Crise de la coalition : Kahlon et Deri appellent à des élections nationales
Rechercher

Crise de la coalition : Kahlon et Deri appellent à des élections nationales

Cet appel survient alors que Netanyahu se retrouve potentiellement dans l'obligation d'organiser des élections anticipées après la démission du ministre de la Défense

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, et le ministre de l'Intérieur, Aryeh Deri, à Jérusalem le 27 décembre 2015. (Crédit : Flash90)
Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, et le ministre de l'Intérieur, Aryeh Deri, à Jérusalem le 27 décembre 2015. (Crédit : Flash90)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon a exhorté jeudi le Premier ministre Benjamin Netanyahu à organiser des élections anticipées.

« En l’état actuel des choses, la meilleure chose à faire, pour les citoyens d’Israël et pour l’économie israélienne, c’est d’organiser des élections dans les plus brefs délais », aurait déclaré Kahlon à Netanyahu jeudi, selon des sources proches du ministre des Finances.

Cet appel survient alors que Netanyahu se retrouve potentiellement dans l’obligation d’organiser des élections anticipées après la démission, annoncée mercredi, du ministre de la Défense Avigdor Liberman.

Selon la chaîne de télévision israélienne Hadashot, Kahlon a déclaré que de nouvelles élections conduiraient à l’établissement d’un nouveau gouvernement plus stable, et que c’est maintenant « la chose la plus responsable à faire ».

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, qui dirige le parti Shas, lui a alors emboîté le pas, exhortant aussi le Premier ministre à « convoquer des élections anticipées ».

Netanyahu et Deri se sont rencontrés jeudi après-midi dans le cadre d’une série de rencontres que le Premier ministre tient avec les chefs de la coalition pour tenter d’obtenir leur appui afin de maintenir le gouvernement à flot jusqu’au jour des élections actuellement prévues en novembre 2019.

« Pour le bien du pays, il faut organiser des élections anticipées avec l’accord de tous les partis de la coalition », a déclaré Deri.

La ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, prend la parole lors d’une conférence sur l’éducation à Ramat Gan, le 15 novembre 2018. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu d’être nommé ministre de la Défense après la démission de Liberman.

« Le plus grand danger pour Israël est que nous avons commencé à penser qu’il n’y a pas de solution au terrorisme, aux terroristes, aux roquettes, qu’il n’y a rien à faire, qu’il est impossible de gagner, » a déclaré Bennett dans un discours prononcé lors d’une conférence sur l’éducation à Ramat Gan.

« Mais il y a des choses que nous pouvons faire, il y a une solution. Quand Israël décidera de gagner, nous gagnerons », a-t-il ajouté.

« Hier, j’ai demandé au Premier ministre de me donner le poste de ministre de la Défense, avec un objectif : qu’Israël recommence à gagner… En tant que ministre de la Défense, j’ai l’intention d’apporter innovation, créativité et combativité, de remettre en question les idées reçues du passé. »

Sans un « changement radical » dans la conception de la défense d’Israël, a-t-il ajouté, « la dissuasion israélienne continuera à décliner ».

Bennett dénonce depuis longtemps la réticence du gouvernement Netanyahu à réagir plus vigoureusement aux tirs de roquettes de Gaza, et préconise des incursions terrestres dans la bande de Gaza.

Mercredi, durant une conférence de presse conjointe, le président de l’Union sioniste Avi Gabbay et la cheffe de l’opposition Tzipi Livni ont déclaré que le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu s’effondrait à cause de son propre cynisme et que le pays ne pouvait plus être laissé entre les mains de la coalition, appelant à l’organisation de nouvelles élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...