Rechercher

Depuis la Pologne, les JFNA appellent le monde à accueillir les réfugiés ukrainiens

Eric Fingerhut, président des Fédérations juives d’Amérique du Nord, plaide pour que les États-Unis et les communautés d'accueil soutiennent les réfugiés Ukrainiens

Le PDG et président des Fédérations juives d'Amérique du Nord Eric Fingerhut, le deuxième en partant de la droite, avec le président mondial de la WZO Yaakov Hagoel, à gauche, qui accueillent les nouveaux immigrants arrivant en Israël en provenance d'Ukraine, le 10 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Agence juive pour Israël)
Le PDG et président des Fédérations juives d'Amérique du Nord Eric Fingerhut, le deuxième en partant de la droite, avec le président mondial de la WZO Yaakov Hagoel, à gauche, qui accueillent les nouveaux immigrants arrivant en Israël en provenance d'Ukraine, le 10 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Agence juive pour Israël)

VARSOVIE, Pologne – Les dirigeants juifs plaideront en faveur de l’acceptation des réfugiés de guerre ukrainiens, a déclaré Eric Fingerhut, président et chef de la direction des Fédérations juives d’Amérique du Nord (JFNA). Une délégation s’est rendue lundi en Pologne après avoir collecté 27 millions de dollars pour financer l’aide humanitaire suite à l’invasion russe de l’Ukraine il y a deux semaines et demie.

« Les membres de la Fédération Juive vont plaider pour que les pays dans lesquels nous vivons acceptent tous les réfugiés d’Ukraine », a déclaré Fingerhut au Times of Israel dans un hôtel de Varsovie dimanche soir.

« Je crois que le monde a l’énorme responsabilité d’intervenir et d’être en mesure d’accueillir tous les réfugiés, de toutes les religions, de toutes les confessions et de tous les horizons », a-t-il ajouté, affirmant que les JFNA ont dirigé une mission à Washington la semaine dernière pour faire pression sur les législateurs pour aider les Ukrainiens à fuir le conflit.

« Nos hauts dirigeants ont marché sur le Capitol Hill la semaine dernière, non seulement pour soutenir l’aide humanitaire pour l’Ukraine, mais aussi pour soutenir le renouvellement de l’amendement Lautenberg », a-t-il déclaré, faisant référence à une mesure de réunification familiale renouvelée chaque année qui a été promulguée en 1990 pour réinstaller les Juifs Soviétiques aux États-Unis, mais qui depuis a été étendu aux personnes persécutées de toutes confessions.

« Et nous allons plaider pour le plein usage de tous les pouvoirs d’urgence pour les réfugiés dont dispose l’administration [Biden] », a-t-il ajouté. « Les États-Unis ont l’obligation, la responsabilité d’être ici… Les États-Unis doivent jouer un rôle majeur au niveau mondial. »

Fingerhut, qui est un ancien membre du Congrès américain et législateur de l’État de l’Ohio, a dirigé l’organisation faîtière de 146 fédérations juives depuis 2019, après un mandat de six ans à la tête de Hillel International. Avec Mark Wilf, président du conseil d’administration des JFNA, il dirige une délégation de chefs de fédération en Pologne.

Le réfugié ukrainien David à gauche, est assisté par la volontaire de l’Agence juive Oksana Shpak à l’hôtel Novotel de Varsovie, où l’Agence juive a établi un siège temporaire, le 13 mars 2022. (Crédit :Carrie Keller-Lynn/ Times of Israel)

La mission, qui commence lundi, rencontrera l’ambassadeur d’Israël en Pologne, rendra visite aux Ukrainiens réfugiés à Varsovie et à Lublin, et se rendra à la frontière polonaise avec l’Ukraine pour accueillir les réfugiés entrants.

« [Les Fédérations] se concentrent sur la communauté et nous représentons le pilier de la communauté pour aider à répondre à la crise. Il est essentiel qu’il y ait des gens dans la communauté qui l’aient vu, le sachent et le comprennent et puissent parler de leur expérience personnelle à ce sujet », a déclaré Fingerhut.

Alors que l’objectif principal est de permettre aux principaux dirigeants communautaires de fournir des témoignages directs, les Fédérations élargissent la collecte de fonds ciblée pour aider les réfugiés de guerre et les cas humanitaires résultant de l’invasion russe de l’Ukraine, qui a commencé le 24 février.

Les 146 fédérations ont collecté 27 millions de dollars de fonds, dimanche. Fort d’un réseau de relations institutionnelles et communautaires, les JFNA ont déjà alloué 18 millions de dollars du financement à dix organisations juives impliquées dans les efforts de secours de base, tels que l’Agence juive, le Joint Distribution Committee, United Hatzalah, la Hebrew Immigrant Aid Society, Nefesh B’ Nefesh, Hillel International et Habad.

Les efforts d’urgence s’ajoutent au soutien annuel de base fourni par les JFNA, tels que les 100 millions de dollars de financement associé à l’Agence juive et au Comité conjoint de distribution l’an dernier, et des dizaines de millions de subventions supplémentaires pour des projets spéciaux.

L’Agence juive, en collaboration avec la branche Nativ du bureau du Premier ministre, a joué un rôle déterminant dans la facilitation de l’immigration de milliers de Juifs ukrainiens et d’autres personnes éligibles en vertu de la loi israélienne sur le retour, qui accorde la citoyenneté à toute personne ayant un grand-parent juif.

Fingerhut a rejoint un vol d’immigration qui a quitté Varsovie mercredi; une « expérience incroyablement émouvante », a-t-il dit, qui rappelle les efforts antérieurs des Fédérations juives pour sauver les Juifs vulnérables.

Eric Fingerhut, président-directeur général des Fédérations juives d’Amérique du Nord, dans le hall d’un hôtel de Varsovie, le 13 mars 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/The Times of Israel)

« Je pense que lorsque vous êtes sur un vol comme celui-là, vous ressentez le poids de l’Histoire », a-t-il déclaré. « Nous sommes dans ce métier depuis longtemps. Ce sont les membres de la Fédération Juive qui ont soutenu l’Agence juive lors du transfert des vestiges de la Shoah et du monde juif d’Europe vers Israël. Ce sont les membres de la Fédération Juive qui ont permis à l’Agence juive de faire sortir les olim (immigrants juifs en Israël) de l’Union soviétique et de l’Éthiopie. Et nous y voilà à nouveau. Vous ressentez vraiment le poids de l’Histoire lorsque vous faites un voyage comme celui-là. »

« Les Juifs sont responsables les uns des autres, et nous avons toujours, et jouerons toujours, un rôle de premier plan en veillant à ce que les Juifs soient secourus, mis en sécurité et pris en charge », a-t-il ajouté.

Fingerhut a refusé de se prononcer sur la politique israélienne envers les réfugiés ukrainiens qui n’ont pas de liens juifs. Il s’est contenté de dire qu’ « Israël a une position unique parce que la première et principale responsabilité d’Israël est de s’assurer d’accueillir tous les immigrants juifs, et [les Fédérations] faisons tout ce que nous pouvons pour soutenir cela. »

Le ministère israélien de l’Intérieur a ouvert ses portes aux Ukrainiens qui remplissent les conditions requises pour obtenir la citoyenneté et souhaitent immigrer en Israël par l’intermédiaire de l’Agence juive, qui a déployé des bureaux d’urgence sur le terrain dans quatre pays pour permettre à environ 6 000 Ukrainiens de fuir vers Israël avec des visas d’immigration, selon un site juif porte-parole de l’agence.

Cependant, Israël a imposé des restrictions aux Ukrainiens non juifs qui souhaitent se réfugier dans le pays, suscitant les critiques du public, des législateurs et des diplomates ukrainiens en Israël.

Dimanche, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a cédé à la pression et assoupli certaines restrictions, supprimant le plafond du nombre d’Ukrainiens non juifs pouvant se réfugier dans le pays, à condition qu’ils aient des liens familiaux en Israël. Le nombre d’ukrainiens sans lien avec Israel reste plafonné à 5 000 entrées. Shaked a précédemment annulé une politique controversée exigeant une caution de 10 000 shekels par demandeur d’asile, et a également autorisé environ 20 000 Ukrainiens qui se trouvaient déjà en Israël sans statut légal avant la guerre, à rester.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...