Rechercher

Chypre : 6 inculpés, accusés d’avoir planifié une attaque contre des Israéliens

Un projet d’attaque terroriste aurait visé des cibles israéliennes ; le principal suspect aurait eu des images liées au Hezbollah sur son portable ; le procès démarrera en décembre

Illustration - Un policier à moto escorte et garde un fourgon de police, à Nicosie, à Chypre, le 24 juin 2019. (Crédit : Petros Karadjias/AP)
Illustration - Un policier à moto escorte et garde un fourgon de police, à Nicosie, à Chypre, le 24 juin 2019. (Crédit : Petros Karadjias/AP)

Les autorités chypriotes ont déposé des actes d’accusation vendredi contre six suspects qui auraient planifié d’attaquer des cibles israéliennes sur l’île méditerranéenne.

Parmi les personnes inculpées se trouvait le principal suspect, Orkhan Asadov, un ressortissant azerbaïdjanais âgé de 38 ans. Lui et trois Pakistanais inculpés dans cette affaire sont accusés d’avoir voulu se rendre à Chypre pour y mener des attaques terroristes.

Tous les suspects, sauf un, auraient prévu de tuer cinq Israéliens vivant à Chypre, selon le quotidien Politis.

La grande majorité des chefs d’accusation dans l’acte d’accusation sont dirigés contre Asadov – notamment usage de faux passeports et blanchiment d’argent. L’acte d’accusation allègue qu’il aurait reçu 40 000 $ plus tôt cette année pour commettre des actes de terrorisme.

Selon Politis, Asadov aurait déclaré aux enquêteurs – avant d’être représenté par un avocat –, qu’il avait reçu l’argent de la part d’un homme nommé uniquement « Mohammed » pour qu’il aille à Chypre et intimide des hommes d’affaires israéliens qui lui devaient de grosses sommes d’argent.

Néanmoins, des images du groupe terroriste libanais du Hezbollah auraient également été retrouvées sur le téléphone d’Asadov.

L’un des suspects pakistanais, qui aurait aidé à recruter les autres individus, est accusé d’avoir des liens avec une milice pakistanaise chiite soutenue par l’Iran et combattant en faveur du régime al-Assad dans la guerre en Syrie. L’Iran et son mandataire le Hezbollah sont étroitement liés au président syrien Bashar al-Assad.

Le journal a indiqué que l’un des autres suspects avait la nationalité chypriote, car ses parents avaient émigré dans le pays – l’article n’a pas précisé d’où ils étaient originaires. Aucune information ne permettait d’identifier le sixième suspect.

Un juge a ordonné le maintien en détention des suspects jusqu’à la fin de la procédure. Le procès doit démarrer début décembre.

L’information au sujet de ces présumés projets d’attaques a été publiée début octobre après l’arrestation d’Asadov, survenue car soupçonné de planifier une attaque contre des Israéliens. Asadov aurait été en possession d’une arme à feu et d’un silencieux lorsqu’il a été arrêté.

Alors que le gouvernement israélien a déclaré que le projet d’attaque était lié au « terrorisme iranien », les responsables chypriotes avaient précédemment rejeté l’idée d’une implication de Téhéran.

Des articles ont rapporté que le projet était dirigé contre l’homme d’affaires israélien Teddy Sagi, bien que les autorités israéliennes – et Sagi lui-même – ont nié qu’il ait été spécifiquement visé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...