Cisjordanie : Un Palestinien tué par des soldats israéliens selon l’AP
Rechercher

Cisjordanie : Un Palestinien tué par des soldats israéliens selon l’AP

L'armée a rapporté que les soldats avaient ouvert le feu sur deux hommes qui jetaient des cocktails Molotov sur un poste militaire, touchant l'un d'entre eux

Opération militaire israélienne en Cisjordanie, le 28 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)
Opération militaire israélienne en Cisjordanie, le 28 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Un Palestinien est décédé à l’hôpital de la ville de Salfit, en Cisjordanie, après avoir reçu une balle tirée par des soldats dans la nuque, a indiqué l’Autorité palestinienne jeudi.

Le compte Twitter officiel du dirigeant de l’AP du parti du Fatah, Mahmoud Abbas, a identifié la victime, qui s’appelle Ibrahim Ahu Yaqoub. Un autre Palestinien a été blessé dans l’incident, a précisé la publication.

L’agence palestinienne Maan a indiqué qu’Abu Yaqoub était âgé de 29 ans.

Ce post de l’AP a été écrit après l’annonce par l’armée israélienne que les troupes avaient ouvert le feu en direction de deux Palestiniens qui jetaient des cocktails Molotov vers un poste militaire dans le nord de la Cisjordanie.

Un porte-parole de l’armée israélienne a indiqué que l’un d’entre eux avait été touché par les tirs, tandis que l’autre avait pris la fuite.

Les récits livrés par les Palestiniens réfutent tout acte de violence de la part des deux hommes.

Le gouverneur de Salfit, Abdullah Kmeil, a expliqué dans un communiqué qu’Abu Yacoub avait été blessé « sans aucune sorte de justification, alors qu’il marchait tranquillement avec ses amis ».

Les deux hommes ont été pris pour cible « après l’invasion de Kifl Haris », un village du nord de la Cisjordanie, « par les forces israéliennes qui ont ouvert le feu de sang-froid », a déclaré le gouvernorat de Salfit sur sa page Facebook.

Les funérailles d’Abu Yaqoub auront lieu aujourd’hui, à Kfil Haris, après la prière du vendredi, a précisé le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...