Contrôleur de l’État : la diplomatie est très sous-financée et non coordonnée
Rechercher

Contrôleur de l’État : la diplomatie est très sous-financée et non coordonnée

Dans son rapport, le médiateur énumère divers organes gouvernementaux qui traitent des mêmes questions, souvent sans concertation ; le ministère salue le rapport

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Illustration : Des gens se rassemblent devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 15 novembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Des gens se rassemblent devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 15 novembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’appareil de politique étrangère israélien est terriblement sous-financé et non coordonné, selon un rapport du contrôleur de l’État publié lundi, qui appelle à des réformes qui centraliseraient les activités diplomatiques de la nation.

Outre le ministère des Affaires étrangères, il existe plus de 35 autres agences gouvernementales chargées des relations internationales. Le rapport indique que cela conduit fréquemment à des situations dans lesquelles le ministère et d’autres organismes traitent les mêmes questions face aux mêmes interlocuteurs à l’étranger, sans même s’en informer mutuellement.

« Bien que la coopération et la coordination entre le ministère des Affaires étrangères et les autres agences diplomatiques soient nécessaires pour améliorer le travail du gouvernement sur la scène internationale, en réalité, le gouvernement d’Israël a du mal à coordonner leurs activités », indique le rapport.

« Dans la situation actuelle, l’activité gouvernementale ne peut que refléter les intérêts du parti qui la dirige. Cette réalité ne favorise pas les objectifs et les politiques du gouvernement dans l’arène internationale ».

En concurrence avec le ministère des Affaires étrangères – dont le budget ne cesse de diminuer depuis des années – se trouvent le Conseil national de sécurité, qui dispose d’une division de la politique étrangère, et le Bureau du Premier ministre, qui comprend le Mossad et son département chargé des liens avec les pays avec lesquels Israël n’a pas de relations officielles.

Il existe plusieurs ministères qui, par conception, empiètent sur le ministère des Affaires étrangères, tels que le celui de la Coopération régionale, celui des Affaires stratégiques (qui s’occupe du mouvement de boycott anti-Israël) et celui des Affaires de la diaspora.

En outre, presque tous les autres services gouvernementaux, y compris le ministère de l’Intérieur et le ministère de Jérusalem et des affaires du patrimoine, ont des branches internationales qui assurent la liaison avec leurs homologues à l’étranger.

Mais le principal concurrent du ministère des Affaires étrangères semble être le Conseil national de sécurité [CNS], qui, selon la loi, est censé servir « d’organe consultatif centralisé pour le Premier ministre et le gouvernement sur les questions liées aux affaires étrangères et à la sécurité de l’État d’Israël ».

Dans leurs conversations privées, les diplomates déplorent que le CNS assume un rôle de plus en plus opérationnel. En réponse, le CNS cite la loi de 2008 qui l’a créé et qui stipule qu’il est chargé d’exécuter « le travail du personnel dans le domaine des affaires étrangères » déterminé par le Premier ministre.

« Étudier chaque mot et chaque page de ce rapport »

Le ministère des Affaires étrangères a salué lundi le rapport du contrôleur de l’État, le décrivant dans un communiqué comme une justification de ses plaintes remontant à plusieurs années sur les bas salaires et le rétrécissement des responsabilités, alors que les gouvernements successifs ont confié à d’autres ministères des aspects essentiels de l’élaboration de la politique étrangère – notamment le conflit israélo-palestinien, la menace nucléaire iranienne ou le mouvement de boycott.

« Le rapport indique clairement que le corps le plus professionnel, avec la vision la plus large de la politique étrangère, est le ministère des Affaires étrangères », a-t-il commenté dans un communiqué. De nombreux autres pays dans le monde placent leur diplomatie fermement entre les mains de leur ministère des Affaires étrangères, qui dispose généralement de « capacités et de connaissances uniques » pour s’occuper de ses relations internationales, poursuit le communiqué.

Benjamin Netanyahu et Yuval Rotem, à Jérusalem, le 7 décembre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« J’invite le ministère des Finances à étudier chaque mot et chaque page de ce rapport, qui présente sans équivoque les dommages causés au ministère des Affaires étrangères au fil des ans », a déclaré Yuval Rotem, le directeur général du ministère. « L’État d’Israël a besoin d’un ministère des Affaires étrangères fort, et la façon d’y parvenir est de prévoir un budget adéquat qui permette une activité appropriée pour relever les défis politiques importants auxquels nous sommes confrontés ».

Dans sa réaction au rapport, le ministre concerné, Israel Katz, a évité de s’immiscer dans le conflit entre la bureaucratie qu’il dirige et le ministère des Finances. Il s’est également abstenu de critiquer le Premier ministre Benjamin Netanyahu, longtemps accusé d’avoir intentionnellement marginalisé les diplomates israéliens.

« Ces derniers mois, alors que l’État d’Israël et le monde entier sont confrontés à la crise du coronavirus, le ministère des Affaires étrangères a de nouveau démontré son importance pour la résilience nationale d’Israël et sa place centrale dans les activités du gouvernement israélien dans le monde », a réagi M. Katz, en référence aux efforts du ministère pour rapatrier des milliers d’Israéliens qui étaient bloqués à l’étranger.

Les observateurs affirment depuis longtemps que Netanyahu semble chercher à mettre le ministère des Affaires étrangères sur la touche, et bien que le rapport du contrôleur de l’État ne formule pas explicitement cette accusation, il présente des chiffres indiquant que le ministère a été négligé.

Depuis 2015, le budget du ministère des Affaires étrangères a diminué de 14 %, contre une augmentation de 25 % du budget global de l’État, selon le rapport.

L’année dernière encore, le budget annuel du ministère des Affaires étrangères a été réduit de 14,7 %, alors que tous les autres ministères du gouvernement ont bénéficié d’une augmentation moyenne de 5,7 %. En 2019, le ministère, qui emploie 2 750 personnes, disposait d’un budget de moins de 1,4 milliard de shekels.

Sur cette photo publiée le 1er juillet 2019, le ministre des Affaires étrangères Yisrael Katz visite le Sheikh Zayed à la Grande Mosquée à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis. (Crédit : Bureau de Katz)

Pour remédier à ces problèmes, le rapport suggère la création d’un forum dans lequel les directeurs de tous les ministères qui opèrent au niveau international se réunissent pour établir des « objectifs stratégiques nationaux communs » pour la politique étrangère d’Israël. En outre, ils devraient définir la responsabilité de chaque agence gouvernementale en matière de relations internationales et définir clairement la place du ministère des Affaires étrangères dans les efforts diplomatiques d’Israël.

En outre, le contrôleur recommande la nomination d’une agence gouvernementale qui superviserait les différentes activités d’Israël sur la scène internationale et rationaliserait la coordination interministérielle. Il n’est pas clair si l’intention est de former une nouvelle agence ou d’en nommer une qui existe déjà pour faire le travail.

Le rapport ne demande pas explicitement que le ministère des Affaires étrangères reçoive plus d’argent, mais réclame plutôt une coopération avec le ministère des Finances pour déterminer le budget annuel approprié qui aiderait les diplomates israéliens à relever leurs nombreux défis.

« L’État d’Israël doit faire face à des défis complexes au quotidien et agir pour assurer sa résilience nationale et garantir sa position et ses réalisations dans le monde. Les contraintes dans lesquelles l’État fonctionne – budgétaires, sécuritaires et autres – soulignent fortement la nécessité pour son service extérieur d’agir selon une planification et une réflexion stratégique méticuleuses », conclut le rapport.

« Par conséquent, le gouvernement d’Israël et ses branches doivent envisager une réforme complète de son service extérieur, afin d’avancer et de maintenir la résilience globale de l’État d’Israël et son statut international ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...