Certaines villes à fort taux d’infection rejettent les restrictions sanitaires
Rechercher

Certaines villes à fort taux d’infection rejettent les restrictions sanitaires

Les règles les plus strictes ne concernent que 8 villes ; la municipalité de Bnei Brak y est défavorable ; les maires de Kafr Qassem et Umm al-Fahm saluent un éventuel confinement

Un ultra-orthodoxe portant un masque passe devant une pancarte disant : "Vous lisez cette pub ? Vous n'êtes pas au bon endroit. Le bon endroit, c'est chez vous", dans la ville religieuse de Bnei Brak, près de Tel Aviv, le 3 avril 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Un ultra-orthodoxe portant un masque passe devant une pancarte disant : "Vous lisez cette pub ? Vous n'êtes pas au bon endroit. Le bon endroit, c'est chez vous", dans la ville religieuse de Bnei Brak, près de Tel Aviv, le 3 avril 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Les responsables municipaux d’un certain nombre de villes ayant un taux élevé d’infection au coronavirus et devant faire l’objet de restrictions ont affirmé jeudi que leur catégorisation était incorrecte et que la tactique échouerait, tandis que d’autres ont salué la décision d’imposer des réglementations pour aider à réduire la propagation du virus.

Le responsable de la lutte contre l’épidémie, le professeur Ronni Gamzu, a déclaré vendredi que les restrictions les plus strictes ne seraient probablement imposées qu’à huit villes, sans donner plus de détails.

« [La] proposition faite au cabinet était d’imposer un confinement à huit villes présentant une morbidité particulièrement élevée et d’imposer des restrictions de circulation à toutes les villes rouges », a indiqué M. Gamzu à la chaîne Kan.

La ville de Bnei Brak, essentiellement ultra-orthodoxe, a publié une déclaration affirmant qu’un précédent confinement imposé à la ville plus tôt dans l’année avait été inefficace et que la mise en place de nouvelles règles ne ferait qu’accroître la méfiance entre les résidents et les autorités.

« Comme l’a prouvé la première vague, un confinement n’est pas la solution. Au lieu d’imposer une punition collective à toute la ville, nous attendons du gouvernement qu’il se batte à nos côtés et non contre nous. La décision d’imposer un confinement à la ville est une déception et augmente la méfiance du public ultra-orthodoxe envers les décisions du responsable de la lutte contre le coronavirus et des décideurs », a souligné la municipalité.

Le maire d’Elad, Israel Porush, a déclaré au site d’information Walla qu’il pensait que sa ville avait été mal classée et qu’un confinement aurait pour conséquence d’entasser les gens dans des conditions de vie difficiles.

Yisrael Porush lors de sa campagne pour briguer la mairie d’Elad, le 22 octobre 2018. (Aharon Krohn/Flash90)

« Ils ne le vérifient pas correctement, ils font perdre confiance à notre population », a-t-il déploré. « Nous avons de petits appartements et des familles avec beaucoup d’enfants. Ce qui se passe dans le confinement, c’est qu’il y a 300 personnes dans un seul bâtiment, nous devons donc nous réunir et voir comment nous appliquerons les décisions du cabinet. Nous devons nous préparer à cela. »

Le maire de Taibe a évoqué au site d’information Ynet une « décision irresponsable » du gouvernement qui allait encore plus endommager le système éducatif, mais il a appelé ses habitants à cesser d’organiser des mariages et autres rassemblements.

« [Les étudiants] étudient actuellement les cours qu’ils ont perdus l’année dernière », a déclaré Shuaa Mansour Masarwa aux résidents. « Je demande que les mariages soient arrêtés. Ne les organisez pas, n’y assistez pas, annulez-les. La situation n’est pas propice aux mariages. Réveillez-vous et ne sous-estimez pas [la situation]. »

Cependant, le maire de Kafr Qassem, une ville centrale à majorité arabe, a salué la décision de désigner la localité comme ayant besoin de restrictions.

« Nous sommes d’accord avec la position du professeur Ronni Gamzu, et nous l’avons informé que même s’ils n’imposaient pas de confinement, nous, Kafr Bara et Jaljulya, imposerions nous-mêmes un confinement », a fait savoir Adel Badir au site d’information Walla.

« Nous faisons confiance à nos résidents pour qu’ils soient intelligents et vivent dans l’ombre du corona avec toutes les directives du ministère de la Santé. J’ai confiance dans la direction de Gamzu – lui et son personnel sont professionnels et pragmatiques », a ajouté Adel Badir.

Des officiers de police à un barrage temporaire à Jérusalem, le 8 avril 2020, en plein confinement national visant à empêcher la propagation de l’épidémie de coronavirus pendant la fête de Pessah. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Samir Mahamid, maire de la ville d’Oum al-Fahm, dans le nord du pays, a également affirmé au site d’information qu’il était nécessaire de mettre en place des restrictions localisées.

« Je suis d’accord avec les mesures qu’ils prennent, il n’y a pas d’autre choix que de renforcer les restrictions. Je veux que les élèves reviennent [à l’école] dès que possible. J’espère que cela ne prendra pas trop de temps et que nous nous sortirons de ce pétrin le plus rapidement possible », a indiqué M. Mahamid.

« Malheureusement, dans notre société arabe, l’augmentation de la mortalité est due à deux facteurs : l’incapacité à maintenir l’isolement et les rassemblements, en particulier lors des mariages qui se tiennent dans les arrière-cours des maisons », a expliqué M. Mahamid. « J’étais d’accord avec l’idée du confinement, je n’ai pas eu d’objection. »

Les ministres ont voté jeudi en faveur du confinement de plus de 30 villes « rouges » qui ont un taux élevé d’infection au coronavirus, un jour après que le nombre d’infections en Israël a atteint un nouveau record de plus de 3 000 cas quotidiens.

La plupart de ces villes sont principalement ultra-orthodoxes et arabes, deux segments de la population qui ont été durement touchés par l’épidémie.

Bien qu’il n’y ait pas encore d’annonce officielle sur les villes qui seront confinées, les 30 villes et villages actuellement désignés comme « rouges » sont : Nazareth, Bnei Brak, Tibériade, Abu Snan, Umm al-Fahm, Elad, Aabalin, Buqata, Beit Jann, Jaljulya, Jatt, Daliyat al-Karmel, Zemer, Taibe, Tira, Kasra-Samia, Ka’abiyye-Tabbash-Hajajre, Kafr Bara, Kafr Kanna, Kafr Qassem, Lakiya, Sheikh Danun, Maale Iron, Ein Mahil, Assafiya, Arara, Fureidis, Qalansawe, Rechasim et Kfar Aza.

Des étudiants ultra-orthodoxes à la Yeshiva Kamenitz, à Jérusalem, le 2 septembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les membres du cabinet dit « coronavirus », un groupe restreint de ministres, ont décidé que le confinement prendrait effet lundi, selon certaines informations.

Les restrictions en discussion pour les 30 municipalités comprendraient l’interdiction d’entrer et de sortir des villes, une interdiction de s’éloigner à plus de 500 mètres du domicile, l’arrêt des transports publics et la fermeture des entreprises non essentielles et de toutes les écoles, à l’exception des garderies et des programmes d’éducation spéciale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...