Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Conférence sur Gaza attaquée par l’ultradroite à Lyon : 2 nouvelles mises en examen

Ces deux personnes, arrêtées lors d'un vaste coup de filet lundi, sont accusées de "participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences volontaires ou de destructions ou dégradations"

L’attaque de militants d’extrême droite contre une conférence sur Gaza, à Lyon, le 11 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran X)
L’attaque de militants d’extrême droite contre une conférence sur Gaza, à Lyon, le 11 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran X)

Deux personnes ont été mises en examen mercredi dans le cadre de l’enquête sur l’attaque d’une conférence sur Gaza, en novembre à Lyon, pour laquelle sept militants de l’ultradroite sont déjà poursuivis, a indiqué le parquet de la ville.

Ces deux personnes, arrêtées lors d’un vaste coup de filet lundi, sont accusées de « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences volontaires ou de destructions ou dégradations », a précisé le parquet à l’AFP. Elles ont été placées sous contrôle judiciaire.

Sur les huit autres suspects interpellés avec elles, seuls trois restaient encore en garde à vue mercredi en fin de journée.

Début février, sept membres présumés de l’ultradroite lyonnaise avaient été mis en examen dans ce même dossier pour « association de malfaiteurs », un chef passible de cinq à dix ans de prison, et « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations ».

Deux d’entre eux, âgés d’une vingtaine d’années, figures connues de l’ultradroite lyonnaise, avaient été placés en détention provisoire.

Le soir du 11 novembre, des dizaines de personnes vêtues de noir, le visage en partie masqué, avaient tenté d’enfoncer la porte d’un local du Vieux Lyon à coups de mortiers d’artifice et de barres de fer, selon plusieurs témoins.

À l’intérieur, une centaine de personnes suivaient une conférence d’un médecin ayant travaillé à Gaza, organisée par le Collectif Palestine 69. L’attaque avait fait sept blessés, dont trois transférés à l’hôpital.

Un homme proche « de la mouvance ultradroite » avait été interpellé le soir-même à proximité des lieux, en possession d’une batte de baseball, d’un poing américain et d’un protège-dents, selon le parquet. Il avait été immédiatement mis en examen.

L’exploitation de données dans son téléphone, des images de vidéosurveillance et de bornages téléphoniques a permis aux enquêteurs d’identifier d’autres participants.

La dernière vague d’interpellations a visé un ancien trésorier du GUD lyonnais et des personnes impliquées dans des violences en marge de la CAN en 2019 à Lyon, selon des informations du Parisien confirmées par une source proche du dossier.

Un militant d’ultradroite condamné pour avoir participé à une expédition punitive à Romans-sur-Isère (Drôme) après la mort du jeune Thomas dans un bal de village à Crépol a également été interpellé lundi, a-t-on appris de même source.

L’attaque contre la conférence pro-palestinienne avait été revendiquée sur une boucle Telegram d’ultradroite identitaire et néonazie par le « Guignol Squad », groupe informel coutumier des actions violentes à Lyon.

Cette action avait relancé les appels à dissoudre les groupuscules d’ultradroite actifs à Lyon, dont Les Remparts, bâti sur les cendres de Génération identitaire, un collectif dissous en 2021.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.