Des craintes de troubles à Jérusalem après les prières du Ramadan du vendredi
Rechercher

Des craintes de troubles à Jérusalem après les prières du Ramadan du vendredi

La police est en état d'alerte après trois nuits consécutives d'émeutes à Jérusalem-Est ; seulement 10 000 Palestiniens vaccinés seront autorisés à entrer sur le mont du Temple

Les Palestiniens assistent à la prière du vendredi sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 9 avril 2021. (Crédit : Jamal Awad / Flash90)
Les Palestiniens assistent à la prière du vendredi sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 9 avril 2021. (Crédit : Jamal Awad / Flash90)

La police se prépare à d’éventuels troubles autour de la Vieille Ville de Jérusalem après les prières du premier vendredi de la fête du Ramadan, après trois nuits consécutives d’émeutes dans le secteur.

Le mois de Ramadan connaît généralement une augmentation des tensions autour de la Vieille Ville de Jérusalem, qui abrite le mont du Temple, un site explosif, sacré pour les Juifs et les musulmans.

Les prières du vendredi pendant le mois sacré du Ramadan attirent généralement des centaines de milliers de fidèles musulmans sur le mont du Temple. Cette année, cependant, en raison des restrictions relatives au coronavirus, les services de prière sont limités à 10 000 Palestiniens vaccinés.

Des émeutes nocturnes se sont produites ces trois derniers jours à Jérusalem-Est ; les tensions ont éclaté autour de la décision de la police d’empêcher les gens de s’asseoir sur les escaliers devant la porte de Damas, dans le cadre des restrictions liées au coronavirus pendant le Ramadan.

Des Palestiniens nettoient le sol du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, avant le mois sacré du Ramadan, le 10 avril 2021. (Crédit : Jamal Awad / Flash90)

Les Palestiniens avaient déjà exprimé leur colère plus tôt cette semaine après qu’Israël a coupé l’alimentation électrique de l’appel à la prière du muezzin du mont du Temple, pendant le service officiel de Yom HaZikaron mardi soir sur l’esplanade adjacente du Mur occidental.

Les craintes qu’Israël n’empêche le secteur de Jérusalem-Est de participer aux élections législatives nationales palestiniennes prévues le mois prochain alimente également la montée des tensions. Israël limite en effet l’activité de l’Autorité palestinienne à Jérusalem, la considérant comme une violation de la souveraineté israélienne sur sa capitale.

La liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, le COGAT, a annoncé mardi que jusqu’à 10 000 Palestiniens vaccinés seraient autorisés à prier vendredi à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple pour marquer le premier vendredi du Ramadan.

Des affrontements entre la police des frontières israélienne et des Palestiniens devant la porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 avril 2021. (Crédit : Jamal Awad / Flash90)

« Les mesures sont prises pour permettre la liberté de culte et de religion d’une part, et d’autre part empêcher, dans la mesure du possible, la propagation de la COVID-19 dans la région », a déclaré le COGAT dans un communiqué.

Après vendredi, « la situation sera réévaluée pour examiner les mesures en place, en tenant compte des besoins en matière de sécurité et de santé ».

Au moins deux policiers et cinq civils ont été blessés dans des affrontements à Jérusalem-Est cette semaine, au cours desquels des émeutiers ont lancé des pétards, des pierres et des bouteilles de verre sur des policiers et des passants, selon la police. Au moins six suspects ont été arrêtés.

Le mont du Temple a longtemps été un point culminant des tensions, et les affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes ont parfois été mortels.

Illustration : Des musulmans prient sur le mont du Temple pendant le Ramadan. (Autorisation : Atta Awisat)

Après avoir pris le contrôle de la région et du reste de la Vieille Ville des mains de la Jordanie lors de la guerre des Six jours en 1967, Israël a continué à accorder au Waqf, financé et contrôlé par le gouvernement jordanien, le contrôle presque complet du secteur du mont du Temple. Les forces de sécurité israéliennes sont présentes sur le site et travaillent en coordination avec le Waqf. Les Juifs sont autorisés à visiter le mont du Temple, mais contrairement aux musulmans, il leur est strictement interdit d’y prier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...