Ces diplomates étrangers qui ont sauvé des Juifs durant la Shoah
Rechercher

Ces diplomates étrangers qui ont sauvé des Juifs durant la Shoah

"Au-delà du devoir", a rendu hommage aux diplomates, originaires de 21 pays, qui ont été reconnus comme des Justes parmi les nations par Yad Vashem

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Raoul Wallenberg, à droite, avec des juifs à l'ambassade de Suède à Budapest, date non précisée. (Crédit : autorisation de Yad Vashem)
Raoul Wallenberg, à droite, avec des juifs à l'ambassade de Suède à Budapest, date non précisée. (Crédit : autorisation de Yad Vashem)

Durant l’été 1944, Albert Franko avait été déporté de la ville grecque occupée par les nazis dont il était originaire, Piraeus, vers Auschwitz. Il a été soudainement sorti du train dans lequel il avait été embarqué – parce que son épouse était citoyenne turque.

Sa vie avait été sauvée en raison de l’intervention personnelle de Selahattin Ülkümen, consul général de Turquie à Rhodes.

De sa propre initiative et grâce à une persévérance tenace, Ülkümen était parvenu à sauver environ 50 Juifs. La majorité d’entre eux n’étaient pas des citoyens turcs mais il avait déclaré à la Gestapo que la loi turque considérait les époux des Turcs comme ses propres ressortissants et réclamé leur libération.

Les survivants avaient réalisé plus tard qu’une telle loi n’avait jamais existé et qu’Ülkümen l’avait inventée pour leur sauver la vie.

Environ 75 ans plus tard, le ministère des Affaires étrangères israélien rend hommage à Ülkümen et à 35 autres diplomates étrangers qui, au péril de leurs vies, ont sauvé des Juifs durant la Shoah. Un monument a été installé au siège du ministère, à Jérusalem et une exposition sera présentée dans plus de 60 ambassades de l’Etat juif à travers le monde.

Cette exposition, qui a été intitulée « Au-delà du devoir », rend hommage aux diplomates, originaires de 21 pays, qui ont été reconnus comme des Justes parmi les nations par Yad Vashem.

« A une époque de difficulté morale suprême et pendant les heures les plus obscures jamais connues par le peuple juif, ces gens ont agi à la lumière de leur conscience pour sauver des Juifs, sans égard pour les éventuelles conséquences personnelles et professionnelles qu’ils encouraient », a expliqué Ran Yaakoby, qui a dirigé le projet.

Une partie du panneau de l’exposition consacré à Selahattin Ülkümen (Autorisation du ministère des Affaires étrangères)

« Le ministère des Affaires étrangères sera éternellement reconnaissant et saluera toujours leur courage et leur exemple moral », a ajouté Yaakoby, directeur du département chargé de la lutte contre l’antisémitisme et du souvenir de la Shoah au ministère.

Le 5 février – quelques jours après Yom HaShoah, – le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu à l’inauguration d’une importante installation à la mémoire de ces diplomates devenus des Justes parmi les nations.

L’installation, créée par l’artiste israélien Zehava Benjamin, est constituée d’arbres – qui symbolisent une forêt européenne – et les noms des 36 diplomates, notamment celui d’une personne qui ne l’était pas en réalité, mais qui avait prétendu assumer cette fonction. Giorgio Perlasca, qui travaillait à Budapest pour une entreprise d’exportation de bovins, avait en effet changé son nom en 1944, adoptant celui de Jorge, et il avait prétendu être le consul-général d’Espagne, sauvant ainsi des dizaines de Juifs.

Six Suédois sont également sur la liste, ce qui fait de ce pays le premier en termes de diplomates reconnus comme Justes parmi les nations. Le plus célèbre d’entre eux est Raoul Wallenberg, qui avait sauvé des milliers de Juifs dans la Hongrie occupée par les nazis. La Suisse affiche cinq représentants sur la liste et l’Espagne quatre. Parmi les autres pays, le Vatican, la Roumanie, le Portugal, la Slovaquie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Japon et le Pérou.

Je voudrais que nos diplomates connaissent les histoires de ces diplomates internationaux qui ont sauvé des hommes dans le besoin … et suivent leur exemple

Yaakoby a développé l’exposition avec l’aide du studio de production The Hive de Tel Aviv et avec l’assistance d’experts de Yad Vashem. Au mois d’avril 1998, le centre de recherche et de mémoire de l’Holocauste de Jérusalem avait accueilli une exposition similaire intitulée « Des visas pour la vie : Les diplomates Justes parmi les nations » en l’honneur du 50e anniversaire de la fondation d’Israël.

Le mur du mémorial du ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, avec les noms des 36 diplomates qui avaient sauvé des Juifs pendant l’Holocauste (Courtesy)

Cette année, Jérusalem a également émis un timbre pour commémorer ces diplomates qui ont sauvé des Juifs durant la Shoah.

Mais depuis vingt ans, la liste a quelque peu augmenté, car Yad Vashem a continué d’ajouter des personnes qui ont risqué leur propre vie pour aider les Juifs, à sa liste des Justes parmi les Nations.

Le projet, cette année, n’a pas seulement pour objectif de commémorer des événements passés, mais également d’inspirer un héroïsme similaire à l’avenir, selon Yaakoby.

« Le message est très clairement de s’en tenir à des raisons morales, en particulier à une époque de chaos », a-t-il dit.

« Je voudrais que nos diplomates connaissent les histoires de ces hommes dans le monde entier qui en ont sauvé d’autres qui en avaient besoin, non parce qu’ils avaient l’obligation de le faire, mais parce que leur conscience ne leur permettait pas de faire autrement, et qu’ils suivent leur exemple. Les règles ne fournissent pas toutes les réponses aux dilemmes moraux, et c’est ce qu’un représentant d’une nation – et c’est assurément le cas dans la nation juive – doit tirer comme leçon ».

La liste des 36 diplomates étrangers qui ont sauvé des Juifs pendant la Shoah (Autorisation : ministère des Affaires étrangères)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...