Des débris de l’une des roquettes tirées depuis Gaza retrouvés à Holon
Rechercher

Des débris de l’une des roquettes tirées depuis Gaza retrouvés à Holon

Une équipe de démineurs de la police a été appelée après que des débris ont été découverts dans la ville voisine de Tel Aviv

Le site d’Holon en banlieue de Tel Aviv où des débris d’une roquette tirée depuis la bande de Gaza ont été vus le 15 mars 2019. (Capture d’écran : YouTube)
Le site d’Holon en banlieue de Tel Aviv où des débris d’une roquette tirée depuis la bande de Gaza ont été vus le 15 mars 2019. (Capture d’écran : YouTube)

Vendredi, les débris d’une roquette tirée depuis la bande de Gaza vers le centre d’Israël ont été retrouvés à Holon, dans la banlieue de Tel Aviv.

La police a déclaré que l’engin a été retrouvé dans une zone désaffectée d’un quartier très densément peuplé de la ville. Des démineurs de la police sont intervenus sur place.

La roquette faisait partie de l’un des deux projectiles tirés depuis la bande de Gaza jeudi soir, déclenchant les sirènes dans la région de Gush Dan et conduisant Israël à mener plus de 100 frappes sur des cibles palestiniennes dans l’enclave côtière. Neuf roquettes ont ensuite été tirées sur des communautés frontalières israéliennes. Six d’entre elles ont été interceptées.

Des médias palestiniens et la chaîne publique Kan ont ensuite annoncé qu’Israël et le groupe terroriste du Hamas avait conclu un accord de cessez-le-feu. Il n’y a pas eu de confirmation de la part d’Israël.

Malgré les rumeurs au sujet d’un cessez-le-feu, des batteries supplémentaires du système de défense de missile du Dôme de fer ont été déployées vendredi à travers Israël, selon des informations de la Treizième chaîne. L’armée n’a pas souhaité commenter cette information.

Les tirs de roquettes n’ont pas été revendiqués. Le Hamas et le Jihad islamique soutenu par l’Iran ont nié être derrière ces tirs. Une enquête de l’armée israélienne a mis en évidence le fait que les roquettes ont pu être tirées vers Tel Aviv par erreur, et que des agents de terrain du Hamas en étaient responsables.

Le tir de roquette – le premier en direction de Tel Aviv depuis la guerre de 2014 à Gaza – s’est produit à quelques semaines de élections israéliennes entraînant des appels à une forte riposte de la part de personnalités politiques.

Naftali Bennett, le ministre de l’Education, qui dirige le parti HaYamin HaHadash, a fustigé la réponse israélienne, la qualifiant de « pathétique ».

« Je dois dire la vérité, je ne peux pas m’imaginer qu’après un tir par erreur sur Moscou, Poutine aurait expliqué aux Russes que l’ennemi ‘l’a fait par erreur’ », a déclaré lr ministre dans un communiqué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de l’Éducation Naftali Bennett lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 31 août 2015. (Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Naftali Bennett a critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est aussi ministre de la Défense, pour sa politique envers le Hamas.

« Ils rient de nous. La situation n’est pas gérée sérieusement », a déclaré Bennett, qui n’a pas réussi à obtenir le porte-feuille de ministre de la Défense après la démission d’Avidgor Liberman en novembre pour protester contre un cessez-le-feu avec le Hamas.

De son côté, le ministre des Finances Moshe Kahlon a soutenu la gestion de Netanyahu des violences dans l’enclave, tout en prévenant que la situation « s’échauffait » là-bas. « Ce problème doit être résolu », a-t-il déclaré.

Moshe Kahlon a aussi estimé qu’Israël devrait se « séparer complètement » de la bande de Gaza, mais n’a pas spécifié ce que cela signifiait. Israël a évacué toutes ses implantations de l’enclave et retiré ses forces militaires en 2005.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...