Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Des anti-Israël veulent que l’Université de Californie se défasse de 32 Mds de $ d’actifs

Les avoirs visés par la UC Divest Coalition comprendraient des investissements dans des groupes liés à des fabricants d'armes, ainsi que 12 Mds de $ en bons du Trésor américain

Des manifestants pro-palestiniens protestant contre Israël, devant Sproul Hall sur le campus de l'Université de Californie, à Berkeley, en Californie, le 23 avril 2024. (Crédit : Haven Daley/AP)
Des manifestants pro-palestiniens protestant contre Israël, devant Sproul Hall sur le campus de l'Université de Californie, à Berkeley, en Californie, le 23 avril 2024. (Crédit : Haven Daley/AP)

SACRAMENTO, Californie – Les investissements de l’Université de Californie (UC) dans des fabricants d’armes et un large éventail d’autres entreprises, ciblés par les étudiants qui protestent contre Israël dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, représentent 32 milliards de dollars – soit près d’un cinquième – de l’ensemble des actifs du système, a déclaré le responsable des investissements du système.

Le directeur des investissements de l’UC, Jagdeep Singh Bachher, a dévoilé cette estimation mardi lors de la première réunion publique du conseil d’administration depuis le début des manifestations nationales d’étudiants pro-palestiniens en avril. Ce calcul fait suite à une lettre qu’il a reçue le mois dernier de la UC Divest Coalition, qui contrôle les 175 milliards de dollars d’actifs du système.

Le groupe a demandé que le système cesse ses investissements dans les entreprises fabriquant des armes, les sociétés d’investissement Blackstone et BlackRock, et deux douzaines d’entreprises dans les secteurs du divertissement, de la technologie et des boissons.

Bachher a précisé que cette mesure s’appliquerait aux investissements suivants 3,3 milliards de dollars d’avoirs de groupes liés à des fabricants d’armes ; 12 milliards de dollars de bons du Trésor américain ; 163 millions de dollars dans la société d’investissement BlackRock et 2,1 milliards de dollars d’obligations gérées par BlackRock ; 8,6 milliards de dollars de Blackstone et 3,2 milliards de dollars des 24 autres sociétés.

« Nous sommes fiers de notre culture de la transparence », a déclaré Bachher, ajoutant qu’il était important d’écouter les étudiants et de s’engager avec eux.

Le système de l’Université de Californie a déclaré le mois dernier qu’il ne boycotterait pas ou ne désinvestirait pas d’Israël, et les administrateurs n’ont pas indiqué de changement de position au cours des réunions de cette semaine.

La police affrontant des manifestants anti-Israël, sur le campus de l’UCLA, à Los Angeles, le 2 mai 2024. (Crédit : Ethan Swope/AP)

En 1986, après plus d’un an de manifestations étudiantes, les administrateurs avaient décidé de désinvestir 3,1 milliards de dollars des entreprises qui faisaient des affaires avec le gouvernement d’apartheid d’Afrique du Sud. Le système avait également abandonné ses investissements dans les combustibles fossiles en 2020.

Depuis des semaines, les étudiants de tous les campus du pays manifestent et installent des campements devant leurs universités pour leur demander d’être plus transparentes sur leurs investissements et de se désinvestir des entreprises qui soutiennent financièrement Israël. Les manifestations ont entraîné des perturbations, des arrestations et des débats sur le droit à la liberté d’expression. Les tensions entre les manifestants, les forces de l’ordre et l’administration de l’Université de Californie, à Los Angeles, sont celles qui ont le plus retenu l’attention.

Les protestations découlent du conflit en cours à Gaza, qui a débuté le 7 octobre lorsque le Hamas a lancé un assaut barbare et sadique contre le sud d’Israël au cours duquel quelque 3 000 terroristes ont tué près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris 252 otages. Promettant de détruire le Hamas, Israël a lancé une incursion terrestre à Gaza au cours de laquelle selon le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, plus de 35 000 personnes auraient été tuées, un bilan qui ne peut être vérifié de manière indépendante.

L’ONU indique que quelque 24 000 victimes ont été identifiées dans les hôpitaux à ce jour. Le reste du chiffre total est basé sur des « informations médiatiques » plus obscures du Hamas. Il comprend également quelque 15 000 terroristes qu’Israël dit avoir tués au combat. Tsahal affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

Dans une lettre transmise à l’Associated Press par le bureau du président de l’Université de Californie, la UC Divest Coalition – qui regroupe des étudiants anti-guerre de tous les campus de l’UC – a demandé au système universitaire de cesser tout investissement dans « les entreprises qui perpétuent la guerre ou la fabrication d’armes, y compris les entreprises qui apportent un soutien économique à l’État d’Israël et perpétuent ainsi l’occupation [présence israélienne] et le génocide en cours du peuple palestinien ».

« L’investissement dans la production d’armes est contraire aux valeurs exprimées par l’UC et aux préoccupations morales des étudiants, des travailleurs et des professeurs que les régents représentent », indique la lettre.

La coalition n’a pas encore répondu aux demandes de commentaires envoyées par courriel et sur les réseaux sociaux concernant la lettre et l’estimation de 32 milliards de dollars.

Lors d’une réunion qui a duré près de deux heures et demie mardi, certains étudiants et professeurs ont demandé que le système se désinvestisse des groupes ayant des liens avec Israël, certains professeurs ont soulevé des préoccupations au sujet de l’antisémitisme et de l’islamophobie sur le campus, et les administrateurs ont demandé aux membres du comité d’investissement ce que signifiait désinvestir.

Des manifestants anti-Israël installant un campement de tentes pour protester contre Israël devant Sproul Hall sur le campus de UC Berkeley, à Berkeley, en Californie, le 22 avril 2024. (Crédit : Justin Sullivan/Getty Images/AFP)

Holly Yu, étudiante en études ethniques à l’Université de Californie à Merced, a exhorté les responsables à reconnaître que les étudiants sont « censés poursuivre leur vie quotidienne » alors que le nombre de morts augmente à Gaza.

« S’il vous plaît, écoutez les voix de vos étudiants et soyez solidaires avec nous en désinvestissant immédiatement », a déclaré Yu.

Les administrateurs ont déclaré que la question de savoir ce que signifierait le désinvestissement n’avait pas de réponse directe.

« Nous devons être en mesure d’expliquer à nos étudiants qui demandent le désinvestissement pourquoi ce n’est pas si simple », a déclaré le régent Jose M. Hernandez.

« Il ne s’agit pas simplement de vendre un coupon et de dire ‘d’accord, nous n’en voulons pas, nous allons donc investir dans une autre entreprise’. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.