Rechercher

De rares preuves de la crucifixion romaine mises au jour au Royaume-Uni

Les experts ont découvert un squelette dont le talon était traversé par un clou, premier vestige physique de l'atroce châtiment romain découvert en Europe du Nord

Un os de talon et un ongle ont été découverts à Fenstanton, en Angleterre, en 2017. (Autorisation : Albion Archaeology)
Un os de talon et un ongle ont été découverts à Fenstanton, en Angleterre, en 2017. (Autorisation : Albion Archaeology)

L’information a été publiée mercredi par la société de services patrimoniaux Albion Archaeologyes. Cette dernière explique qu’en 2017, des archéologues fouillaient un établissement en bordure de route du village de Fenstanton, dans l’est de l’Angleterre, lorsqu’ils ont découvert le squelette d’un homme avec un clou dans le talon.

Selon Albion Archeologyes, ce squelette est le premier exemple de crucifixion retrouvé en Europe du Nord.

Le journal britannique The Guardian ajoute que le site a été trouvé près d’une route reliant les villes alors romaines de Cambridge et Godmanchester.

Le squelette a été trouvé avec un clou planté dans l’os de son talon, ce qui, selon les experts, est la preuve physique la plus fiable de la crucifixion dans le monde romain, ajoute Albion Archeologyes.

« Nous savons une quantité raisonnable de choses sur la crucifixion, comment elle était pratiquée et où elle était pratiquée et quand, etc. à partir des récits historiques. Mais il s’agit de la première preuve tangible permettant de voir réellement comment elle fonctionnait », a déclaré David Ingham, chef de projet chez Albion Archaeology, au Guardian.

La datation au carbone a indiqué que les os avaient entre 1 661 et 1 891 ans, soit entre 130 et 360 de notre ère.

L’analyse de l’ADN a montré que l’homme n’était pas génétiquement lié à l’un des 48 autres corps trouvés sur le site, et qu’il était issu de la population locale.

Selon les experts, il est probable que l’on ne découvre pas plus d’informations sur l’identité de l’homme, la raison de sa crucifixion et le lieu où elle a été réalisée.

On pense que les Romains réservaient la crucifixion aux esclaves condamnés, aux rebelles et aux personnes de classe inférieure.

La fouille au cours de laquelle le squelette avec un clou à travers le talon a été découvert à Fenstanton, en Angleterre (Autorisation : Albion Archaeology)

L’archéologue Vassilios Tzaferis a trouvé un os de talon similaire traversé par un clou à Jérusalem en 1968, lors de la fouille des tombes d’un immense cimetière juif du Second Temple, daté du IIe siècle avant notre ère à 70 de notre ère, dans le quartier de Giv’at HaMivtar.

Selon un article de 1985 de la Biblical Archaeology Review écrit par Tzaferis et intitulé « Crucifixion – The Archaeological Evidence », les Romains n’ont pas créé cette forme atroce de peine capitale.

« Beaucoup de gens supposent à tort que la crucifixion est une invention romaine. En fait, les Assyriens, les Phéniciens et les Perses ont tous pratiqué la crucifixion au cours du premier millénaire avant notre ère », écrit Tzaferis.

Amanda Borschel-Dan a contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...