Rechercher

De la porcelaine du 18e siècle, saisie par les nazis, vendue pour 13,6 M $

La collection d'antiquités de Dresde avait été restituée aux descendants d'un couple ayant fui l'Allemagne nazie grâce au travail des Monuments men

Un rare service à café et à thé fabriqué pour la famille Morosini en 1731. (Crédit : Sotheby's)
Un rare service à café et à thé fabriqué pour la famille Morosini en 1731. (Crédit : Sotheby's)

Une collection de porcelaines du 18e siècle, saisie par les nazis et stockée dans une mine de sel avant d’être récupérée par les forces alliées, a été vendue aux enchères la semaine dernière par les descendants des propriétaires juifs pour des millions de livres, dépassant de loin les attentes.

Les 117 pièces de porcelaine de Dresde ont été vendues pour plus de 13,6 millions de dollars à la maison de vente aux enchères Sotheby’s de New York, a rapporté mercredi le journal britannique Daily Mail. On s’attendait à ce qu’elle rapporte environ 2 millions de dollars, mais presque tous les articles ont été vendus à un prix supérieur à celui demandé.

Ce sont toutes des porcelaines rares de Meissen, datant du début du 18e siècle. Selon Sotheby’s, la collection a été constituée à la fin des années 1920 par Franz et Margarethe Oppenheimer, un couple juif vivant à Berlin.

Le produit de la vente sera versé aux héritiers de la famille qui a acheté la collection avant la Shoah et qui a fui l’Europe à la fin des années 1930 avec peu ou pas de biens matériels.

« Nous ne pouvons pas faire de commentaires sur les motivations [de la famille Oppenheimer], mais il s’agit d’un groupe d’individus et il est assez courant que les collections restituées soient vendues pour convertir l’héritage en une forme plus facile à distribuer aux descendants d’une victime de la persécution nazie », a déclaré Lucian Simmons, responsable mondial des restitutions chez Sotheby’s.

Plus de la moitié des objets ont été achetés par le Rijksmuseum d’Amsterdam, qui avait récemment rendu de nombreuses pièces aux descendants d’Oppenheimer, selon le Mail.

En tête des articles vendus, une horloge de Meissen datant de 1727, haute de 41 centimètres, a été vendue pour 1,5 million de dollars. On s’attendait à ce qu’elle soit vendue pour environ 400 000 dollars.

Un service à thé et à café Meissen avec armoiries datant de 1731 a été vendu pour 1,3 million de dollars.

Selon la maison de vente aux enchères, les Oppenheimer ont fui la persécution nazie à Berlin vers décembre 1936, se dirigeant d’abord vers Vienne, puis Budapest.

La collection a fini entre les mains de Fritz Mannheimer, bien que « l’on ne sache pas précisément quand » il les avait acquises exactement, a déclaré Sotheby’s. Mannheimer est mort en 1939, et la collection a été acquise par Adolf Hitler en 1941.

Afin de protéger la collection d’art d’Hitler des bombardements alliés, la porcelaine a été « déplacée pour être mise en sécurité, d’abord au monastère de Vyšší Brod en Bohème, puis dans les mines de sel de Bad Aussee », a déclaré la maison de vente aux enchères.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la porcelaine a finalement été découverte par une équipe de volontaires, dont le travail a été célébré dans le film de 2014 « The Monuments Men. »

Après avoir été récupérée, la collection a été renvoyée aux Pays-Bas et est finalement passée entre les mains de holdings de l’État néerlandais. Selon Sotheby’s, une partie de la porcelaine « a été détenue comme un bien disponible pour la restitution », tandis que d’autres articles ont été transférés au Rijksmuseum, un musée national néerlandais situé à Amsterdam.

Près de 85 ans après que la famille Oppenheimer a fui l’Allemagne – entreprenant un voyage qui l’a menée en Autriche, en Hongrie, en Suède et en Colombie avant d’atteindre New York – la porcelaine a été vendue afin d’être restituée aux héritiers de la famille. La décision a été prise au début de cette année par la Commission de restitution des Pays-Bas, a indiqué Sotheby’s avant la vente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...