Des députés indisciplinés et rebelles envoient Israël aux élections
Rechercher

Des députés indisciplinés et rebelles envoient Israël aux élections

Une député vient à la Knesset incognito, une autre ne répond pas à ses appels mais répond aux militants pro-cannabis, un autre fait la sieste dans sa voiture, et vote contre la loi

La députée Kakhol lavan Miki Haimovich vote à la Knesset contre un projet de loi qui aurait pu repousser les élections, le 21 décembre 2020. (Capture d'écran de la chaîne Knesset)
La députée Kakhol lavan Miki Haimovich vote à la Knesset contre un projet de loi qui aurait pu repousser les élections, le 21 décembre 2020. (Capture d'écran de la chaîne Knesset)

Aux premières heures du mardi matin, la Knesset a rejeté de peu un projet de loi qui aurait reporté la date limite d’adoption du budget de l’Etat et a ramené Israël à la veille des élections.

Mais à la lumière du jour, il est devenu évident que les députés du Likud et de Kakhol lavan avaient trompé le Premier ministre Benjamin Netanyahu en lui faisant croire qu’il avait les voix nécessaires pour faire passer la loi.

Les députés votant après minuit lundi ont rejeté par 49 voix contre 47 le projet de loi qui aurait donné aux partis de la coalition rivale une chance de concilier leurs divergences.

Cependant, l’appel alphabétique (en hébreu) n’a révélé que vers la fin du vote que le projet de loi allait être rejeté, et il semble que le parking de la Knesset ait joué un rôle clé dans le drame de la nuit.

Des membres de la Knesset se disputent après la défaite d’un projet de loi qui aurait pu éviter des élections, le 21 décembre 2020. (Capture d’écran de la chaîne Knesset)

Tout au long de la journée de lundi, il était clair qu’il y avait une mini-rébellion dans les rangs du Likud de Netanyahu et de Kakhol lavan du ministre de la Défense Benny Gantz. Certains députés ont ouvertement déclaré qu’ils ne voteraient pas pour la législation et d’autres ont révélé leurs plans aux médias par le biais de « sources » anonymes.

Lorsque le moment du vote est venu, la députée du Likud Sharren Haskel était absente et n’a pas répondu aux innombrables messages des responsables du Likud qui essayaient de la retrouver, a rapporté la Douzième chaîne de télévision.

Selon la chaîne, elle a cependant répondu aux messages des militants qui se battent pour la légalisation de la marijuana.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu vote à la Knesset, le 21 décembre 2020. (Capture d’écran de la chaîne Knesset)

Après une journée passée à refuser de confirmer qu’ils se rebelleraient, les députés Asaf Zamir et Miki Haimovich sont entrés dans le plénum et ont voté contre la législation, Haimovich déclarant plus tard qu’elle avait décidé « de voter selon [sa] conscience » au mépris de la discipline de parti de Kakhol lavan, et que Netanyahu « n’est pas digne de notre confiance pour un jour de plus ».

Le député Asaf Zamir fait une apparition surprise à la Knesset le 22 décembre 2020 pour voter contre un projet de loi budgétaire de la coalition. (Porte-parole de la Knesset/Danny Shem Tov)

Zamir a expliqué plus tard qu’il avait voté contre la législation parce que « c’était un mauvais gouvernement pour Israël ».

« J’étais là, j’ai vu de près et c’est pourquoi j’ai démissionné [de mon poste de ministre du Tourisme]. C’est pourquoi j’ai également voté hier soir contre la prolongation artificielle de sa durée de vie », a déclaré M. Zamir.

Mais à ce stade, Ram Shefa, le troisième député du parti qui devait voter contre le projet de loi, était introuvable et était supposé être en quarantaine chez lui après avoir été en contact avec un collègue député diagnostiqué plus tard avec le coronavirus.

Zamir, Haimovich et Shefa avaient tous précédemment exprimé publiquement leur malaise face au maintien de leur parti comme partenaire de Netanyahu.

La députée Likud Michal Shir, à Jérusalem, le 27 novembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

La suivante à être mentionnée dans l’appel alphabétique en langue hébraïque est la députée Likud Michal Shir, qui aurait dit à ses collègues qu’elle ne se sentait pas bien et qu’elle ne viendrait pas à la Knesset.

En fait, elle est arrivée à la Knesset dans la voiture de quelqu’un d’autre dans un acte délibéré de subterfuge pour cacher sa présence.

Selon les informations de la Douzième chaîne, Shir s’est cachée dans le parking de la Knesset, attendant que son nom soit appelé une troisième fois avant d’entrer dans le hall et de voter contre la législation.

En réponse, la députée du Likud Osnat Mark a traité Shir de « salope insolente », s’excusant finalement pour l’insulte mais insistant sur le fait que le comportement de Shir était déloyal.

Après avoir voté, Shir est devenue la dernière transfuge du Likud, à annoncer qu’elle avait choisi de rejoindre Gideon Saar et son nouveau parti en prévision de nouvelles élections. Sa collègue députée du Likud, Mme Haskel, devrait lui emboîter le pas.

Le député Ran Shefa du parti Kakhol lavan vote à la Knesset contre un projet de loi qui aurait pu éviter les élections, le 21 décembre 2020. (Capture d’écran de la chaîne Knesset)

Revenons donc à Shefa qui, selon des informations en hébreu, se cachait également dans le parking de la Knesset, à l’abri des regards indiscrets des responsables du Likud qui le croyaient absent et ne voulaient donc pas voter contre cette mesure. Au lieu de cela, il aurait simplement fait une sieste dans sa voiture et attendu le moment où il entrerait dans le hall pour voter contre le projet de loi.

En outre, les ministres travaillistes Amir Peretz et Itzik Shmuli étaient absents, tandis que la troisième députée travailliste, Merav Michaeli, a voté contre la législation.

La facture est tombée et Israël va droit aux élections.

Sauf rapprochement très improbable mardi entre Netanyahu et Gantz et si le budget de l’Etat pour 2020 passe les trois lectures de la Knesset dans la journée, la Knesset sera automatiquement dissoute mardi à minuit, et les Israéliens se rendront à nouveau aux urnes, probablement le 23 mars 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...