Rechercher

Des balles, du sang et du verre brisé : Les témoins décrivent l’horreur de l’attaque

Les survivants du carnage racontent leur fuite, évoquent un homme touché par une balle qui lui a traversé les joues ou cet autre, que le terroriste a manqué à bout portant

Une femme réagit sur les lieux d’un attentat terroriste à Tel Aviv, Israël, le jeudi 7 avril 2022 (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit).
Une femme réagit sur les lieux d’un attentat terroriste à Tel Aviv, Israël, le jeudi 7 avril 2022 (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit).

Comme la plupart des jeudi soirs, les bars, restaurants et cafés de la rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, étaient bondés, pris d’assaut par les jeunes, en ce début de week-end.

La fête s’est brutalement transformée en tragédie lorsqu’un terroriste a ouvert le feu, tuant deux personnes et en blessant au moins 10 autres.

Des témoins ont évoqué un homme armé apparu soudainement, première image de l’attaque avant les coups de feu et les éclats de verre.

Certains se sont cachés sous des tables ou derrière des futs de bière, d’autres se sont enfuis en courant, comme cet homme qui allait de nouveau croiser la route du tireur dans une ruelle voisine.

« Le terroriste s’est mis à tirer. Pour autant que je sache, personne ne l’a vu ou n’a su où il se trouvait », a confié à la Douzième chaîne le propriétaire du célèbre bar Ilka, où la fusillade a commencé peu après 21 heures, ce jeudi. « Dans mon bar, des personnes ont été touchées, tous des jeunes de moins de 30 ans. »

Hadar, serveuse au bar Ilka, était sur le point de commencer son service, assise près du bar, lorsque les coups de feu ont commencé.

« Tout d’un coup, nous avons entendu de fortes détonations et les vitres se sont brisées. J’étais assise à côté de la porte. Nous avons compris qu’il s’agissait d’un attentat et j’ai évacué les clients. Nous nous sommes cachés sous les tables sans savoir ce qui se passait, et nous avons attendu. »

Des policiers et secouristes s’activent sur les lieux d’un attentat terroriste rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’un des clients, Raanan Shimon, 32 ans, a reçu une balle au visage. Les médecins décrivent ce qui lui est arrivé comme « un miracle » puisque la balle est entrée par sa joue droite et ressortie par la gauche. Il a été hospitalisé, dans un état décrit comme bon à modéré.

« J’étais sorti boire une bière avec un ami au bar Ilka. Nous étions assis dehors depuis environ 15 minutes lorsque le terroriste est apparu devant nous et a commencé à tirer », a-t-il déclaré.

« Je suis tombé à terre et j’ai cherché un endroit où me cacher. Je suis allé derrière les futs de bière : c’est alors que je me suis aperçu que j’étais en sang », a expliqué Shimon. « Il y a eu quelques coups de feu et nous avons attendu que les choses se calment. »

Un autre blessé a décrit la panique alors qu’il attendait de l’aide.

« C’était le chaos. Les gens ont sorti des armes à feu et commencé à courir. J’avais peur qu’ils se tirent dessus par erreur », a-t-il indiqué. « J’étais couvert de sang. Je n’avais jamais rien vu de tel. Je suis effondré. »

Des policiers et secouristes s’activent sur les lieux d’un attentat terroriste rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Tout le monde n’a pas eu cette chance.

Les médecins ont décrit le carnage.

« C’était le chaos quand nous sommes arrivés », a déclaré Tomer Gussman, médecin secouriste du Magen David Adom, l’un des premiers à être arrivé sur les lieux.

« À l’entrée du bar, nous avons trouvé un homme d’une trentaine d’années, inconscient, avec des blessures par balle. Nous avons commencé les manœuvres de réanimation et l’avons emmené dans un état critique à l’hôpital », a-t-il précisé.

« Derrière l’une des tables, nous avons trouvé un autre homme, inconscient, avec des blessures par balle. Nous l’avons placé dans une unité mobile de soins intensifs et conduit à l’hôpital », a-t-il ajouté.

Dix personnes au total ont été transportées d’urgence à l’hôpital Ichilov voisin avec des blessures par balle. Deux d’entre elles ont par la suite été déclarées mortes, a précisé l’hôpital. Selon l’hôpital, quatre autres personnes, jugées dans un état critique, ont subi une intervention chirurgicale. Deux autres se trouvaient grièvement blessées et deux autres légèrement blessées.

Quatre autres personnes légèrement blessées ont été transportées à l’hôpital Wolfson de Holon et à l’hôpital Sheba de Tel Hashomer.

Des policiers et secouristes sur les lieux d’un attentat terroriste rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Les clients des bars et restaurants voisins s’étaient eux aussi mis à l’abri.

« Nous avons plongé sous les tables : les gens pleuraient, c’était horrible », a déclaré Evelyn Gertz, 34 ans, qui dînait à côté.

D’autres ont simplement pris la fuite.

« Nous sommes sortis du bar en courant. J’ai vu la fenêtre se briser », a déclaré Mark Malfeig, 27 ans, blessé au dos, à la Douzième chaîne.

« J’ai été touché au dos, mais je ne m’en suis pas tout de suite rendu compte. Je suis sorti et c’est alors que j’ai senti qu’il y avait beaucoup de sang. » Des voisins l’ont emmené chez eux et l’ont aidé avant l’arrivée des médecins, a-t-il expliqué.

Après avoir ouvert le feu sur le bar Ilka, le tireur a apparemment tourné dans une rue latérale, où il a continué à tirer, notamment sur un homme, Idan, qui venait de s’enfuir du bar.

« Après les premiers coups de feu, nous nous sommes enfuis », a déclaré Idan à Ynet.

« Quand j’ai relevé la tête, j’ai vu quelqu’un devant moi avec un pistolet qu’il était en train de charger. J’ai couru et j’ai entendu cinq coups de feu, je n’ai pas regardé en arrière : je ne l’ai pas entendu parler », a expliqué Idan.

Une photo publiée par la police montrant le suspect d’un attentat terroriste meurtrier perpétré à Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Police israélienne

« Le terroriste se tenait à deux mètres de moi, je dirais. Il m’a tiré dessus, mais il m’a manqué et a touché une voiture à côté », a-t-il précisé, en racontant sa fuite.

Un de ses amis, qui avait couru à l’étage après les premiers coups de feu, a été témoin de l’incident.

« J’ai vu le terroriste sortir son arme et la charger. J’ai crié et je pense que cela l’a effrayé : il s’est enfui », a-t-il indiqué.

Le terroriste a, semble-t-il, poursuivi sa route vers le sud en tirant sur des passants, avant de disparaître.

La police, aidée par l’armée, a lancé une chasse à l’homme et bouclé plusieurs quartiers de la ville. Les habitants étaient invités à rester chez eux. Un suspect a été retrouvé et tué tôt ce vendredi matin, alors qu’il se cachait près d’une mosquée à Jaffa.

La police avait publié une photo du tireur, sous les traits d’un jeune homme vêtu d’un jean bleu et d’une veste noire. Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux le montrait marchant calmement dans la rue, la main dans une poche, passant devant des cafés bondés.

Le correspondant police de la Douzième chaîne a expliqué que, pour avoir touché autant de personnes, armé d’un simple pistolet, le terroriste devait être habitué au maniement des armes à feu.

Après avoir craint la présence de plusieurs tireurs, la police a déclaré pencher pour la piste d’un terroriste isolé.

« C’est une ambiance de guerre. Les soldats et la police sont partout… Ils ont fouillé le restaurant. Des gens pleurent », a déclaré Binyamin Blum, qui travaille dans un restaurant à proximité des lieux de l’attentat.

La police avait donné pour instruction aux habitants de ne pas rester dehors. Des personnes qui s’étaient réfugiées chez des voisins continuaient de s’y cacher plusieurs heures après l’attentat.

Des soldats israéliens procèdent à des recherches près de la scène d’un attentat terroriste rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv. Deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans l’attaque, le 7 avril 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le psychologue Ari Goldberger, 37 ans, qui dînait à proximité lorsque l’attentat a eu lieu, a trouvé refuge chez des Italiens, avec une quarantaine d’autres personnes, dont des enfants et un touriste australien.

« Nous avons chanté des Tehillim (psaumes)… Nos hôtes nous ont offert des pâtes, des boissons », a expliqué Goldberger. « Leur hospitalité a été incroyable. [Le propriétaire] nous a tous invités à venir chez lui, à côté du restaurant. »

La rédaction du ToI et des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...