Caricatures antisémites dans les médias arabes après le transfert de l’ambassade
Rechercher

Caricatures antisémites dans les médias arabes après le transfert de l’ambassade

La Ligue anti-diffamation a recensé une forte augmentation de caricatures prétendant que les Juifs et les Israéliens contrôlent la politique américaine

  • La caricature montre une pierre tombale sur laquelle est écrit " Martyrs palestiniens". Journal Al-Bayan, 18 mai 2018 Emirats Arabes Unis. (via l'Anti-Defamation League)
    La caricature montre une pierre tombale sur laquelle est écrit " Martyrs palestiniens". Journal Al-Bayan, 18 mai 2018 Emirats Arabes Unis. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature montrant l'étoile de David comme un hachoir qui broie les Gazaouis. Le titre arabe est "Gaza". Al-Iqtisadiyya, 16 mai 2018, Arabie Saoudite. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature montrant l'étoile de David comme un hachoir qui broie les Gazaouis. Le titre arabe est "Gaza". Al-Iqtisadiyya, 16 mai 2018, Arabie Saoudite. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature montrant le président américain Donald Trump essuyant le sang des dents d'Israël, représenté comme un loup. Le titre se lit comme suit : " Nettoyer Israël du massacre de Gaza ". ar-Raya, 17 mai 2018 Qatar. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature montrant le président américain Donald Trump essuyant le sang des dents d'Israël, représenté comme un loup. Le titre se lit comme suit : " Nettoyer Israël du massacre de Gaza ". ar-Raya, 17 mai 2018 Qatar. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature montrant Israël, représenté comme un cochon, reposant sa tête sur un oreiller avec le motif du drapeau américain, les étoiles étant remplacées par des étoiles de David. Le titre dit : " Transfert de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem ". De al-Watan, 15 mai 2018, Egypte. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature montrant Israël, représenté comme un cochon, reposant sa tête sur un oreiller avec le motif du drapeau américain, les étoiles étant remplacées par des étoiles de David. Le titre dit : " Transfert de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem ". De al-Watan, 15 mai 2018, Egypte. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature montrant le diable agitant un drapeau américain avec une étoile de David, de al-Hayat, basé à Londres, le 15 mai 2018. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature montrant le diable agitant un drapeau américain avec une étoile de David, de al-Hayat, basé à Londres, le 15 mai 2018. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature avec des étoiles représentant les 50 États remplacés par des étoiles de David, les États-Unis offrent à Israël la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. al-Yawm as-Sabi, 15 mai 2018, Egypte. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature avec des étoiles représentant les 50 États remplacés par des étoiles de David, les États-Unis offrent à Israël la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. al-Yawm as-Sabi, 15 mai 2018, Egypte. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature montrant la bande de Gaza empêchant le serpent représentant Israël de dévorer la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. Le président américain Trump est représenté à cheval sur le serpent, portant une pancarte qui dit "Ambassade des États-Unis". De l'agence de presse iranienne Tasnim, le 15 mai 2018. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature montrant la bande de Gaza empêchant le serpent représentant Israël de dévorer la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. Le président américain Trump est représenté à cheval sur le serpent, portant une pancarte qui dit "Ambassade des États-Unis". De l'agence de presse iranienne Tasnim, le 15 mai 2018. (via l'Anti-Defamation League)
  • Caricature montrant le président américain Trump et le premier ministre Benjamin Netanyahu dépeints comme des serpents sur le point d'attaquer la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. Al-Jazira, 16 mai 2018, Qatar. (via l'Anti-Defamation League)
    Caricature montrant le président américain Trump et le premier ministre Benjamin Netanyahu dépeints comme des serpents sur le point d'attaquer la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. Al-Jazira, 16 mai 2018, Qatar. (via l'Anti-Defamation League)

Il y a eu une forte augmentation des caricatures politiques antisémites et anti-israéliennes dans les journaux arabes à la suite du transfert de l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, selon la Ligue Anti-Diffamation (ADL).

L’ADL a recensé des caricatures de publications en langue arabe en Égypte, aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite, au Qatar et en Iran.

Ces caricatures récentes reprennent des thèmes qui « invoquent les théories antisémites de complot de contrôle juif de la politique étrangère américaine » ou « incluent des représentations déshumanisantes d’Israël en tant qu’animal bestial », selon l’observatoire basé à New York.

Les caricatures vont de la représentation du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président américain Donald Trump en serpents complotant pour la prise du Mont du Temple jusqu’au diable tenant un drapeau américain avec les étoiles remplacées par les étoiles de David.

D’autres images montrent un cochon marqué par une étoile de David reposant sur le drapeau américain et Trump nettoyant le sang sur les dents d’un loup paré d’une étoile de David.

La semaine dernière, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui aurait été hospitalisé pour une pneumonie, a été photographié en train de lire un journal qui portait en évidence une grande caricature sur sa dernière page montrant un soldat israélien en train d’échanger un biberon de lait d’un nourrisson avec du poison en l’enfonçant dans la gorge à la place.

La caricature faisait référence à des informations – depuis lors remises en question – selon lesquelles Layla Ghandour, 8 mois, résidente de Gaza, est morte en inhalant du gaz lacrymogène tiré par les soldats israéliens lors de violentes manifestations à la frontière de Gaza avec Israël.

La décision prise par Trump le 6 décembre 2017 de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y déplacer l’ambassade a suscité une colère généralisée dans le monde arabe, ce qui a provoqué des appels à des manifestations palestiniennes de masse contre le changement de la politique américaine.

En particulier, les tensions le long de la frontière de Gaza sont vives depuis le 30 mars, ce qui a marqué le début d’une série de manifestations violentes le long de la barrière de sécurité, connue communément sous le nom de « Marche du retour ».

Au total, au moins 120 Palestiniens ont été tués par Israël depuis le début des manifestations, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui est dirigé par le mouvement terroriste islamiste Hamas.

Une photo prise depuis le kibboutz israélien de Nahal Oz des manifestants palestiniens se rassemblant le long de la frontière avec Israël (Crédit : AFP PHOTO / JACK GUEZ)

La violence a atteint son apogée le 14 mai – le jour du transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem – lorsque plus de 40 000 Palestiniens ont pris part à une émeute violente « sans précédent » le long de la frontière, selon l’armée, ainsi qu’à de plus petites manifestations le lendemain.

Le ministère de la Santé de Gaza a initialement déclaré qu’au moins 62 personnes ont été tuées au cours de ces deux jours et un responsable du Hamas a déclaré qu’au moins 50 d’entre elles étaient membres du groupe terroriste.

Au cours des affrontements, des milliers de manifestants ont brûlé des pneus, jeté des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats israéliens de l’autre côté de la clôture et, dans quelques cas, se sont engagés dans des batailles armées avec Tsahal.

Israël affirme que ses actions – et en particulier l’utilisation de balles réelles – sont nécessaires pour défendre la frontière et arrêter les infiltrations massives à partir du territoire. Israël a accusé le groupe terroriste du Hamas d’encourager les manifestations et de les utiliser comme couverture pour tenter de perpétrer des attentats terroristes, notamment en tirant sur les soldats et en tentant de franchir la clôture de la frontière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...