Rechercher

Décès de l’ancien acteur, réalisateur et rabbin ultra-orthodoxe Uri Zohar à 86 ans

Connu pour ses comédies borekas des années 1960, Uri Zohar s'est éloigné du monde du cinéma pour faire Teshouva dans les années 1970

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Uri Zohar, à gauche, et Arik Einstein dans "Peeping Toms", le film de 1972 de Zohar sur un hippie vieillissant. (Crédit: Courtoisie YouTube)
Uri Zohar, à gauche, et Arik Einstein dans "Peeping Toms", le film de 1972 de Zohar sur un hippie vieillissant. (Crédit: Courtoisie YouTube)

L’ancien acteur et réalisateur Uri Zohar, qui a tourné le dos au monde du spectacle pour devenir un rabbin ultra-orthodoxe, est décédé jeudi. Il était âgé de 86 ans.

Né à Tel Aviv, Uri Zohar était connu pour sa personnalité hors du commun, ses cheveux ondulés qui lui arrivaient aux épaules et, surtout, pour ses comédies borekas des années 1960, des films burlesques qui se moquaient de presque tout ce qui était israélien, et en particulier du traitement des nouveaux immigrants en Israël.

Il a réalisé et joué dans « Hole in the Moon », « Three Days and a Child », « Every Bastard a King », « Big Eyes » et « Peeping Toms » (« Metzitzim »).

Zohar a été salué pour sa vision de la virilité et du machisme, des relations et de l’impact de l’armée au travers de ses films.

« Three Days and a Child », basé sur le roman éponyme d’A.B. Yehoshua, est devenu un classique du cinéma israélien et a été primé au Festival de Cannes. Plusieurs des films de Zohar, dont « Peeping Toms » et « Big Eyes », ont été réalisés avec son ami proche, le chanteur Arik Einstein.

Zohar a toutefois disparu de la scène culturelle pop israélienne à la fin des années 1970 pour devenir rabbin ultra-orthodoxe à Jérusalem, une décision qui a alors, choqué.

Il a participé activement au mouvement visant à ramener les Israéliens laïques à la religion et n’a touché au cinéma que pour créer des publicités politiques dans les années 1990 pour le parti politique Shas.

« Je me suis remis en question il y a quelques années », a déclaré Zohar dans « Zohar – Le retour », un documentaire sur sa vie, réalisé en 2018 par Dani Rosenberg et Yaniv Segalovich. « Je me suis dit que peut-être je me trompais. Peut-être que j’étais vraiment heureux à l’époque. »

Le rabbin Uri Zohar, connu comme l’un des premiers acteurs et réalisateurs de films israéliens, est mort le 2 juin 2022 à l’âge de 86 ans (Crédit: CC0, via Wikimedia Commons).

Einstein a écrit des chansons sur ce que la décision de Zohar lui a fait ressentir, dont une dédiée à Zohar, intitulée « Hou Hazar beTeshouva » (« Il est revenu à la religion »).

Les vies des deux hommes sont restées entrelacées. L’ex-femme d’Einstein est également devenue ultra-orthodoxe, et les deux filles d’Einstein ont épousé les fils de Zohar, faisant des deux amis les grands-pères des mêmes enfants.

Lorsqu’Einstein est décédé en 2013, Zohar a fait son éloge funèbre.

« Tu nous as tous étudié », a déclaré Zohar, « Tu es dans le monde de la vérité. Je te dis au revoir, mais nous ne te quittons pas. Tout le bien que tu as fait te précède. Dieu voulait que tu sois proche de lui. »

Zohar qui est né à Tel Aviv, a fréquenté le lycée avant de servir dans une troupe de divertissement de l’armée durant son service militaire.

Son premier mariage avec la chanteuse Ilana Rovina s’est soldé par un divorce. Il a commencé à porter une kippa lors d’un jeu télévisé qu’il animait à la fin des années 1970, et s’est vu décerner le Prix Israël pour le cinéma en 1976, qu’il a cependant refusé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...