COVID-19 : Les hôpitaux de Jérusalem et d’Ashdod n’accueillent plus les malades
Rechercher

COVID-19 : Les hôpitaux de Jérusalem et d’Ashdod n’accueillent plus les malades

Le directeur du ministère de la Santé ordonne aux hôpitaux de cesser les interventions chirurgicales non-urgentes et prévoit 200 à 300 malades graves d'ici la fin de la semaine

Des personnels du Magen David Adom vêtus d'habits de protection aux abords de l'unité du coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 6 septembre 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des personnels du Magen David Adom vêtus d'habits de protection aux abords de l'unité du coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 6 septembre 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les hôpitaux de Jérusalem et d’Ashdod ont annoncé, lundi, qu’ils ne pouvaient plus accueillir de malades supplémentaires du coronavirus en raison d’une saturation de leurs capacités, alors que les centres médicaux de tout le pays ont reçu l’ordre de se préparer à recevoir plusieurs centaines de patients atteints par des formes graves de la COVID-19 d’ici la fin du mois.

Les annonces faites par le centre médical Shaare Zedek de Jérusalem et par le centre médical Assuta, à Ashdod, surviennent alors que le directeur-général du ministère de la Santé, Chezy Levy, a donné pour instruction aux hôpitaux de suspendre toutes les interventions chirurgicales non-urgentes et de consacrer toutes leurs ressources à la réponse à apporter à la pandémie.

« Nous nous attendons à terminer les dix prochains jours avec une augmentation de 200 à 300 malades dans un état grave, placés sous respirateur ou dans une situation critique », a écrit Levy. « Je vous demande de traiter cette situation comme un état d’urgence pour le système de soins. Les hôpitaux doivent mettre un terme aux interventions non-essentielles et non urgentes », a-t-il poursuivi.

Les patients arrivant à Shaare Zedek ou à Assuta seront redirigés ailleurs.

Des agents du Magen David Adom portant des vêtements de protection devant l’unité coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 10 septembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Selon le ministère de la Santé, en plus de Shaare Zedek et d’Assuta, les unités de coronavirus d’un certain nombre d’hôpitaux majeurs, dans tout le pays, sont également arrivées à saturation – c’est le cas à Ein Kerem, à Jérusalem (qui fonctionne à 129 % de ses capacités), et de Hadassah Mont Scopus (à 100 %) à Jérusalem ; de l’hôpital Laniado de Netanyahu (qui fonctionne à 120 % de ses capacités) et du centre médical Sheba à Ramat Gan (à 109 %).

C’est Jérusalem, la plus grande ville d’Israël, qui compte le plus grand nombre de cas actifs de coronavirus – 5 637 – avec plus de 3 000 personnes qui ont été diagnostiquées au cours de la semaine dernière. Ashdod est troisième à ce classement national, avec 1 878 nouveaux cas. Le ministère a aussi fait savoir, lundi, que 3 157 personnels soignants étaient actuellement placés en quatorzaine sur tout le territoire, dont 430 médecins et 889 infirmiers.

L’homme fort de la lutte contre le coronavirus dans le pays a averti dimanche que le nombre de cas de virus atteignait un niveau « d’urgence » qui pourrait entraîner jusqu’à 600 décès par mois au sein de l’Etat juif. Il a ordonné aux hôpitaux d’ouvrir de nouvelles unités de prise en charge des malades de la COVID-19.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...