre Benjamin Netanyahu comprend bien cela et je crois que nous trouverons le moyen de stabiliser le gouvernement ».

Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Israel Katz, s’exprime lors d’une réunion d’urgence au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 13 février 2020. (Flash90)

En réponse, le ministre des Finances Israël Katz a déclaré qu’un budget à court-terme était exactement ce dont avait besoin l’économie.

« D’un point de vue économique, nous avons besoin d’un budget immédiat. Il est impossible de savoir ce qui va se passer et il est donc impossible de préparer un budget pour l’année prochaine, a déclaré Katz. Tous les économistes disent que nous avons besoin de faire un budget pour cette année maintenant pour que nous puissions relancer l’économie. C’est parfaitement clair d’un point de vue économique pourquoi un budget est nécessaire dès maintenant ».

Selon l’accord de coalition entre le Likud de Netanyahu et Kakhol lavan de Gantz, les partis ont accepté de voter un budget sur deux ans. Pourtant, Netanyahu cherche maintenant à faire passer un budget d’un an en pleine épidémie du coronavirus. Cela lui permettrait potentiellement de déclencher de nouvelles élections sur la question du budget de l’année prochaine et ainsi d’éviter de devoir partager le pouvoir avec Gantz. Le chef de Kakhol lavan a insisté pour dire que son refus d’aller vers un budget sur un an n’avait rien à voir avec un tel scénario.

Selon la Douzième chaîne, Netanyahu a déclaré à des proches qu’il est « déterminé » à faire adopter par le gouvernement un budget couvrant seulement le reste de 2020, pendant la semaine du 12 juillet.

L’information est sortie un jour après que la Douzième chaîne a rapporté que Netanyahu avait menacé de nouvelles élections lors d’une réunion du cabinet. Il était en colère après l’appel de Gantz pour qu’une plus grande partie de la gestion de l’épidémie soit transférée au ministère de la Défense.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu
préside la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem le 28 juin 2020.
(Photo par RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

Les tensions autour de la question du budget d’un an ont conduit certains à penser que Netanyahu cherchait à trouver un moyen de mettre un terme avec son partenariat avec le parti Kakhol lavan de Gantz. Cela déclencherait une nouvelle élection nationale dont il devrait bénéficier.

Dans l’entretien avec la Radio de l’armée, Gantz a également discuté du calendrier d’une annexion prévue de la Cisjordanie. Même s’il n’a jamais clairement exposé ses positions sur le sujet, le chef de Kakhol lavan semble être plus ouvert à l’idée depuis qu’il est devenu membre d’un gouvernement ayant prévu de procéder à l’annexion.

« Nous n’avons pas de date de référence. Nous avons dit à partir du 1er juillet, et cette date est passée, mais il n’y a pas de date butoir », a-t-il souligné à la Radio de l’armée.

Le gouvernement de Netanyahu avait fixé le 1er juillet comme la date à partir de laquelle il pourrait commencer à appliquer certains éléments de la proposition de paix du président américain Donald Trump qui concernent une annexion israélienne. Mercredi pourtant, le Bureau du Premier ministre a déclaré qu’il continuerait à discuter l’annexion possible de certaines parties de la Cisjordanie avec l’administration américaine.

La semaine dernière, Gantz a déclaré à des diplomates américains que les décisions d’annexion ne devraient pas être précipitées et qu’il faudrait attendre qu’Israël ait réglé des questions plus urgentes. « Le 1er juillet n’est une date sacrée », avait déclaré Gantz à l’émissaire de paix de Trump, Avi Berkowitz, a déclaré une source proche de Gantz au Times of Israël. « S’occuper du coronavirus et de ses conséquences sanitaires et socio-économiques est la question la plus urgente qui doit être traitée immédiatement ».

L’Organisation de l’énergie atomique de l’Iran montre un bâtiment endommagé par un incendie à l’usine d’enrichissement de l’uranium de Natanz, à 322 kilomètres au sud de Téhéran, le 2 juillet 2020 (Crédit : Organisation de l’Energie atomique via l’AP)

Dimanche, le ministre de la Défense a également été interrogé au sujet d’une série de mystérieuses explosions en Iran qui ont conduit Téhéran à formuler un avertissement à Israël et aux Etats-Unis.

« Tout le monde peut nous soupçonner tout le temps, a déclaré Gantz. Mais chaque événement qui se produit en Iran n’est pas lié à nous. Nous ferons tout ce qui est possible pour empêcher l’Iran de propager la terreur et les armes, mais je ne fais référence à aucun événement particulier », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...