Dans ses Mémoires, Shimon Peres se décrit en homme souvent seul contre son camp
Rechercher

Dans ses Mémoires, Shimon Peres se décrit en homme souvent seul contre son camp

Dictés peu avant sa mort, sa fille aînée raconte à l'Obs les dessous des Mémoires de l'ex-Premier ministre

Shimon Peres, alors ministre de la Défense, et l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, rencontrent les otages libérés d'Entebbe à leur atterrissage en Israël, le 4 juillet 1976. (Crédit : Uri Herzl Tzchik/unité des porte-paroles de l'armée israélienne/archives du ministère de la Défense)
Shimon Peres, alors ministre de la Défense, et l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, rencontrent les otages libérés d'Entebbe à leur atterrissage en Israël, le 4 juillet 1976. (Crédit : Uri Herzl Tzchik/unité des porte-paroles de l'armée israélienne/archives du ministère de la Défense)

Shimon Peres, décédé le 28 septembre 2016, avait l’idée de ses Mémoires en tête depuis 2010, mais, n’ayant plus à disposition tous ses moyens physiques, a dû en dicter la fin, explique Tsvia Walden, sa fille, à l’Obs à l’occasion de la sortie de l’autobiographie « Aucun rêve n’est impossible » signée par l’ancien Premier ministre et président de l’Etat d’Israël.

« Plus que des Mémoires ou une chronique politique, explique sa fille, il voulait laisser un message à la jeunesse. Il a finalement dicté ce qui est devenu ce livre quelques semaines avant sa mort. Mon père voulait revenir sur six moments de l’histoire israélienne au cours desquels il s’est retrouvé minoritaire, y compris au sein de son propre camp, mais où il est malgré tout parvenu à faire triompher ses convictions ».

Six moments, ou presque. Puisque pour « le sixième, la paix avec les Palestiniens, cela n’a pas abouti ».

Peres a été député pendant près d’un demi-siècle, de 1959 à 2007, et a détenu quasiment tous les portefeuilles ministériels.

En 1994, il a reçu le prix Nobel de la Paix avec Yitzhak Rabin, alors Premier ministre, et Yasser Arafat, leader palestinien, pour la négociation des accords d’Oslo.

En 1996, Shimon Peres a fondé le Centre Peres pour la Paix pour promouvoir sa vision de l’amitié israélo-palestinienne.

En 2007, il a été élu président et l’est resté pendant sept ans. Au moment de sa retraite, en 2014, Shimon Peres était le chef d’Etat le plus âgé au monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...