Des détenus palestiniens mettent fin à leur grève de la faim
Rechercher

Des détenus palestiniens mettent fin à leur grève de la faim

Trois prisonniers avaient refusé de s’alimenter pendant deux mois ; à Ramallah, on crie victoire sur le système carcéral israélien

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Manifestation de soutien contre la détention administrative des prisonniers palestiniens Bilal Kayed, Muhammad et Mahmud al-Balboul, davnt le siège des Nations unies en Cisjordanie, à Ramallah, le 22 août 2016. (Crédit : Flash90)
Manifestation de soutien contre la détention administrative des prisonniers palestiniens Bilal Kayed, Muhammad et Mahmud al-Balboul, davnt le siège des Nations unies en Cisjordanie, à Ramallah, le 22 août 2016. (Crédit : Flash90)

Trois prisonniers palestiniens ont mis fin à deux mois de grève de la faim après qu’Israël a programmé leur date de sortie.

Les frères Muhammad Balboul, 26 ans, et Mahmoud Balboul, 23 ans ont refusé de s’alimenter depuis le 7 juillet et le 4 juillet respectivement. Malik al-Qadi, 25 ans, a commencé sa grève de la faim le 16 juillet. Ils protestent contre leur détention sans procès, une politique dite de détention administrative.

Ils sont tous les trois hospitalisés, et al-Qadi, qui a sombré dans le coma après 60 jours de grève, « était entre la vie et la mort », selon des informations publiées la semaine dernière.

La date de libération des frères Balboul a été programmée au 8 décembre. Al-Qadi sera libéré ce jeudi.

Issa Qaraqe, chef du Comité palestinien des affaires relatives aux prisonniers a déclaré que les grévistes avaient remporté une « victoire » sur le système carcéral israélien.

La libération prévue des détenus est le résultat d’une « effort politique de grande ampleur » de la part de Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, aidé par les groupes de défense des droits de l’Homme locaux et internationaux, a-t-il déclaré lors d’un communiqué.

Ces trois détenus sont les derniers d’une série de Palestiniens en détention administrative à intenter un procès pour leur libération en refusant de s’alimenter.

La détention administrative est une mesure de contre-terrorisme controversée permettant de détenir des auteurs d’attentats sans inculpation officielle pour une durée de 6 mois, renouvelable indéfiniment.

Cette mesure est généralement appliquée à des Palestiniens suspectés d’activité terroriste, mais elle a été également appliquée à des dizaines de juifs soupçonnés d’actes de terrorisme.

Plus de 7500 Palestiniens sont actuellement incarcérés dans des prisons israéliennes, quelques 700 sont en détention administrative, selon les organisations défendant les droits des Palestiniens.

Le bureau du porte-parole de l’armée israélienne a déclaré au Times of Israel qu’al-Qadi « était placé en détention administrative pour son implication dans une organisation terroriste, le Jihad islamique palestinien, qui est une menace pour la sécurité de la région. »

Le 11 septembre, la Cour suprême a confirmé une loi controversée autorisant le service pénitentiaire d’Israël à nourrir de force les détenus en grève de la faim.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...