D’anciens élus juifs américains appellent à soutenir l’accord iranien
Rechercher

D’anciens élus juifs américains appellent à soutenir l’accord iranien

« Un bon accord vaut mieux que pas d'accord, » affirment 75 signataires dans une lettre adressée au Congrès

Le bâtiment du Sénat - sur la colline du Capitole à Washington (Crédit : Wikimedia Commons)
Le bâtiment du Sénat - sur la colline du Capitole à Washington (Crédit : Wikimedia Commons)

Jane Harman, une ancienne députée juive qui jadis avait été la personnalité démocrate la plus importante à la commision du Renseignement à la Chambre des Representants, fait partie des 75 anciens membres du Congrès qui ont signé une lettre exhortant leurs collègues siégeant actuellement à soutenir l’accord nucléaire avec Iran.

« Nous ne connaissons pas d’alternative viable au plan global d’action conjoint qui vous est proposé, » lit-on dans la lettre rédigée à l’initiative de l’organisation Win Without War et publiée lundi. « Nous sommes d’accord que pas d’accord vaut mieux qu’un mauvais accord. Mais nous estimons aussi qu’un bon accord est préférable à pas d’accord ».

71 des signataires sont démocrates.

7 des signataires font partie des 11 anciens membres juifs du Congrès, tous démocrates, qui avaient signé le 27 août une lettre parue dans le New York Times en faveur de l’allégement des sanctions suite à l’accord sur les restrictions nucléaires signé le 14 juillet entre l’Iran et les grandes puissances. Ils avaient également exhorté les parlementaires actuels à ne pas désapprouver l’accord.

On trouve parmi les signataires d’anciens membres de la direction du parti, comme le sénateur Carl Levin du Michigan, qui a été pendant des années le démocrate le plus important à la commission du Sénat sur les Corps armés, et le député Barney Frank du Massachusetts, qui fut président de la commission sur les Banques à la Chambre des représentants.

Le Congrès a jusqu’à la fin septembre pour exercer son droit de tuer l’accord.

La plupart des républicains s’y opposent, par conséquent tant les opposants que les partisans de l’accord se concentrent sur les démocrates encore indécis.

Le président Barack Obama est à la tête des efforts pour empêcher le Congrès de tuer l’accord. Les principaux opposants, en plus des républicains, sont le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC).

L’accent a été principalement mis sur les 27 législateurs juifs du parti démocrate dans les deux chambres. Parmi ceux-ci, 6 ont déclaré qu’ils allaient voter contre l’accord, 13 le soutiennent et 8 sont encore indécis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...