Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Des Bédouins en colère après qu’une fillette a été blessée dans l’attaque iranienne

"On a aucun abri", déplore le père d'Amina, qui reproche aux autorités israéliennes de le laisser, lui et les siens, à la merci des roquettes et des missiles

Un membre de la famille d'Amina, une fillette bédouine de sept ans blessée par un projectile iranien, montre un trou dans le sol d'un bâtiment, dans son village, non reconnu par les autorités israéliennes, dans le sud du désert du Néguev, le 14 avril 2024. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Un membre de la famille d'Amina, une fillette bédouine de sept ans blessée par un projectile iranien, montre un trou dans le sol d'un bâtiment, dans son village, non reconnu par les autorités israéliennes, dans le sud du désert du Néguev, le 14 avril 2024. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Dans sa maison dans le désert du Néguev, Mohamed Hassouna montre le lieu où sa fille de sept ans, Amina, a été grièvement blessée par un débris de projectile lors de l’attaque iranienne sur Israël.

Seule blessée recensée en Israël dans cette attaque sans précédent lancée par Téhéran depuis son territoire, Amina a été placée en soins intensifs, suite à une grave blessure à la tête, selon l’hôpital Soroka de Beer Sheva, dans le sud d’Israël.

La fillette appartient à la communauté des Bédouins, descendants de bergers arabes musulmans en conflit avec l’Etat qui ne reconnaît pas tous les droits garantis aux autres citoyens israéliens à certains d’entre eux qui, selon les autorités israéliennes, s’installent illégalement sur des terres.

Tandis que presque partout en Israël se trouvent des abris contre les attaques de missiles, ces Bédouins n’ont pas le droit d’en construire. Leurs villages, sur le papier, n’existent pas. Aucun panneau routier n’y conduit.

« On a aucun abri », déplore le père d’Amina, qui reproche aux autorités israéliennes de le laisser, lui et les siens, à la merci des roquettes et des missiles.

Ordre de destruction

L’Iran a lancé samedi soir en direction d’Israël plus de 300 drones, missiles balistiques et missiles de croisière, en riposte à une frappe contre le consulat d’Iran à Damas le 1er avril, imputée à Israël et dans laquelle ont péri sept militaires iraniens.

Une vidéo montre une interception apparente par le système de défense C-Dome au-dessus de la région d’Eilat après qu’une cible suspecte ait pénétré dans l’espace aérien israélien depuis la direction de la mer Rouge, le 14 avril 2024. (Crédit : Capture d’écran/X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Mohamed Hassouna, 49 ans, père de 14 enfants, montre à l’AFP l’impact du débris de missile qui a traversé le toit de tôle de son logement d’Al Fura, un village bédouin non reconnu par les autorités israéliennes dans le Néguev.

Avant la création de l’Etat d’Israël, le désert du Néguev abritait environ 92 000 Bédouins, mais seuls 11 000 sont restés à l’intérieur des frontières d’Israël après la guerre israélo-arabe de 1948, selon Adalah, une organisation de défense des droits des minorités arabes en Israël.

Nombre d’entre eux ont refusé d’être réinstallés dans les villes, et depuis, les Bédouins restent confrontés à des difficultés dans la société israélienne. Ils sont aujourd’hui environ 300 000, dont la moitié vit dans les villes et l’autre moitié dans des villages non reconnus par Israël, selon Adalah.

Ces villages, invisibles aux yeux de l’administration, ne disposent pas d’un certain nombre de services de base, comme le ramassage des ordures.

Mohamad Hassouna, 49 ans, assis dans un bâtiment près de l’endroit où sa fille de sept ans, Amina, a été blessée par un projectile entrant dans leur village bédouin, non reconnu par les autorités israéliennes, dans le sud du désert du Néguev, le 14 avril 2024. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

M. Hassouna rechigne à parler aux médias « qui viennent nous filmer mais ne nous aident pas à construire des abris ».

Assis sur une chaise en plastique devant sa maison au milieu d’autres structures temporaires, il montre un ordre de destruction reçu il y a deux semaines. Lui qui ne possède pas l’électricité chez lui est ouvrier dans une usine de panneaux solaires.

L’Etat ne fait rien pour nous

« L’Etat ne fait rien pour nous », déplore aussi son frère, qui préfère garder l’anonymat.

Un rapport du centre de recherche du Parlement israélien, présenté en mars, dénonce le « manque de protection » pour les habitants de ces villages, précisant que sept Bédouins ont été tués par des missiles tirés de la bande de Gaza durant l’attaque du Hamas le 7 octobre sur Israël.

Devant l’hôpital Soroka, où la petite Amina est entre la vie et la mort, le président du Conseil régional Al Kasum (bédouin), Jabar Abu Caf, ne cache pas sa colère.

« Nous exigeons tous nos droits, il faut des protections pour tous ces villages, nous devons agir avec le gouvernement pour éviter qu’il y ait d’autres victimes », dit-il à l’AFP.

Un membre de la famille d’Amina, une fillette bédouine de sept ans blessée par un projectile iranien, montre un trou dans le toit d’un bâtiment, dans son village, non reconnu par les autorités israéliennes, dans le sud du désert du Néguev, le 14 avril 2024. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

« Entre temps, quand les tirs viennent de l’ouest, ce sont les Bédouins qui sont touchés, de l’est, pareil. Nous sommes les victimes et personne ne nous prend en compte », déplore l’édile.

A Al Fura, à 40 kilomètres au sud de la ville de Beer Sheva, au milieu du désert, M. Hassouna s’apprête à revenir à l’hôpital voir sa fille et prier pour qu’elle se rétablisse.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.