Rechercher

Des chercheurs israéliens pourraient avoir trouvé un traitement contre le VIH

Des scientifiques de l'université de Tel Aviv utilisent le système de la modification du génome CRISPR pour modifier les globules blancs de type B qui combattent le virus

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Un seul virus de l'immunodéficience humaine (VIH) bourgeonne à partir d'une cellule immunitaire humaine, que le virus a infectée, et à l'intérieur de laquelle le VIH s'est répliqué. (Crédit: NIAID via AP)
Un seul virus de l'immunodéficience humaine (VIH) bourgeonne à partir d'une cellule immunitaire humaine, que le virus a infectée, et à l'intérieur de laquelle le VIH s'est répliqué. (Crédit: NIAID via AP)

Des chercheurs israéliens ont mis au point une nouvelle technologie qui permet de créer des globules blancs capables de combattre le VIH, le virus responsable du sida. Les scientifiques espèrent que cette méthode, qui utilise le système de la modification du génome CRISPR, pourra conduire à un traitement unique efficace contre le VIH et d’autres maladies.

« Nous avons mis au point un traitement innovant qui pourrait vaincre le virus en une seule injection, avec le potentiel d’améliorer considérablement l’état du patient », a déclaré le Dr Adi Barzel de l’université de Tel Aviv, qui a dirigé l’étude avec le doctorant Alessio Nehmad.

Le VIH s’attaque aux globules blancs dans l’organisme, ce qui affaiblit le système immunitaire. Il n’existe pas de traitement curatif pour ce virus, bien qu’il s’agisse aujourd’hui davantage d’une maladie chronique que d’une condamnation à mort comme ce fut le cas autrefois – si tant est que des traitements appropriés soient disponibles.

Des chercheurs de l’université de Tel Aviv, ainsi que d’autres scientifiques israéliens et américains, ont déclaré avoir génétiquement modifié des globules blancs de type B pour qu’ils sécrètent des anticorps anti-VIH. Cette technique s’est avérée efficace sur les animaux.

Le nouveau traitement consiste à injecter des globules blancs de type B génétiquement modifiés dans l’organisme d’un patient, ce qui incite le système immunitaire à sécréter des anticorps pour combattre le virus du VIH.

Les cellules de type B, qui sont une sorte de globules blancs, créent des anticorps qui combattent les virus, les bactéries et autres envahisseurs. L’équipe israélienne a utilisé le système de la modification du génome CRISPR pour introduire des anticorps codés dans les cellules B de l’organisme.

Le système de la modification du génome CRISPR est un moyen de modifier de façon permanente l’ADN pour s’attaquer aux causes profondes d’une maladie. CRISPR est un outil qui permet de couper l’ADN à un endroit précis avec des « ciseaux » microscopiques et en le modifiant. La méthode est utilisée pour traiter certains troubles génétiques et des efforts considérables sont déployés pour élargir son utilisation.

Nehmad a expliqué que « lorsque le CRISPR coupe l’endroit souhaité dans le génome des cellules B, il dirige l’introduction du gène souhaité – le gène codant pour l’anticorps contre le VIH ».

Lorsque les cellules B modifiées rencontrent le virus dans l’organisme, la présence du virus stimule les cellules B et les incite à se diviser.

« Nous utilisons la cause même de la maladie pour la combattre », a déclaré Barzel.

« Nous avons donc créé le premier médicament capable d’évoluer dans l’organisme et de vaincre les virus en pleine prolifération ».

« Nous avons produit l’anticorps à partir du sang et nous nous sommes assurés qu’il était réellement efficace pour neutraliser le VIH en laboratoire », a déclaré Barzel. « Tous les animaux qui ont reçu le traitement ont réagi et ont présenté des quantités élevées de l’anticorps souhaité dans leur sang. »

Les chercheurs espèrent que, dans les années à venir, cette technologie conduira à la production d’un médicament contre le sida et d’autres maladies infectieuses, dont certains types de cancers.

L’étude a été publiée jeudi dans la revue scientifique Nature.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...