COVID-19 : Le nombre de décès en Israël est supérieur à la moyenne dans le monde
Rechercher

COVID-19 : Le nombre de décès en Israël est supérieur à la moyenne dans le monde

L'Etat juif dépasse les Etats-Unis au nombre de cas pour 100 000 personnes - 2 115,1 contre 2079,9, selon les dernières données de l'université Johns Hopkins

Personnel médical du Magen David Adom avec des vêtements de protection devant l'unité coronavirus de l'hôpital Shaare Tsedek à Jérusalem, le 14 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)
Personnel médical du Magen David Adom avec des vêtements de protection devant l'unité coronavirus de l'hôpital Shaare Tsedek à Jérusalem, le 14 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

Alors que les hôpitaux israéliens ont reçu pour instruction de se préparer à recevoir plusieurs centaines de cas graves de la COVID-19 supplémentaires d’ici la fin du mois, le nombre de cas atteints du coronavirus par tête, en Israël, a dépassé lundi celui des Etats-Unis, selon les dernières données transmises par l’université Johns Hopkins qui suit les chiffres liés à l’épidémie partout dans le monde.

Ainsi, le 21 septembre, l’Etat juif présentait 2 115,1 cas pour 100 000 personnes contre 2079,9 aux Etats-Unis. Il reste toutefois derrière des pays comme le Brésil et le Pérou dans ce décompte précis.

En même temps, le nombre de décès par million d’habitants en Israël s’élève à 133. La moyenne dans le monde est de 123,3, indiquent encore les données.

Malgré ses succès initiaux dans la prise en charge de la pandémie, l’Etat juif, ces dernières semaines, est devenu l’un des pays présentant le nombre le plus élevé de cas quotidiens par tête – ce qui commence à se refléter dans les chiffres totaux également.

Le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël a averti dimanche que le nombre de cas de coronavirus dans le pays atteignait des niveaux « d’urgence » qui pourraient entraîner 600 décès par mois des suites de la maladie. Il a ordonné aux hôpitaux d’ouvrir de nouvelles unités pour accueillir les personnes atteintes par le coronavirus.

Le professeur Ronni Gamzu a aussi déclaré au cours d’un entretien accordé à la Douzième chaîne qu’il craignait que le nombre de formes graves de la COVID-19 n’atteigne les 800 d’ici la fin de la semaine – un chiffre souvent invoqué comme étant le seuil maximum avant le dépassement des capacités des hôpitaux.

Ronni Gamzu lors d’une réunion avec le maire de Jérusalem, Moshe Leon, à l’hôtel de ville de Jérusalem, le 12 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Gamzu a ajouté redouter qu’au vu des taux actuels, Israël n’enregistre jusqu’à 20 décès par jour ou 600 morts par mois, soit presque la moitié du bilan national depuis le début de l’épidémie sur le territoire.

Ces tensions qui s’exercent sur le système de santé surviennent alors que le pays a mis en place un nouveau confinement national qui vise à abaisser les taux d’infections.

Ce nouveau confinement est à la fois plus permissif et plus complexe que le premier, qui avait été imposé au début de l’année, avec de nombreuses directives et exceptions qui semblent entraîner la confusion, parmi les Israéliens, sur ce qui est dûment autorisé et interdit.

« Chaque jour, nous avons 5 000 diagnostics de nouveaux cas – il faut prendre en compte que cela signifie que 25 personnes vont mourir », a mis en garde Gamzu dans la journée de lundi au cours d’un entretien avec la chaîne Kan.

« Ce sont également de jeunes gens. Le pays est ravagé », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...