Découverte d’un stock de spiritueux centenaire laissé par les troupes britanniques à Ramle
Rechercher

Découverte d’un stock de spiritueux centenaire laissé par les troupes britanniques à Ramle

En plus des bouteilles de gin et de whisky, l'excavation a permis de mettre la main sur l'embout d'un bâton de militaire et d'un médaillon à l'effigie de roi Fouad d'Égypte

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Un bouteille de Gordon’s Dry Gin trouvée près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Assaf Peretz/Autorité israélienne des Antiquités)
Un bouteille de Gordon’s Dry Gin trouvée près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Assaf Peretz/Autorité israélienne des Antiquités)

Après s’être frayés un chemin vers la Palestine ottomane au siècle dernier, les soldats britanniques en garnison à Ramle se sont offerts une pause et ont bu quelques verres.

Les excavations qui ont eu lieu la semaine dernière durant la construction de la nouvelle autoroute à l’est de Ramle ont permis de découvrir des vestiges d’une bâtiment utilisé par les soldats britanniques dans l’armée du général Edmund Allenby, qui étaient postés entre novembre 1917 et septembre 1918.

Devant le bâtiment en ruine, les archéologues et l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) ont trouvé la benne à ordure des ordures des soldats, dans laquelle se trouvaient des assiettes et des couverts, des boutons d’uniformes, des boucles de ceinture et des centaines de bouteilles de liqueur.

Ron Toueg, un archéologue de l’IAA qui a mené l’opération, a déclaré au Times of Israel que les fouilles ont permis de mettre la main sur trois bouteilles intactes de Gordon’s Dry Gin, une bouteille de whisky Dewar, des bouteilles de bières, de vin et d’eau minérales provenant, entre autres de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Ils ont également trouvé d’autres éléments permettant de définir avec précision la période à laquelle le bâtiment était en service : le bout en argent du bâton d’un officier britannique était gravé des lettres RFC – Royal Flying Corps, l’ancêtre de la Royal Air Force, nom donné à l’armée de l’air britannique en 1918 ; un médaillon à l’effigie du Roi Fouad d’Égyte, qui a régné d’octobre 1917 à mars 1922, avec inscrit en français, « Longue vie à Fouad, Roi d’Égypte » ; et la partie inférieure de l’étui d’une montre avec une inscription pour une garantie d’un an chez son fabricant à New York.

Des officiers autours d'une table dans une oliveraie à Ramleh, en Palestine en 1918. Il s'agisstait des quartiers généraux de la 40ème Wing de la RAF. (Crédit : Australian War Memorial, domaine public)
Des officiers autours d’une table dans une oliveraie à Ramleh, en Palestine en 1918. Il s’agissait des quartiers généraux de la 40ème Wing de la RAF. (Crédit : Australian War Memorial, domaine public)

Il spécule que le bâtiment a pu servir de restaurant militaire ou de club des officiers.

L’une des bouteilles porte les mots Garrison Institute, Cairo, le nom d’un service de restauration qui fournissait des repas pour les troupes à la frontière de la Palestine, après la conquête sur les Britanniques.

L’embout en argent d'un bâton estampillé du symbole de l'aviation britannique et des initiales RFC, trouvé près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Ron Toueg/Autorité israélienne des Antiquités)
L’embout en argent d’un bâton estampillé du symbole de l’aviation britannique et des initiales RFC, trouvé près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Ron Toueg/Autorité israélienne des Antiquités)

« Nous pouvons voir dans plusieurs photographies aériennes prises à partir de janvier 1918 que de moins en moins de bases [militaires] étaient sur place », a expliqué Toueg.

Peu après, les bases ont été frappées et l’armée s’est dirigée vers le nord en direction de Damas.

Une bouteille de whisky Dewar avec son étiquette, trouvée près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Assaf Peretz/Autorité israélienne des Antiquités)
Une bouteille de whisky Dewar avec son étiquette, trouvée près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Assaf Peretz/Autorité israélienne des Antiquités)

« C’est la première fois dans l’histoire de l’archéologie israélienne qu’un assortiment de centaines de bouteilles en verre d’une base militaire de l’armée britannique de la Première Guerre mondiale a été découvert », a déclaré Brigitte Ouahnouna, chercheure au département du verre pour l’IAA, dans un communiqué.

« Il est intéressant de noter que les bouteilles en verre, qui contenaient principalement du vin, de la bière, des sodas ou des boissons alcoolisées comme du gin, de la liqueur ou du whisky, provenaient d’Europe à l’intention des soldats et des officiers dans la base. »

L'ensemble des bouteilles trouvées près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Clara Amit/Autorité israélienne des Antiquités)
L’ensemble des bouteilles trouvées près de Ramle, sur une base militaire britannique de la Première Guerre mondiale, en mars 2017. (Crédit : Clara Amit/Autorité israélienne des Antiquités)

Malheureusement, selon les informations divulguées par l’IAA, toutes les bouteilles étaient vides.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...