Député orthodoxe aux Juifs réformés : « Organisez des bar-mitzvot pour chiens »
Rechercher

Député orthodoxe aux Juifs réformés : « Organisez des bar-mitzvot pour chiens »

Menachem Eliezer Mozes se déchaîne à la Knesset lors du débat sur l'organe qui gère le mur Occidental, qualifiant les Femmes du mur de "clowns"

Le député Menachem Eliezer Mozes du parti Yahadut HaTorah, dossier (Miriam Alster/Flash90)
Le député Menachem Eliezer Mozes du parti Yahadut HaTorah, dossier (Miriam Alster/Flash90)

Un député ultra-orthodoxe a lancé une virulente diatribe contre les Juifs réformés lors d’une discussion mardi à la Knesset, les qualifiant de « clowns » et leur disant d' »aller organiser des bar mitzvot pour chiens ».

S’exprimant lors d’un débat à la Knesset sur le manque de transparence présumé de la part de la Western Wall Heritage Foundation, qui gère le site sacré, Menachem Eliezer Moses (YaHadut HaTorah) a déclaré aux représentants des courants libéraux du judaïsme que la demande d’une plus grande transparence de la part du rabbin du mur Occidental Shmuel Rabinovitch n’était qu’une « excuse », alors que le but réel était de nuire aux traditions orthodoxes du lieu et de la loi religieuse juive.

Mozes parlait des Femmes du mur, qui se réunissaient sur le lieu saint une fois par mois pour prier vêtues de châles de prière et tenant des rouleaux de la Torah, comme « ces clowns qui viennent à chaque nouvelle lune ».

Avant de quitter la séance en colère, il a lancé : « Regardez-les, ils détruisent tout ce qui est bon. »

Puis s’adressant aux représentants de la communauté réformiste, il leur a dit : « Honte à vous ! Quel est votre lien avec le mur ? » Il a ensuite suggéré qu’ils allaient peut-être organiser des « bar mitzvot pour chiens » sur le site.

Le déchaînement de Mozes s’inscrit dans le contexte d’une longue querelle qui oppose le gouvernement et les dirigeants juifs ultra-orthodoxes au groupe de prière féministe des Femmes du mur et aux courants libéraux du judaïsme au sujet de la création d’un pavillon de prière mixte et pluraliste sur le site. Parmi les autres questions qui opposent les camps, figurent l’absence de mariage civil et d’inhumation civile en Israël.

La nouvelle construction d’une plateforme de prière pluraliste au parc archéologique Davidson au mur Occidental le 5 février 2018 (Crédit : Mouvement masorti en Israël)

La semaine dernière, les ouvriers ont commencé à monter des échafaudages dans la zone de l’arche de Robinson pour la construction d’un pavillon de prière pluraliste permanent, longtemps retardé.

Mais le gel par le gouvernement en 2016 d’un accord plus ambitieux pour la prière mixte est toujours en vigueur.

Le débat de la Knesset a eu lieu devant un comité sur la transparence gouvernementale. Il fait suite à des accusations selon lesquelles l’État aurait abandonné le site sacré à un organe qui ne rendrait pas de comptes et serait géré par un seul rabbin selon ses caprices et les pressions exercées par certains des secteurs les plus extrêmes de la société ultra-orthodoxe.

Le rabbin Rabinovitch a choisi de ne pas participer aux discussions, mais plutôt d’envoyer Solly Eliav, directeur général de la Western Wall Heritage Foundation.

Eliav aurait fait l’objet de nombreuses critiques de la part des personnes présentes, dont un grand nombre de femmes laïques, dont le président du comité, Stav Shaffir (Union sioniste).

Mike Pence au mur Occidental, le 23 janvier 2018 (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Les députés ont demandé pourquoi la Fondation avait donné le feu vert aux dirigeants de la société Ferrari pour installer dix voitures de sport devant le mur en novembre, alors qu’elle refusait d’autoriser les femmes journalistes à couvrir la récente visite du vice-président américain Mike Pence sur le site avec leurs collègues masculins, les reléguant dans une zone dont la visibilité était plutôt réduite.

Ils ont également demandé pourquoi la clôture qui sépare les espaces de prière des femmes et des hommes au mur avait été remplacée par une séparation qui cache complètement la vue du premier vers le second.

Critiquant le refus du rabbin Rabinovitch d’assister au débat et réclamant la formation d’un conseil public pour administrer le site, la députée Aliza Lavie (Yesh Atid), l’une des instigatrices du débat, a déclaré : « Le mur Occidental est la maison de prière et la pierre angulaire de tout le peuple juif. C’est une grande honte que le Rabbin du mur n’honore pas la Knesset de sa présence. »

La députée Rachel Azaria (Koulanou) a déclaré : »Le rabbin du mur continue à faire tout ce qu’il veut sur le site du mur Occidental. Il est temps de redonner au mur le statut d’un lieu qui unit le peuple d’Israël et non pas un lieu de discorde. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...