Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Choqués par l’attitude d’un dirigeant des boulangeries Angel, les haredim boycottent

Un politicien ultra-orthodoxe remet en cause la casheroute d’Angel Bakeries, suite à la participation de son président à une manifestation contre l'exemption de service des orthodoxes

Un ouvrier dans une usine d'Angel Bakeries à Jérusalem le 16 août 2010 (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)
Un ouvrier dans une usine d'Angel Bakeries à Jérusalem le 16 août 2010 (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

Politiciens et organisations ultra-orthodoxes ont appelé au boycott d’Angel Bakeries, l’une des plus grandes entreprises de boulangerie de tout le pays, suite à la participation d’Omer Barlev, président du conseil d’administration, a une manifestation devant la maison d’un éminent rabbin ultra-orthodoxe.

L’appel a d’ores et déjà été entendu par plusieurs yeshivot, considérées comme les plus gros clients d’Angel Bakeries, qui ont annulé leurs commandes, a rapporté vendredi le site d’information Ynet.

En participant aux « manifestations » de jeudi contre la réforme judiciaire, Barlev, ex-ministre de la Sécurité intérieure, a suscité l’indignation de la communauté haredi avec son selfie devant le domicile du rabbin Gershon Edelstein, chef spirituel du parti YaHadout HaTorah, âgé de 100 ans.

Barlev se tenait aux côtés des manifestants du groupe de réservistes Frères d’Armes, avec des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Sans service militaire, il n’y a pas de réconciliation possible », allusion aux demandes de fin des exemptions générales de service militaire accordées aux étudiants haredim des yeshivot.

Barlev a écrit que l’intention du gouvernement d’adopter une loi exemptant les hommes haredim du service militaire était un « pot-de-vin » destiné à acheter le soutien au projet de réforme judiciaire.

« Au-delà de l’importance du principe du service militaire pour tous, la loi sur ‘l’inégalité du fardeau’ que la coalition a l’intention de promulguer est un pot-de-vin du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la Justice Yariv Levin aux partis Haredim afin qu’ils votent en faveur de leur réforme judiciaire », a écrit Barlev.

Les politiciens ultra-orthodoxes ont rapidement pris position contre Barlev, et par extension contre Angel Bakeries, un député assurant que cela remettait même en cause la fiabilité de la certification de casheroute de l’entreprise.

« Barlev ne comprend pas ce qu’est la Torah ni à quel point elle est grande. A chacun de décider s’il est bon de lui acheter des produits alimentaires. Pour ma part, je n’ai que du mépris pour lui ! », a écrit le député Moshe Gafni de YaHadout HaTorah.

« A nous de voir si nous pouvons faire confiance à leur casheroute. »

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, a retweeté un message du journaliste haredi Yaakov Rivlin appelant au boycott d’Angel.

La députée Otzma Yehudit, Limor Son Har-Melech, a déclaré vendredi à la radio Kan qu’elle se joindrait aux actions intentées contre l’entreprise.

« Il n’est pas possible que le président du conseil d’administration d’Angel aille manifester devant le domicile de l’un des plus grands rabbins de cette génération. Les propos de Barlev sont très problématiques, hostiles, profondément haineux et ignorants de ce qu’est ce monde. Le boycott prendra fin lorsque Omer Barlev aura répondu de ses actes et paroles. Le boycott doit se poursuivre jusqu’à ce qu’il soit limogé », a déclaré la députée d’extrême droite.

Pain blanc tranché à l’usine Angel Bakeries de Jérusalem, le 16 août 2010. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Le boycott d’Angel Bakeries a donné lieu à des contre-appels, parmi les politiciens de l’opposition et les anti-réforme, pour que leurs partisans achètent du pain de la marque.

Jeudi, en réaction aux appels au boycott, le président d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, publiait un selfie en train d’acheter du pain de la marque Angel Bakeries.

« À ma connaissance, l’État d’Israël est encore une démocratie et les gens sont autorisés à exprimer leurs positions. Nous ne permettrons pas aux militants ultra-orthodoxes de mettre en péril le travail d’honnêtes citoyens israéliens », a-t-il tweeté.

Le député Yesh Atid, Vladimir Beliak, a déclaré avoir commencé sa journée de vendredi en achetant du pain de la marque Angel Bakeries.

« Ces politiciens pourris et effrontés, qui exigent de doubler les budgets pour les étudiants de yeshiva et de consacrer 2 milliards de shekels de plus aux écoles qui n’enseignent pas les matières de base et imposent aux enfants haredim une vie d’ignorance et de pauvreté, tentent également de nuire au travail des centaines d’employés d’Angel », a tweeté Beliak.

Jusqu’au mois dernier, la coalition de Netanyahu s’était lancée dans une course contre la montre avec son projet de réforme judiciaire destinée à réserver les nominations judiciaires au gouvernement et limiter les pouvoirs de surveillance de la Cour Suprême, mais, face à la vigueur et à l’ampleur des manifestations, elle a interrompu le processus législatif le temps de tenir des pourparlers pour parvenir à un compromis.

Le parti au pouvoir, le Likud, tente de retarder l’adoption du projet de loi, de crainte de perdre encore plus le soutien de la rue.

Les membres haredim de la Knesset profitent, eux, du vote du budget pour 2023-2024, fin mai, pour faire progresser la loi d’exemption du service militaire.

Le budget doit être adopté avant le 29 mai pour empêcher la dissolution automatique de la Knesset, ce qui entraînerait des élections anticipées.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.