Des dizaines de blessés présumés dans des clashs entre police et Palestiniens
Rechercher

Des dizaines de blessés présumés dans des clashs entre police et Palestiniens

A Jérusalem-Est, dans le quartier d'Issawiya, les tensions auraient connu un pic après que les agents sont revenus sur un accord demandant qu'ils se tiennent à l'écart des écoles

Des résidents d'Issawiya protestent contre les violences policières à l'entrée du quartier d'Issawiya, à Jérusalem-Est, le 5 novembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des résidents d'Issawiya protestent contre les violences policières à l'entrée du quartier d'Issawiya, à Jérusalem-Est, le 5 novembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les agents de la police des frontières ont affronté samedi soir les résidents du quartier d’Issawiya, à Jérusalem-Est.

Selon des informations transmises par les Palestiniens, des dizaines de locaux ont été blessés par des fumées de gaz lacrymogènes, des coups de bâton et des balles en caoutchouc ainsi qu’au moins un agent, qui a été blessé par une pierre lancée par un émeutier.

Les tensions se sont attisées dans le quartier – site d’affrontements fréquents entre les Palestiniens et les forces de sécurité – après la violation unilatérale par la police d’un accord conclu avec les habitants et selon lequel les agents devaient se tenir à l’écart des écoles aux heures de classe, a fait savoir Haaretz.

Selon certaines informations, les résidents avaient conclu cet arrangement avec des responsables de la police lundi soir. Mais dès mercredi matin, des unités de police avaient été déployées devant les entrées des établissement scolaires, en violation de l’accord.

La police n’a pas fait part de ses réactions sur ces affrontements.

Le mois dernier, un passant avait été grièvement blessé par un cocktail Molotov jeté sur les agents à Issawiya qui avait endommagé sa voiture, avait fait savoir les forces de l’ordre.

Un policier avait également été légèrement blessé en aidant à sortir l’homme de son véhicule, et il avait été pris en charge sur les lieux de l’incident.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...