COVID : Le nombre de cas actifs dépasse la barre des 50 000
Rechercher

COVID : Le nombre de cas actifs dépasse la barre des 50 000

Plus de 900 personnes hospitalisées ; le taux de tests positifs est le plus élevé depuis février ; 500 enfants à risque âgés de 5 à 11 ans ont été vaccinés

Des médecins du Magen David Adom transfèrent un patient atteint du coronavirus à l'hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem, les autres hôpitaux étant saturés suite à une forte augmentation du nombre d'infections au coronavirus en Israël, le 15 août 2021. (Menahem KAHANA / AFP)
Des médecins du Magen David Adom transfèrent un patient atteint du coronavirus à l'hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem, les autres hôpitaux étant saturés suite à une forte augmentation du nombre d'infections au coronavirus en Israël, le 15 août 2021. (Menahem KAHANA / AFP)

Le nombre de cas graves de COVID-19 en Israël a légèrement diminué dans la nuit, alors que l’on espère que l’effet du troisième rappel de vaccin administré aux Israéliens plus âgés commence à se faire sentir. Dans le même temps, le nombre de cas actifs dans le pays est passé à plus de
50 000, alors qu’il était d’environ 200 il y a deux mois. 519 patients sont dans un état grave, soit 17 de moins qu’à minuit. Parmi les malades graves, 92 étaient sous respirateur. Au total, 908 personnes sont hospitalisées pour le COVID-19.

Le ministère de la Santé a déclaré que le taux de cas graves était beaucoup plus élevé chez les Israéliens non vaccinés âgés de plus de 60 ans, qui représentaient 151,5 personnes pour 100 000 dans un état grave lundi ; chez les vaccinés, le chiffre était de 19,3, et chez les partiellement vaccinés, de 40,9.

5 075 nouvelles infections ont été enregistrées dimanche et 1 448 autres cas ont été diagnostiqués depuis minuit, ce qui porte à 50 056 le nombre de cas actifs dans le pays.

Le ministère a indiqué que 85 503 personnes avaient été testées dimanche, le taux de positivité ayant encore augmenté pour atteindre 6,07 % – le niveau le plus élevé depuis février.

Il n’y a pas eu de décès dans la nuit, ce qui laisse le nombre de morts stable à 6 668, bien que 36 décès aient été signalés entre dimanche matin et dimanche soir.

Des Israéliens attendent leur tour pour recevoir un vaccin contre le coronavirus, au Clalit Health Services, l’un des organismes de santé israéliens, dans un complexe cinématographique, à Jérusalem, le 15 août 2021 (AP Photo/Maya Alleruzzo).

Face à l’augmentation des cas, Israël est devenu le mois dernier le premier pays au monde à commencer à administrer des injections de rappel aux personnes de 60 ans et plus, et a de nouveau fait figure de pionnier vendredi en commençant à administrer des troisièmes doses aux personnes de 50 ans et plus.

Lundi matin, 963 572 personnes avaient reçu le rappel, tandis que sur les quelque 9,3 millions d’habitants du pays, plus de 5,8 millions avaient reçu au moins une dose de vaccin, et plus de 5,4 millions en avaient reçu deux.

Entre-temps, de nouvelles restrictions de voyage sont entrées en vigueur à minuit. Les Israéliens vaccinés ou rétablis peuvent désormais revenir sans devoir être mis en quarantaine complète, mais seulement isolés pendant 24 heures ou jusqu’à la réception d’un résultat de test négatif en revenant de 10 pays.

Ces pays sont : Autriche, Australie, Hong Kong, Hongrie, Taiwan, Moldavie, Nouvelle-Zélande, Chine, Singapour et République tchèque. La plupart de ces pays n’autorisent pas l’entrée des touristes.

Face à l’augmentation du nombre de cas et à la crainte d’un nouveau pic de contaminations lorsque les enfants retourneront à l’école, la Dr Sharon Alroy-Preis, responsable des services de santé publique au ministère de la Santé, a déclaré lundi qu’elle pensait que le début de l’année scolaire ne serait pas retardé et qu’elle ouvrirait le 1er septembre, à moins d’un confinement total.

Le docteur Sharon Alroy Preis, cheffe des services de santé publique au ministère de la Santé, au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 14 juillet 2021. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

« À mon avis, il n’y aura pas de situation où l’économie est ouverte et où l’année scolaire ne commence pas », a déclaré Alroy-Preis au site d’information Walla. « L’année scolaire ne commencera pas comme d’habitude uniquement si nous atteignons le point où nous avons besoin d’un confinement. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour arrêter les infections et ne pas atteindre ce point. »

Pendant ce temps, le journal Israel Hayom a rapporté qu’environ 500 enfants âgés de 5 à 11 ans ont reçu une dose du vaccin contre le coronavirus en Israël au cours des deux dernières semaines, avec seulement des effets secondaires légers signalés chez certains bénéficiaires et le reste ne montrant aucun effet secondaire du tout.

Le mois dernier, le ministère de la Santé a indiqué aux prestataires de soins israéliens qu’ils pouvaient administrer le vaccin contre le coronavirus aux enfants âgés de 5 à 11 ans souffrant de graves maladies de fond qui pourraient les rendre plus vulnérables au COVID-19. Les autorisations pour chaque enfant doivent être accordées par le prestataire de soins, puis validées par le ministère.

La politique du ministère consiste à réduire au minimum le nombre d’autorisations et à ne les délivrer qu’aux enfants présentant le risque le plus élevé, a-t-il précisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...